Espagne

L'Espagne en bref

L’Espagne représente la 4ème économie de l’Union Européenne et la 14ème à l’échelle mondiale.

Tendances économiques

Après avoir été durement frappée par la crise économique de 2008 puis par la crise de la zone euro de 2011 à 2013, l’Espagne a retrouvé le chemin de la croissance qui s’est avérée particulièrement robuste et dynamique au cours des dernières années. Cependant, la crise de la Covid a rompu momentanément cette tendance. L’Espagne a alors connu la pire récession économique de l’Union européenne qui devrait laisser place dans les prochaines années à une forte reprise économique plus vigoureuse que dans la plupart des pays développés. 

Suite à la crise de 2008, le chômage n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2013, passant de 8,2% à 26,1% de la population active. Depuis, le nombre de chômeurs s’est fortement réduit. Ainsi, en 2019, le taux de chômage s’élevait à 14,1% de la population active. Selon les prévisions de la Banque d’Espagne, la tendance devrait s’inverser en 2020 et 2021 du fait de à la crise sanitaire, mais le nombre de chômeurs devrait repartir à la baisse dès 2022.

La crise économique de 2008 a entrainé l’explosion de la dette publique espagnole (de 36% du PIB en 2007 à plus de 100,4% en 2014). Bien qu’elle reste à des niveaux relativement élevés, elle diminuait depuis 2014, dans un contexte de forte croissance économique, de réduction du poids des dépenses publiques dans le PIB et de faibles taux d’intérêt. En revanche, la tendance s’est brusquement inversée avec la pandémie qui a obligé le gouvernement à mettre en place des aides massives telles que le chômage partiel.

Par ailleurs, le système bancaire au cœur de la crise qui a atteint son paroxysme au cours de l’année 2012, est parvenu à se restructurer. Les banques ont assaini leurs bilans faisant diminuer les risques de crise systémique. Ainsi, la part des créances douteuses  dans le portefeuille de prêts des banques a diminué de 9,4% en 2013 à 3,1% en 2019, soit un taux très proche de la moyenne européenne qui s’établit à 2,6%. En revanche, il faudra suivre l’évolution de cet indicateur en 2020 et 2021, années au cours desquelles les faillites pourraient fragiliser les banques.

Échanges commerciaux Franco-Espagnols

Malgré la mondialisation et l’émergence de nombreux pays tels que la Chine, la France reste le principal partenaire commercial de l’Espagne. Malgré une diminution en 2020, les échanges bilatéraux de biens et services devraient rapidement repartir à la hausse.

Échanges de biens

Les matériels de transport sont les principaux produits échangés. En 2020, les exportations françaises vers l’Espagne se sont élevées à 30,8 Mds EUR (- 17,2% par rapport à 2019) alors que les importations françaises en provenance d’Espagne ont atteint 35,3Mds EUR (-4,6% par rapport à 2017).

Par ailleurs, la France occupe une place de premier plan dans le commerce extérieur espagnol. En effet, elle est le principal client de l’Espagne (représentant 16,3% des exportations espagnoles), suivi de l’Allemagne (11,4%), de l’Italie (7,7%) et du Portugal (7,5%).

Parallèlement, la France est le 2ème fournisseur de l’Espagne (représentant 11,4% des importations espagnoles), derrière l’Allemagne (14%) mais devant la Chine (8,8%) et l’Italie (6,6%)).

L’Espagne est également un partenaire commercial important pour la France. En effet, le pays ibérique est le 4ème client (7,4% des exportations) et 4ème fournisseur (7,1%).

Échanges de services

En 2019, les exportations françaises de services vers le pays ibérique se sont élevées à environ 13,5 Mds EUR (+47,3% par rapport à 2015) alors que les importations françaises en provenance d’Espagne ont atteint 15 Mds EUR (+22,2% par rapport à 2015).

A noter que la France est le 2ème client et le 1er fournisseur du pays ibérique (2019). Elle représente 14,5% de ses exportations et 10% de ses importations. Quant à l’Espagne, elle représente 5,1% des exportations (7ème client) et 6,2% des importations françaises de services (4ème fournisseur).

Les relations franco-espagnoles vont bien au-delà des échanges de biens et services. Leurs économies sont étroitement liées et dépendantes comme l’illustre le montant des investissements réalisés par les sociétés françaises sur le territoire espagnol. Les entreprises tricolores jouent un rôle prépondérant en Espagne. En effet, parmi les filiales étrangères installées en Espagne, les françaises sont les principales pourvoyeurs d’emplois

 Conseils pour une entreprise souhaitant approcher l'Espagne

  • Faciliter le contact (tutoiement très répandu), importance du relationnel et de la proximité y compris dans le monde professionnel.  
  • L’Espagne est un pays fortement décentralisé. Les gouvernements des Communautés Autonomes (l’équivalent des régions françaises) ont développé des législations spécifiques dans les domaines pour lesquels des compétences leur ont été transférées (éducation, santé…). Il est donc nécessaire de prendre connaissance des particularités de chaque région pour pouvoir développer son activité sur l’ensemble du territoire national.   
  • Bien que l’espagnol soit langue officielle sur l’ensemble du territoire, il existe d’autres langues co-officielles suivant les Communautés Autonomes les principales étant : le catalan, le basque (euskera), le galicien et le valencien.
  • Pour des raisons culturelles la mobilité des personnes au sein du territoire n’est pas aussi courante qu’en France, ce qui s’applique également aux collaborateurs d’une entreprise ayant plusieurs bureaux régionaux.
  • Malgré la proximité entre la France et l’Espagne, les horaires qui régissent la vie professionnelle sont assez différents. Cela est à intégrer dans le cadre du suivi de relations professionnelles avec des interlocuteurs de l’autre pays.

Télécharger la fiche pays

Contact

CCIF Espagne
fvinson(@)lachambre.es
www.lachambre.es  

Plus de fiches pays

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus