Equateur

L'Equateur en Bref

L’Equateur a développé son économie et ses exportations grâce aux nombreuses matières premières qu’il détient.

Le PIB national est de 108 401 millions de $US, ce qui place l’Equateur à la 7 ème place des économies latino américaines. L’Equateur a développé son économie et ses exportations grâce aux nombreuses matières premières qu’il détient. En effet, les températures sont douces toute l’année et l’Equateur présente une grande variété de climats, qui lui permettent de cultiver un grand nombre de produits agricoles sans discontinuer : cacao, bananes, café, canne à sucre , thon, crevettes , Ainsi, l ’agriculture est un secteur non négligeable, qui représente environ 10% du PIB équatorien et ¼ des emplois .

Par ailleurs, le pays a de grandes réserves de pétrole, et peut donc produire pl us de 500 000 barils de pétrole par jour , ce qui le place dans le top 30 de la centaine de pays producteurs de pétrole.

Tendances économiques

Effective de puis l’année 2000, la dollarisation a permis à l’Equateur de se présenter comme une des économies les plus stables d’Amérique Latine, en limitant l’inflation.

Malgré une croissance du PIB ralentie en 2018 (1.37% contre 2.36% en 2017), selon la CEPAL, due à la contraction des prix de vente internationaux du pétrole, ainsi qu'aux problèmes internes d'illiquidité de la part de l'État équatorien, l’Équateur se place au-dessus de certaines des grandes économies de la zone, comme le Brésil ou l’Argentine.

À la suite des élections présidentielles de 2017, Lenin Moreno succède à Rafael Correa, qui clôture ainsi 10 années de présidence. Son programme comprend notamment un rapprochement avec le secteur privé.

En vue d’améliorer l’environnement des affaires, des actions sont menées telles que le développement du cadre juridique et légal, la création d’incitations financières à l’investissement sur les secteurs et zones géographiques prioritaires, ainsi que la réorganisation et la privatisation de certaines entreprises publiques.

Par exemple, la loi de 2018 sur le développement productif et l’attractivité des investissements fixe un nouveau cadre légal et juridique. Elle vise à améliorer la productivité des PME, la compétitivité du territoire équatorien comme pays d’investissement et favoriser l’emploi local et l’entrée des devises.

Par ailleurs, l’accord commercial entre l’Union Européenne et l’Equateur entré en vigueur en 2017, permettant de baisser progressivement - et parfois jusqu’à annuler - les taxes douanières à l’import-export entre les pays de l’UE et l’Equateur, affiche déjà une augmentation des importations et des exportations de près de 20% pour sa première année d’exécution.

Pour aller plus loin concernant son ouverture internationale, le gouvernement équatorien montre une forte volonté de rejoindre l’Alliance du Pacifique (visant à promouvoir une zone de libre-échanges avec le Mexique, la Colombie, le Pérou et le Chili) et les organisations internationales telles que l’OCDE.
Toutefois, l’accord bilatéral France-Equateur de protection des investissements étrangers n’est plus applicable depuis 2016. Il est actuellement rediscuté dans le cadre des relations économiques UE-Equateur.

Échanges commerciaux Franco-Equatoriens

Exportations françaises en Équateur
Depuis une dizaine d’années, les exportations françaises se maintiennent à plus de 100 millions d’euros par an. En 2018, elles ont atteint la valeur de 218M $US. Les principaux produits exportés sont :
Produits chimiques, parfums et cosmétiques (34.5M $US),

  • Machines industrielles et agricoles (25.2M $US),
  • Médicaments (28.6M $US) et produits pharmaceutiques (8.5M $US),
  • Produits Métallurgiques et métalliques (31.3M $US),
  • Dérivés du pétrole (23.7M $US)
  • Véhicules (17.1M $US)
  • Produits informatiques, électroniques et métalliques (15.2M $US en 2017),
  • Matériel de transport (7.1M $US en 2017).

L’accord entre l’Union Européenne et l’Equateur ont favorisé les exportations dans les deux sens, augmentant pour l’année 2018 d’environ 30% les exportations françaises.

Importations équatoriennes en France
Les produits équatoriens importés par la France sont majoritairement des produits agroalimentaires et agricoles, pour un total d’un peu plus de e 267 millions de dollars US en 2018. Ce sont par exemple :

  • Produits de la pêche (l’Équateur est le 1er exportateur de crevettes et le 4ème exportateur de thon en France),
  • Fruits tropicaux (l’Équateur est le 4ème exportateur de cacao en France),
  • Préparations à base de fruits et légumes (l’Équateur est le 1er exportateur de coeur de palmier en France),
  • Fleurs naturelles.

Investissements français en Équateur
La France est le 3ème investisseur européen en Equateur. Les principaux investissements concernent les secteurs énergie-environnement, l’industrie et l’agroalimentaire :

  • Veolia s’est vu confier en 2008, pour une durée de 30 ans, la concession pour la distribution d’eau potable à Guayaquil.
  • BIC dispose d’une usine de production de stylos et jetables à Guayaquil, et exporte sur la région.
  • Le groupe Savencia est présent via une joint-venture avec une entreprise locale de production de chocolats, República del Cacao.
  • Le groupe Lactalis, possède 2 usines de production de produits laitiers à Quito et Cuenca (via son acquisition de Parmalat en 2010)
  • La compagnie Fruitière et Salpa sont présents sur la production de banane et de cacao d’exportation.

Les entreprises Alstom et POMA sont également présentes sur 2 grands projets : respectivement, le tramway de Cuenca et le métro-câble de Guayaquil.

D’autres entités françaises sont présentes en Equateur via leur bureau de représentation commerciale, dans le secteur pharmaceutique, logistique, agroalimentaire ou ingénierie. Au total, on compte une quarantaine d’implantations françaises en Equateur.

Par ailleurs, l’AFD (Agence Française de Développement) est présente depuis 2015 en Equateur et a investi plus de 560 millions d’euros jusqu’en 2017, sous forme de prêt aux entités publiques équatoriennes, en priorisant les projets de développement durable et visant à lutter contre le changement climatique.

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher l'Equateur

  • Il est important de bien se préparer à s’investir dans un environnement culturel différent : maîtriser les bases de l’espagnol, respecter les codes culturels (sympathiser avec votre interlocuteur avant d’entamer une négociation, respecter la hiérarchie, …)
  • Les codes temporels peuvent varier. Il est donc recommandé de reconfirmer votre RDV quelques heures/jours avant celui-ci. Il est aussi recommandé de soigner ses apparences pour les RDV professionnels.
  • Pour se saluer entre hommes, les équatoriens se serrent la main. Pour les femmes, il faudra privilégier une bise au début et à la fin de la rencontre, et ce, même dans le cadre professionnel et sans connaître votre interlocuteur
  • Les équatoriens utilisent beaucoup les réseaux sociaux. Il n’est pas rare que les échanges de mails soient remplacés par des conversations sur un fil d’échange WhatsApp
  • S’entourer d’une structure juridique (avocats, comptables…) est vivement conseillé, ainsi que de se rapprocher de compatriotes présents sur place qui connaissent bien le marché équatorien et ses spécificités. Ceux-ci pourront alors vous conseiller sur vos affaires et défendre vos intérêts.

Contact

CCIF Equateur
Tél : (+593) 2 244 9918
quito(@)ccifec.org
www.ccifec.org

Plus de fiches pays

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus