L'Argentine en bref

L’Argentine est un pays d’importance économique et géopolitique : il est l’un des 3 seuls pays d’Amérique Latine à faire partie du G20.

L’Argentine est un pays républicain et fédéral, composé de 23 provinces et d’une capitale : la ville de Buenos Aires. C’est un pays à revenu intermédiaire (tranche supérieure), considéré comme marché financier émergent. Le pays possède de nombreuses richesses naturelles et l’économie repose principalement sur l’exploitation et l’exportation agricole.

Malgré les crises socioéconomiques cycliques, l’Argentine est un pays d’importance économique et géopolitique : il est l’un des trois seuls pays d’Amérique Latine à faire partie du G20. En plus, l’Argentine fait partie du Marché Commun du Sud (MERCOSUR), de l’Union des Nations Sud-américaines (UNASUR), de la Communauté des États d'Amérique Latine et des Caraïbes (CELAC), entre autres.

Depuis le 10 décembre 2019, l’Argentine a un nouveau gouvernement, avec M. Alberto Fernández comme président. Ses priorités sont la lutte contre la faim, la restructuration de la dette (l’Argentine cherche à renégocier un programme de financement accordé avec le Fonds Monétaire International en 2018 pour 57 milliards de dollars), l’élimination de l’inflation et la reprise de l’activité économique, entre autres.
Ses premières mesures fiscales comprenaient des ajustements des dépenses visant à améliorer les recettes fiscales de l’État, à réduire le déficit et à créer des conditions pour atteindre un excédent dans les comptes publics.
Selon les chiffres de l’Université Di Tella, les argentins ont une confiance de 2,22 points (sur une échelle de 0 à 5) envers le gouvernement de M. Alberto Fernández : ceci représente une amélioration de 13 % par rapport au dernier gouvernement de M. Mauricio Macri.

Tendances économiques

Selon les chiffres du Ministère de l'Économie, les revenus totaux de l’Argentine ont été de 3.937.073 millions de pesos en 2019 et le résultat budgétaire a montré un déficit de 95.122 millions de pesos (0,44 % du PIB estimé pour l'année). Ainsi, le gouvernement sortant a conclu sa gestion en atteignant l'objectif budgétaire convenu avec le FMI dans le dernier programme signé entre eux.

Si l’on tient compte des intérêts de la dette, le déséquilibre fiscal total atteint 3,7 % du PIB. Cependant, la position primaire du gouvernement national s’améliore depuis 2016 et le déséquilibre total montre une correction depuis 2018, tel que rapporté par la société de conseil Invecq. En plus, le déficit primaire de 2019 a été le plus bas des neuf dernières années.

Au quatrième trimestre 2019, l’estimation préliminaire de l’INDEC (Institut National des Statistiques et des Recensements) concernant le PIB, montre une baisse de 1,1 % par rapport à la même période de l’année précédente. En fait, la différence de PIB entre 2018 et 2019 est négative : - 2,2 %.

Selon l’INDEC, l’industrie manufacturière, le commerce et l’intermédiation financière ont eu un impact négatif, ce qui explique cette baisse. En revanche, l’agriculture, l’élevage, la chasse et l'exploitation forestière ont eu un impact positif.

D'autres données pertinentes pour l'année 2019 sont les baisses observées dans la formation brute de capital fixe ou investissement (- 15,9 % par rapport au 2018) et dans la consommation privée (- 6,4 % par rapport au 2018 aussi). Celles-ci ont été partiellement compensées par la hausse des exportations (+ 9,4 %).

Malgré le scénario récessif, l’Argentine est le troisième pays d’Amérique Latine en termes de réception des flux d’IDE, derrière le Brésil et le Mexique (2018). Au premier trimestre 2019, l’investissement étranger direct a dépassé 2,6 milliards de dollars ; par rapport au PIB, les flux d’IDE ont représenté le 2,3 %, tel que rapporté par l’Agence Argentine d’Investissement et de Commerce International. Pendant la première partie de l’année 2019, il y a eu des annonces d’investissement de 11 milliards de dollars correspondant à 107 projets de plus de 100 entreprises. Selon la même Agence, les investisseurs étrangers les plus importants du pays sont les États-Unis, le Canada et l’Espagne.

Échanges commerciaux France-Argentine

La France est le 12ème fournisseur de l’Argentine et le 4ème parmi les pays européens, derrière l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. Pour la France, l’Argentine est son 4ème client sur le continent derrière le Brésil, le Mexique et le Chili, et son 60ème client dans le monde. Les échanges bilatéraux en 2018 ont été de 1.514,80 millions de dollars.

De plus, l’Argentine est le 4ème récipiendaire d’investissements directs français en Amérique Latine : 1,88 Mds d’EUR (fin 2018). La participation des investissements français est remarquable spécialement dans les secteurs des énergies renouvelables, du pétrole et du gaz, d’infrastructure et de l’automobile, entre autres.

Selon la Direction Générale du Trésor du Ministère français de l’Économie et des Finances, les principaux produits d’importation française sur les 10 premiers mois de 2019 ont été les préparations pharmaceutiques (67,5 MEUR), les parfums et produits pour la toilette (42,4 MEUR) et les produits chimiques organiques de base (41, 6 MEUR). Les autres produits d’importation les plus importants sont les pièces automobiles, les voitures pour le transport de personnes et les moteurs diesel ou semi-diesel.

D’une autre part, les principales exportations argentines vers la France sont les huiles et graisses (71,6 MEUR), les préparations et conserves à base de poisson et de produits de la pêche (51,8 MEUR) et les produits du raffinage du pétrole. En plus, les céréales, légumineuses et oléagineux et les viandes de boucherie.

Les relations entre la France et l’Argentine se caractérisent par "leur densité élevée et leur large contenu", tel que rapporté par le Ministère argentin des Affaires Étrangers. Les deux pays partagent des liens historiques d’amitié et de solidarité, les valeurs de la démocratie, les droits humains et le multilatéralisme. Ils ont également un vaste agenda de coopération dans les domaines de la culture, la science et la technologie.

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher l'Argentine

  • Explorez les différents secteurs potentiels d’investissement

L’Argentine a une grande variété de secteurs et d’industries très solides, notamment l’agriculture (soja, viande, vin), le pétrole et le gaz, entre autres. Ces secteurs ont besoin d’investissements, ouvrant des opportunités pour des experts étrangers possédant des compétences et des connaissances spécifiques.

  • Connaissez le cadre réglementaire pour faire des affaires en Argentine

En ce qui concerne la création de sociétés au niveau local, il y a différentes options (Société à Responsabilité Limitée, Société Anonyme, entre autres). Toutes les sociétés en Argentine doivent être enregistrées à l’IGJ (Inspection Générale de Justice). En général, le procès d’enregistrement n’est pas long : la société peut être enregistrée un mois après la présentation de la documentation.
Pour les étrangers qui souhaitent travailler en Argentine, ils doivent être enregistrés au Registre des Migrations pour pouvoir être employés.

  • Cherchez un intermédiaire local

Afin de comprendre les procédures bureaucratiques et gouvernementales argentines, il est important d’avoir un intermédiaire local. En ce qui concerne l’exportation depuis la France, il est important de passer par un professionnel du secteur qui connaît toutes les questions liées à la réglementation du commerce extérieur, douanes, documentation. La plus important est le SIMI (Sistema Integral de Monitoreo de Importaciones), un instrument développé afin d’optimiser les processus en matière douanière : les importateurs devront présenter l'information correspondante à l'importation à réaliser, à travers la page de l'AFIP (Administration Générale des Recettes Publiques), et les organismes chargés d'autoriser l’entrée de marchandises devront répondre dans un délai inférieur à 10 jours. Les déclarations effectuées à travers le SIMI auront un délai de validité de 180 jours consécutifs, comptés à partir de la date de leur approbation.

  • Étudiez comment investir en Argentine

La Loi sur l’Investissement Étranger (Loi 21.382) constitue le cadre juridique des IED en Argentine : les investisseurs étrangers ont les mêmes droits et obligations que les investisseurs nationaux. Ils peuvent effectuer des investissements dans le pays, sans nécessité d'approbation préalable, dans des conditions identiques à celles des investisseurs domiciliés dans le pays.

  • Essayez de comprendre la culture argentine

L’Argentine ressemble par de nombreux aspects à l’Europe, mais il ne faut pas être trop confiant et penser à appliquer les mêmes méthodes et comportements en réunion ou en négociation. Les relations personnelles sont très importantes, donc les réunions en tête à tête sont essentielles. Cependant, l’accueil souvent chaleureux des argentins n’assure pas forcément l’aboutissement d’une vente. Il est important de connaître le marché et de ne pas sous-estimer la valeur de son interlocuteur même si les rencontres sont souvent informelles.

Contact

CCIF Argentine
www.ccifa.com.ar

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus