Le Panama en bref

Malgré sa petite taille, le Panama abrite plusieurs grands projets, ce qui fait du pays un marché convoité par les investisseurs étrangers.

Tendances économiques

La République du Panama bénéficie d’une situation géographique avantageuse l’ayant incité à se spécialiser dans les services (près de 80% du PIB).
L’économie repose sur trois piliers :

  • La Zone Franche de Colón (2ème plate-forme de redistribution de biens de consommation au monde)
  • Le Centre Bancaire International (49 banques dont 9 contrôlent 70% de l’activité)
  • Les services maritimes (Canal et infrastructures portuaires et de logistique, pavillon de complaisance, etc.)

Le Panama capte 6% du commerce maritime mondial (hors pétrole) et est le hub aérien des « Amériques » avec notamment la présence de Copa Airlines.

Malgré sa taille, le pays abrite plusieurs grands projets, ce qui en fait un marché convoité par les investisseurs étrangers : des projets portuaires et constructions de ponts ainsi que le métro de la capitale avec 4 lignes d’ici 2025. La 2e ligne du métro a été achevée en janvier 2019. La ligne 3 du métro de Panama devrait être réalisée par le consortium coréen à partir de 2020.

Le Panama est l’économie latino-américaine à avoir connu la croissance la plus forte (6% annuels en moyenne) au cours des dix dernières années. Elle est supérieure aux autres pays d’Amérique Centrale et du Sud. Le PIB/hab. nominal (15 489 USD en 2018), est l’un des plus élevés d’Amérique latine. L’inflation est maîtrisée. Le pays, dollarisé, ne dispose pas d’une politique monétaire propre et est totalement dépendant de la politique de la FED américaine.

Échanges commerciaux Franco-Panaméens

Les exportations françaises vers le Panama enregistrent une hausse notable en 2018 pour dépasser de 37,8% leur niveau de 2017. Elles se sont établies à 497 M EUR, ce qui fait du Panama notre sixième client en Amérique latine. La France est le premier pays européen fournisseur de la Zone Franche de Colon (2e zone de réexportation au monde) et le 7e pays au niveau mondial fournisseur de cette zone.

Malgré la baisse constatée entre 2014 et 2016, les exportations françaises vers le Panama restent dynamiques, pour atteindre en 2018 un niveau jamais dépassé depuis 2014 (457 M EUR, +37,8% par rapport à 2017). Cette hausse est essentiellement portée par « les produits de la construction aéronautique et spatiales » qui ont connu une augmentation très importante entre 2017 et 2018. Le second poste des exportations françaises vers le Panama sont les « parfums, cosmétiques et produits d’entretien » représentant 18,7% du total des exportations françaises. Les « produits pharmaceutiques » se maintiennent comme un poste clé des exportations françaises vers le Panama.

Selon les données des douanes françaises, le Panama se place au 6ème rang parmi nos exportations en Amérique Latine et de loin au 1er rang en Amérique Centrale. Bien que les importations de produits panaméens soient encore très marginales, ces dernières ont connu une augmentation de 45,8% pour atteindre 18,8 M EUR en 2018. Le Panama reste toutefois un fournisseur moindre pour la France au sein de la région Amérique Latine se plaçant en 23e position, derrière Haïti et au 11ème rang en Amérique Centrale. Cela étant principalement dû au faible appareil productif panaméen, restant un pays fortement importateur de produits.

Les « préparations et conserves à base de poissons et de produits de la pêche » sont le premier poste d’importations vers la France, comptabilisant 3 M EUR (+56,8% par rapport à 2017). Alors qu’une baisse importante des importations de « fruits tropicaux et subtropicaux » avait été observée en 2017, ces dernières ont fortement augmenté en 2018 (+114%) pour comptabiliser 1,9 M EUR. La même tendance est constatée pour les « boissons alcoolisées distillées », dépassant 1M EUR. « Les huiles et graisses végétales et animales » ont augmenté de 72,5% pour représenter 9% des importations (1,7M EUR), tout comme les « matériaux de construction et produits minéraux » et les produits de la construction automobile (485 K EUR, +2297%). Les importations des « produits pharmaceutiques » et des « produits de l’industrie textile » ont toutes deux diminuées, respectivement de 29,9% et de 49,8%.

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher le Panama

  • S’appuyer sur les organismes français et leurs réseaux qui connaissent bien la culture locale. Les informations délivrées par le gouvernement panaméen sont parfois enjolivées.
  • Ne soyez pas trop rigide avec les horaires car les Panaméens sont relativement flexibles avec leur emploi du temps. Il vaut mieux prévoir un peu de marge entre chaque rendez-vous, car il n’est pas rare que des rendez-vous pris avec beaucoup d’anticipations soient annulés une heure avant. Il est recommandé de rappeler systématiquement l’interlocuteur un jour avant l’entretien pour éviter les mauvaises surprises.
  • Il est fortement conseillé de se faire accompagner et de s’appuyer sur un cabinet d’avocat panaméen pour la constitution de l’entreprise, les démarches administratives sont parfois relativement lourdes.
  • S’armer de patience, tant pour vos démarches administratives que commerciales.

Contact

CCIF Panama
Tél : +507 211 6230
info(@)ccfrancepanama.com
www.ccfrancepanama.com

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus