Afrique du sud

L'Afrique du Sud en bref

Découvrez l'Afrique du Sud et les opportunités que recèle le pays : classe moyenne naissante, fort potentiel de croissance, bien que celle-ci soit plus lente depuis quelques années, leader du continent Africain, démocratie originale et moderne...

Situation économique

L’Afrique du Sud est un pays émergent à l’économie moderne et diversifiée, qui dispose de nombreux atouts : ressources naturelles abondantes, forte insertion dans le commerce mondial, environnement législatif sophistiqué et opérationnel, infrastructures performantes, sophistication financière (44ème devant la France selon le World Economic Forum s’agissant de ce critère) etc.

Malgré l’émergence d'un puissant secteur des services, notamment financiers (21 % du PIB), l’économie reste très dépendante du secteur minier (7 % du PIB ; or, platine, diamant, ferrochrome, manganèse, charbon…) qui assure encore la moitié des recettes d’exportations.

Bien que des progrès aient été réalisés depuis la fin de l’apartheid, notamment en termes d’amélioration des conditions de vie de la population (facilitation de l’accès à l’eau et l’électricité, hausse du nombre d’années de scolarisation, réduction de l’extrême pauvreté), l’Afrique du Sud reste un pays où les inégalités sociales sont très marquées.
 

Échanges commerciaux Afrique du Sud-France

En 2017, les exportations françaises vers l’Afrique du Sud ont légèrement baissé (-1,8 % en g.a à 1 786 M€) après avoir augmenté de +0,8 % en 2016. La baisse enregistrée l’an passé contraste avec la progression des ventes françaises au niveau mondial (+4,5% en 2017). Vu d’Afrique du Sud, avec une part de marché de 2,5 % en 2016 (contre 3% en 2016), la France était le 10ème fournisseur de l’Afrique du Sud en 2017 (7ème rang en  2016). La France se situe au 4ème rang des pays européens en termes de part de marché, derrière l’Allemagne (11,5 %), le Royaume-Uni (3 %) et l’Italie (2,7 %). Vu de France, l’Afrique du Sud a absorbé 0,4 % des exportations françaises totales, plaçant l’Afrique du Sud au 44ème rang des débouchés à l’exportation (41ème en 2016), mais l’Afrique du Sudreste au 1er rang des clients de la France au sein de l’Afrique sub-saharienne, devant la Côte d’Ivoire (51ème rang avec 1 181 M€) et le Nigéria (52ème rang des débouchés avec 1 068 M€).
 

5 bonnes raisons de penser Afrique du Sud

  • Le plus grand marché d'Afrique

Le PIB de la Région de Johannesburg-Prétoria (le Gauteng), est équivalent à celui du Maroc ! L’Afrique du Sud est, par son PIB, la 3ème économie du continent derrière le Nigéria et l’Egypte mais la 2ème d’Afrique australe derrière le Botswana en termes de richesse par habitant avec une classe moyenne de 12 Mhab.

  • Des infrastructures de classe mondiale

754 000 km de réseau routier dont 168 000 km de routes urbaines, 3 000  km d’autoroutes ou routes à 4 voies, 23 000 km de voies ferrées soit le 10ème réseau au monde. Des aéroports modernes et internationaux (Johannesburg, Durban et Le Cap) et des ports en expansion (Durban, Richards Bay, Cape Town). Et la seule centrale nucléaire d’Afrique, de technologie française, dans la Région du Cap.

  • Une démocratie stable sans risque politique

L’Afrique du Sud est une démocratie depuis les premières élections multiraciales de l'histoire du pays, remportées par l’ANC (Congrès National Africain) le 27 avril 1994. La presse y est libre, la justice indépendante et les contre-pouvoirs forts. Les élections se passent sans heurts et la stabilité politique y est très forte.

La question de la redistribution des terres, qui a fait l’objet d’articles dans la presse internationale, reste à l’heure actuelle très politique. Le Président Ramaphosa défend une ligne modérée dans ce débat et a posé des conditions rassurantes pour la mise en place de cette réforme : absence d’impact négatif sur la sécurité alimentaire, sur la production agricole et sur la croissance économique.

  • Créer une entreprise est facile

La constitution d’un société relève du Registre du Commerce et des Sociétés, le CIPRO. La procédure de création est relativement simple, les délais de création sont réduits. Il n’y a pas de différentiation entre un sud-africain et un étranger et l’apport de capital social n’est pas requis.

  • La France y rayonne déjà

Plus de 300 entreprises françaises et 200 entrepreneurs individuels français sont implantés en Afrique du Sud créant près de 40.000 emplois pour les sud-africains. On peut citer les projets d’infrastructure emblématiques suivants: la centrale nucléaire de Koeberg (1984, consortium composé de Spie Batignolles, d'Alstom et de Framatome, aujourd'hui Areva NP), l’usine de recyclage des eaux usées de Durban (2001, Veolia, premier PPP dans le secteur de l’eau), les deux méga centrales électriques de Medupi et Kusile (2007/2008, Alstom), le train express régional Gautrain reliant Johannesburg, l’aéroport OR Tambo et Pretoria (2010, RATP Dev et Bouygues), la construction de la plus grande unité de production de gaz industriels en service dans le monde par Air Liquide (2013), la construction d’une ferme solaire par Engie, Kathu Solar Park, la fourniture sur 10 ans de 600 trains par Alstom…


Contact

CCIF Afrique du Sud
Marjolaine Pierrat-Feraille
General Manager
Tel : +27 (0)76 180 3658
mpferaille(@)fsacci.co.za
www.fsacci.co.za

Plus de fiches pays

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus