Kenya

Le Kenya en bref

Le Kenya a l'économie la plus importante et la plus diversifiée et la deuxième plus grande population d'Afrique de l'Est.

Le Kenya dispose d'une main-d'oeuvre jeune, ambitieuse et bien éduquée, désireuse de contribuer au développement du pays. Cela a aidé le pays à devenir un leader de l'argent mobile et des TIC. En tant que « porte d'entrée vers l'Afrique de l'Est », le Kenya joue également un rôle vital en tant que plaque tournante du transport pour une grande partie de l'Afrique subsaharienne.

Tendances économiques

Avec une croissance de 5,7% en 2019, le Kenya est classé comme l'une des économies à la crois-sance la plus rapide en Afrique subsaharienne. La récente expansion économique a été stimulée par un environnement macroéconomique stable, une confiance positive des investisseurs et un secteur des services résilient.
À plus long terme, la croissance du produit intérieur brut (PIB) à moyen terme devrait atteindre 6,0% en 2020, sous-tendue par la consommation privée, la reprise de l'activité industrielle et une solide perfor-mance continue dans le secteur des services. Cela est également dû à une politique monétaire ac-commodante, comme l'abrogation des plafonds de taux d'intérêt. Cependant, la banque a averti que le resserrement budgétaire ralentit la croissance attendue de l’économie du Kenya malgré une politique monétaire progressive.

Échanges commerciaux Franco-Kenya

Le Kenya est encore un partenaire commercial marginal pour la France, qui n’est que le 14e fournisseur du pays et son 16e client. Pour autant, les échanges commerciaux bilatéraux progressent continûment depuis dix ans, au profit de la France qui enregistre un excédent commercial structurel avec le Kenya. Les exportations françaises vers le Kenya ont atteint 171 M€ en 2017 (en hausse de 12 % par rapport à 2016), et sont principalement composées d’équipements mécaniques, de produits cosmétiques et pharmaceutiques, et de produits agricoles. A terme, l’implantation récente de plusieurs grandes entreprises françaises, comme Décathlon devrait conduire à l’augmentation des échanges entre la France et le Kenya.

Les principaux postes d’importations en provenance du Kenya sont pour les produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture, le reliquat étant composé de produits agro-alimentaires.

Selon les données kényanes, la France est le 3e investisseur étranger au Kenya, avec un stock d’IDE de 464,7 M€. Les investissements français au Kenya, avec 84 implantations dans le pays (dont Schneider Electric, L’Oréal, Danone, Essilor, Limagrain, OCEA, Vinci, Egis, Accor, Sodexho, Peugeot), sont effectués dans de multiples secteurs, comme les transports, la santé, la construction, l’énergie, l’auto-mobile, les télécommunications, les services financiers et la grande distribution.

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher le Kenya

  • Le registraire des sociétés est responsable de l'enregistrement des entreprises au Kenya. Il délivre des certificats de conformité pour les entreprises étrangères, des certificats de constitution pour les entre-prises locales et des certificats d'enregistrement pour les entreprises individuelles et les partenariats.

Les entreprises doivent ensuite obtenir leur enregistrement auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale (NSSF), de la Caisse nationale d'assurance hospitalière (NHIF) et de la Kenya Revenue Authori-ty (KRA). Un permis d'entreprise doit également être obtenu auprès du gouvernement du comté en fonction du type d'entreprise.

Tous les enregistrements de sociétés et d'entreprises (entreprise individuelle et partenariats) se font via la plateforme en ligne e-citizen, mais pour les partenariats à responsabilité limitée (LLP), les enregis-trements sont toujours manuels et se font au registre des sociétés.

  • Les investisseurs et les expatriés ont besoin d'un permis d'entrée (permis de travail) pour travailler au Kenya.

Les entreprises étrangères peuvent obtenir des permis d'entrée pour les employés expatriés qui sont des employés clés tels que les directeurs généraux, les cadres supérieurs des finances et du marketing et les postes techniques hautement spécialisés. De plus, des permis d'entrée sont disponibles pour toutes les catégories de main-d'oeuvre qualifiée si les Kenyans ne sont pas disponibles, en démontrant qu'en suivant l'emploi annoncé, aucun candidat approprié n'a postulé.

Les employés expatriés qui envisagent de travailler pour une durée inférieure à 3 mois, comme install-er du matériel, se former ou effectuer un stage, peuvent obtenir un pass spécial.

Les investisseurs étrangers peuvent également obtenir des permis d'entrée pour eux-mêmes s'ils remplissent les conditions de l'Investment Promotion Act 2004 qui doit avoir enregistré la société au Kenya et avoir investi un minimum de 100 000 $ US.

Contact

CCIF Kenya
Te l: +254748 318 466
contact(@)frenchchamber.co.ke
www.frenchchamber.co.ke

Plus de fiches pays

Fermer

Vous souhaitez participer à nos évènements à l'international ?

Restez informé des prochains évènements en France ou à l'étranger ! En savoir plus

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus