Maroc

Le Maroc en bref

6ème puissance économique d'Afrique, le Maroc connaît une croissance notable depuis une dizaine d'années !

Situation économique du pays

L'activité économique du Royaume est dépendante des performances du secteur agricole et de la conjoncture de ses principaux partenaires, notamment l'Union européenne. En 2017, la croissance économique s’est établie à 4,8 %, soutenue par la performance du secteur agricole. Le taux de croissance pour 2018 est estimé à 3,1 %.

La demande intérieure a augmenté de 3,3 % en 2017 contre 5,1 % en 2016. Cette évolution s’explique par le ralentissement des dépenses de consommation des ménages conjugué à une baisse de l’investissement. Sa contribution au PIB est passée de 5,4 points en 2016 à 3,6 points en 2017.

Le secteur primaire reste à ce jour le premier "employeur du pays" et représente 15 % du PIB. On estime qu’environ 40 % de la population active dépend de cette branche d’activité.

Le secteur secondaire (intervenant pour 14 % dans le PIB) est porté par les activités d’extraction et de transformation du phosphate. Le Maroc est dans une situation très avantageuse puisque le pays possède les trois-quarts des réserves mondiales.

Enfin, le secteur tertiaire représente 58 % du PIB. Aujourd’hui, la part des activités tertiaires dans la valeur ajoutée totale s’est renforcée et représente l’essentiel du tissu productif national.

En 2017, le taux de chômage s'élevait à 10,2 %. Comme dans de nombreux pays en développement, le chômage déclaré au Maroc est principalement un phénomène urbain et frappe essentiellement les moins de 30 ans.

Depuis janvier 2018, le Maroc est passé d’un régime de change fixe à un régime de change plus flexible. Cette libéralisation vise une meilleure résilience aux chocs économiques externes. En effet, la parité du dirham n’est plus adossée au panier de devises composé de l’euro et du dollar. Le dirham est ainsi soumis au système de l’offre et de la demande sur le marché de la devise.

 

Politiques économiques du pays

Depuis plus d’une décennie, les autorités marocaines se sont lancées dans la modernisation du pays. Les pouvoirs publics, en partenariat avec le secteur privé, ont mené plusieurs réformes qui ont concerné les volets législatifs, réglementaires et institutionnels, permettant la facilitation de la pratique des affaires au Maroc (mesures liées aux privatisations et aux libéralisations systématiques, à la propriété intellectuelle, au droit des établissements, aux marchés publics, ou encore aux mouvements de biens et de capitaux). Les réformes ainsi entreprises commencent à porter leurs fruits. Le Maroc est actuellement classé 69ème sur 190 pays selon le rapport Doing Business 2018, portant sur l’environnement des affaires à travers le monde.

Plus de fiches pays