Le Portugal en bref

drapeau_portugal

La structure de l'économie portugaise se définit par le poids dominant du secteur des services, qui en 2017, représentait 75,3% de la valeur ajoutée brute (VAB).

Tendances économiques

En raison d’une grave crise économique et d’une politique d’austérité, il est important de rappeler qu’un Programme d’Assistance Economique et Financière (PAEF) a été accordé en 2011 au Portugal. Cela a été autorisé à la fois par le mécanisme européen de stabilisation financière (MESF), le Fonds européen de stabilité financière (FESF) et le Fonds monétaire international (FMI). La somme au total s’élevait à 78 milliards d’euros. En raison de l’amélioration remarquable de l’économie, le Portugal est en train de payer le remboursement de ce prêt sans problème. Selon l’IGCP (Agence de Gestion du Trésor et de la Dette), les autorités portugaises ont procédé, ces dernières années, au remboursement anticipé du prêt accordé par le FMI dans le cadre du PAEF (environ 8,4 milliards d’euros en 2015 et 4,5 milliards en 2016). Le Portugal a reformulé une demande de remboursement en avance et cette requête a été accordée par le FESF en Juin 2017. Selon l’IGCP, quatre remboursements supplémentaires ont pu être réalisés en 2017. Plus de 60% du prêt accordé par le FMI avait été remboursé en août de la même année.

La croissance économique a repris depuis 2013 et s’est maintenue ces dernières années. En 2018, le taux de croissance a atteint 2,4%, un des meilleurs chiffres depuis 2000. Face à cette tendance au beau fixe, le chômage a continué de baisser de manière significative. En effet, le taux de chômage a diminué de 9,2 points de pourcentage entre 2013 (16,2%) et 2018, se stabilisant à 7% en 2018. Cette dynamique devrait se poursuivre (6,4% en 2019 et 6,1% en 2020). Cette réduction du taux de chômage est visible dans tous les domaines d’activité.

Au premier trimestre 2019, le Portugal aurait réalisé un excédent budgétaire de 0,4% du PIB, grande première depuis 1995. 

En 2018, un taux de croissance de 2,4% a été enregistré. Le tourisme est un atout dans cette dynamique favorable.

Effectivement, le Portugal a pu bénéficier du secteur du tourisme, secteur clé de l’économie du pays. Représentant plus de 325 000 emplois en 2018, le tourisme représentait, en 2019, 11% de l’économie nationale.

En 2018, près de 64 000 entreprises intervenaient dans le secteur du tourisme, qui selon Banco de Portugal a généré plus de 26 000 millions d’euros de chiffres d’affaires. Les micro-entreprises restent à ce jour la majeure partie des actrices dans ce domaine au niveau du pays, avec un poids de 90% dans la représentation totale. Autre tendance étonnante, 39% du chiffre d’affaires a été réalisé par les grandes entreprises qui représentent seulement 0.1% des actrices du secteur. Preuve de cet engouement, un deuxième aéroport va être construit à Lisbonne d’ici peu pour fluidifier le trafic. En effet, en 2018, l’aéroport Humberto Delgado a reçu près de 29 millions de passagers, 8,9% de plus qu’en 2017.

Les dernières projections de la Banque du Portugal (avant l’épidémie de Covid 19) indiquent une continuité de la stabilité économique, avec une croissance du PIB de 1,7% pour 2020 et 1,6% en 2021.

On peut aussi soulever que l’économie portugaise est de plus en plus ouverte au commerce extérieur, en 2017 représentant 85.2% du PIB selon la Banque Mondiale. L’économie a évolué au cours des dernières années. Traditionnellement, le Portugal exportait des biens manufacturés tels que du textile ou des produits agricoles. Il a toutefois commencé à exporter des équipements technologiques, à plus haute valeur ajoutée !

Les principaux partenaires du pays concernant les exportations en 2018 ont été l'Espagne (25,3%), la France (12,7%), l'Allemagne (11,5%) et le Royaume-Uni (6,4%). Également, les principaux fournisseurs du Portugal étaient l’Espagne (31.4%), l’Allemagne (13,8%), la France (7,6%) et l’Italie (5,3%).

A l’heure actuelle, le Portugal est le lieu idéal pour les startups. En 2018, selon les chiffres de Startup Portugal, on dénombrait 3 214 startups en incubation et plus de 25 000 entrepreneurs. Ils ont produit une richesse de 201,6 milliards d’euros soit 1,1% du PIB. Lisbonne n’est plus le seul endroit tendance mais d’autres villes comme Porto ou Aveiro sont tout autant adaptées en termes d’infrastructures.

Échanges commerciaux Franco-Portugais

Les exportations de la France vers le Portugal n’ont cessé de progresser depuis 2012 et se sont particulièrement amplifiées en 2018. Elles se sont élevées à 5,3 milliards d’euros en 2018, soit une augmentation de 10% par rapport à 2017. Dans le même temps, les exportations du Portugal vers la France ont atteint 6.7 milliards d’euros, illustrant une hausse de 11%.

La France reste ainsi le deuxième client et le troisième fournisseur de biens du Portugal.

Le secteur le plus inégalitaire reste celui des services qui a atteint un déficit de 3,4 milliards d’euros. En 2018, les exportations françaises de services vers le Portugal représentaient 1,4 milliards d’euros alors que celles du Portugal vers la France atteignaient 4,9 milliards d’euros. La France se plaçait ainsi comme le troisième fournisseur de services (dont l’Espagne et l’Allemagne se positionnaient en première position).

2018 a été l’année la plus importante pour les relations économiques franco-portugaises. Des livraisons de plusieurs avions tout comme le secteur automobile ont permis de booster le rôle de la France avec le Portugal. Ces livraisons d’avions en 2018 sont la raison principale (90%) de la croissance des exportations françaises. Le commerce « d’équipements mécaniques, de matériel électrique, électronique et informatique » a été accru de 9% et constituait 16,6% des exportations françaises vers le Portugal, soit 0,9Md€.

La majorité des exportations du Portugal vers la France (53,2%) appartenaient à la catégorie « autres produits industriels », dont un tiers provenait du secteur textile, habillement, cuir et chaussures. Ces dernières exportations sont en recul (baisse de 6%), occasionnée par la baisse des ventes de chaussures et vêtements. Les ventes du Portugal vers la France de matériels de transport ont atteint une croissance exceptionnelle (+52% par rapport à 2017), se traduisant par 1,5 milliards d’euros au niveau des chiffres.

Ces derniers s’expliquent par le tissu industriel et l’existence sur le territoire portugais de constructeurs et d’équipementiers automobiles français (Renault, PSA, Faurecia, Eurocast). Également, une des explications est aussi le rôle du secteur aéronautique (Lauak, Mecachrome) dont la production est presque exclusivement exportée.  

Le reste des exportations se partagent entre la catégorie des équipements   mécaniques, du matériel électrique, électronique   et   informatique (12,8% des importations) et les produits agroalimentaires (7,4% des importations). Selon l’INE, la France demeure le 2ème client du Portugal, derrière l’Espagne, recevant 12,7% du total des exportations

De ce fait, on peut dire que les échanges commerciaux entre ces deux pays ont été dynamiques en 2018, renforçant le lien économique. Ce déficit, au niveau des biens, provient en partie de l’implantation d’usines sur le territoire portugais. Ces dernières ont pour objectif l’exportation notamment vers l’hexagone. On peut retrouver cette tendance dans le secteur des services avec l’installation de grands groupes français avec par exemple les centres d’appels. Il est important de souligner que le Portugal est un pays à fort potentiel et attire de plus en plus des secteurs exportateurs à plus haute valeur ajoutée. D’un point de vue plus global, les relations commerciales entre ces deux pays ne cessent de croitre mais sont déséquilibrées, au profit du Portugal.

Conseils pour une entreprise souhaitant s'implanter au Portugal

  • Identité nationale très forte : l’Ibérie n’existe pas pour les portugais, il est donc déconseillé d’assimiler la culture portugaise à l’espagnole ni de tirer de conclusions hâtives sur les ressemblances entre ces deux pays
  • Hiérarchie très respectée : informez-vous sur la formation et la qualification des personnes à qui vous allez vous adresser car les titres et la dénomination hiérarchique des personnes sont fondamentaux.
  • Pas de confrontation ouverte : dans le milieu professionnel les portugais possèdent un comportement « asiatique » et gèrent les conflits discrètement et avec diplomatie.
  • Non-respect des délais et horaires : ne tenez pas compte des éventuels retards car il s’agit plus d’un art de vivre plutôt que d’un laisser-aller.
  • Paiements : Préférez le paiement par crédit documentaire ou virement Swift et sachez que les délais de paiement sont généralement longs (90, voire 120 jours). Il est conseillé de souscrire une assurance-crédit (pour des sociétés d’import/export et secteurs traditionnels) car il peut exister des difficultés de recouvrement de créances.

Contact

CCIF Portugal
Tél : +351 21 324 19 90
info(@)ccilf.pt
www.ccilf.pt

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus