Nouvelle-Zélande

La Nouvelle Zélande en bref

Sur des critères de droit, taille de gouvernement, ouverture du marché et efficacité de la réglementation, la Nouvelle-Zélande à un indice de liberté économique de 84.1, en faisant le 3ème pays le plus libre au monde sur le plan économique.

Tendances économiques

La Nouvelle Zélande compte environ 5 millions d’habitants et une surface géographique légèrement supérieure à celle du Royaume-Uni. Son économie, contrainte par sa faible population et isolement géographique, à un PIB de $US204 milliards. Cela en fait la 51ème nation en termes de GDP, comparé à la France classée en 7ème position avec $US2,700 milliards. Sur des critères de droit, taille de gouvernement, ouverture du marché et l’efficacité de la réglementation, la Nouvelle-Zélande à un indice de liberté économique de 84.1, en faisant le 3ème pays le plus libre au monde sur le plan économique.

Selon le Fond Monétaire International, pour l’année 2019 en N-Z, le solde des finances publiques a atteint 0%, la dette nationale a diminué pour atteindre 29.6%, le taux d’inflation reste très bas à 1.4% et le taux de chômage est de 4.3%. Les challenges économiques demeurent l’investissement étranger, la bulle immobilière du pays et le marché de la dette privée.

En 2019, le Dollar Néo-Zélandais conserve un niveau élevé après une constante appréciation depuis 2015. Malgré cela, la Nouvelle-Zélande a observé une diminution de son Terms of Trade. Cependant, la crise du Covid-19 a rendu la devise volatile avec une variation de valeur par rapport à l’euro de 14% entre Janvier et Mars 2020. La situation est encore sujette à de nombreuses variations.

La Nouvelle-Zélande est fortement dépendante des échanges internationaux et de son industrie locale de construction. Alors que les secteurs traditionnels du tourisme, l’agriculture et la construction restent les industries majoritaires, on constate que les technologies de l’information et la fabrication d’équipement de haute technologie sont des vecteurs de croissance à l’export. La Nouvelle-Zélande est particulièrement riche en agriculture et ressources naturelles, un avantage compétitif pour son secteur primaire qui représente la moitié de la valeur totale des exports du pays.

Échanges commerciaux Franco-Néo-Zélandais

En 2017, la France importait de Nouvelle-Zélande pour une valeur totale de $383 millions. 45% des imports sont des produits animaliers, 18% de produits végétaux, 12% d’instruments médicaux et thérapeutiques, 6.3% de produits alimentaires finis, 5% de métaux, 4.3% de machines et 3.8% de produits chimiques.

En 2017, la France exportait à la Nouvelle-Zélande pour une valeur totale de $645 millions. 33% des exports sont des produits de transport, 20% de machines, 11% de produits alimentaires finis, 9.9% de produits chimiques, 4% de plastiques et caoutchoucs, et 3.6% d’instruments thérapeutiques et médicaux.

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher la Nouvelle-Zélande

  • Choisissez un mode d’entrée précis

Il y a différentes façons d’entrer en Nouvelle-Zélande et votre stratégie peut exiger que vous en utilisiez plus d’une. Un choix judicieux exige une étude sérieuse du marché local et dépendra surtout du produit ou service que vous souhaitez introduire. Les méthodes directes d’entrée incluent la vente via un site web, l’établissement d’une filiale ou un partenariat avec un agent ou un distributeur. Chaque option a ses avantages et ses inconvénients avec ses implications juridiques et financières. Demandez l’avis d’un spécialiste en développement à l’international, d’un comptable et/ou d’un avocat avant de prendre une décision.

  • Consulter les agences gouvernementales locales pour votre étude de marché

Si vous souhaitez recevoir de l’assistance ou plus d’informations concernant le marché local, n’hésitez pas à nous adresser vos questions. Vous pouvez aussi consulter les sites des agences gouvernementales néo-zélandaises telles que New Zealand Trade and Enterprise (www.nzte.govt.nz) ou New Zealand Ministry of Business, Investment and Employment (www.mbie.govt.nz).

  • Protégez votre propriété intellectuelle

En raison de la concurrence croissante à l’échelle internationale, il est important de protéger votre marque. Cela vous permet de conserver un avantage compétitif et de gagner un revenu croissant pour votre entreprise. Vous pouvez vous rapprocher de l’agence officielle de propriété intellectuelle (Intellectual Property Office of New Zealand, IPONZ, www.iponz.govt.nz) ou d’un avocat spécialisé en propriété intellectuelle. Nous vous conseillons de prendre conseil auprès d’un avocat néo-zélandais pour le dépôt de votre demande.

  • Préparez votre visa

Vous avez le choix entre plusieurs modes d’entrée comme en témoigne la multiplicité des visas. La Nouvelle-Zélande attire de plus en plus d’hommes d’affaires et d’entrepreneurs. Pour en savoir plus sur les types de visa délivrés et les conditions à remplir, rendez-vous sur le site de l’immigration néo-zélandaise (www.immigration.govt.nz).

  • Considérez les différences culturelles et linguistiques

Faire des affaires en Nouvelle-Zélande peut être la source de petits défis culturels. Par exemple, la culture et la langue locales pourraient influencer la perception de votre marque commerciale, votre mode de communication, votre stratégie de négociation ou votre approche marketing. Si l’anglais vous pose quelques difficultés, n’hésitez pas à recourir aux services d’un interprète ou d’un traducteur.

  • Accès aux marchés publics

Les appels d’offres relevant de marchés publics en Nouvelle-Zélande sont publiés en ligne et sont classifiés par type d’industrie. Pour pouvoir les consulter, inscrivez-vous sur www.gets.govt.nz.

Contact

CCIF Nouvelle-Zélande
Tél : (+64 9) 309 6100
info(@)fnzcci.org.nz | contact(@)fnzcci.org.nz
www.fnzcci.org.nz

Plus de fiches pays

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus