Danemark

Le Danemark en bref

Le Danemark est le point d’entrée du marché nord européen, le pays se développe principalement grâce aux échanges commerciaux avec le reste du monde.

Tendances économiques

Entré dans l´Union européenne en 1973, le Danemark est membre de l’Union économique et monétaire, sans toutefois avoir adopté l’Euro (rejeté par référendum en 2000). Le Danemark applique toutefois une politique de change quasi fixe (bande de +/- 2,25%) avec la monnaie unique, autour d’un cours pivot de 7,46 DKK = 1 EUR.

Selon le rapport 2018 de la consultation de l’Article IV du FMI, le Danemark se trouve sur une dynamique de croissance (taux record sur 10 ans en 2017 avec +2,2%) et de création d’emplois, tandis que l’inflation demeure contrôlée et que les salaires sont alignés sur la croissance de la productivité.

Le Danemark investit chaque année des milliards dans la recherche et le développement, et les entreprises engagées dans la recherche et le développement constituent le segment de croissance le plus performant du secteur des affaires danois. L'année dernière, les entreprises de R&D au Danemark ont enregistré une croissance moyenne de bénéfices bruts de 198% selon une nouvelle étude de Bisnode, le plus grand fournisseur de crédit et d'informations commerciales de Scandinavie.

« Ce taux de croissance impressionnant montre clairement que le Danemark est l'un des principaux pays dans le domaine de la recherche fondamentale, offrant aux entreprises internationales, aux investisseurs et aux chercheurs des opportunités commerciales intéressantes », a déclaré Claus Lønborg, CEO de Copenhagen Capacity.
Les cinq principaux segments d'activité en croissance au Danemark sont : R&D, boissons, énergie, y compris électricité, gaz naturel et chauffage urbain, IT et produits pharmaceutiques.

La Fintech est extrêmement compétitive au Danemark. Le Danemark est en effet en première place dans le classement du Digital Economy and Society Index (DESI) 2018.
Quelques chiffres sur la Fintech danoise (source BusinessFrance Danemark) :

  • 11% du capital total investi dans les pays nordiques en 2017
  • 65 M d’euros investis dans 12 sociétés en 2017
  • Copenhagen Fintech Lab est le 7ème lab le mieux noté en Europe.

Le Danemark a une forte volonté de devenir un réel hub européen/mondial et il y a une réelle stratégie de développement nationale (e-gouvernement) avec des investissements publics, l’émergence de start-ups ainsi que des partenariats internationaux.

A noter aussi que le Danemark est le point d’entrée du marché nord européen, le Danemark se développe principalement grâce aux échanges commerciaux de biens et de services avec le reste du monde (la somme des exportations et des importations atteint presque 100% du PIB danois), surtout avec ses voisins européens.

Échanges commerciaux Franco-Danois

Le marché danois, en dépit de son caractère limité en nombre de consommateurs (5,7 M d’habitants), offre un fort potentiel pour de nombreux secteurs de l’économie française, et constitue également une porte d’accès aux marchés nordiques. C’est pour cette raison, ainsi que pour le dynamisme et la flexibilité de son marché du travail, que nombre d’entreprises françaises ont choisi le Danemark (Copenhague) pour établir leur siège régional nordique & balte.

Commerce de marchandises : un excédent en croissance en faveur de la France
La dynamique, favorable à la France depuis 2015, des échanges bilatéraux de biens se poursuit en 2018. En effet, les exportations françaises de marchandises vers le Danemark ont atteint 3 Mds€ sur la période juin 2017 – mai 2018, pour un solde positif de 204 M€ (180 M€ à fin 2017).
8ème client du Danemark (2,8 Mds€), la France en est le 9ème fournisseur avec une part de marché de 3,3%. En 2017, les cinq premiers fournisseurs de biens du Danemark étaient l’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas, la Chine ainsi que la Norvège.
Les échanges de biens entre la France et le Danemark concernent principalement les produits manufacturés (augmentation de 47% des ventes de véhicules automobiles, et augmentation de 32,6% des importations de moteurs et de matériels électriques - notamment pour éoliennes - sur les 5 premiers mois de 2018), les produits de l’industrie agroalimentaire ainsi que les produits chimiques et préparations pharmaceutiques.

Des échanges de services importants
Selon Danmarks Statistik, les exportations françaises de services vers le Danemark sont restées stables à 1.60 Mds€ entre 2016 et 2017 (ce qui représente 52% des exportations de biens), et la France est devenue le 9ème fournisseur de services du Danemark (2016), devant Singapour.
Par ailleurs, le solde des échanges de services est positif pour la France depuis 2005, et s’est accru depuis 2009. En 2015, 2016 et 2017, il aurait été respectivement de 445 M€, 619 M€ et 459 M€ (le solde « biens et services » étant un peu plus de 3 fois supérieur au solde « biens » seuls).
En 2017, les cinq premiers fournisseurs de services du Danemark sont le Royaume-Uni (plus de 4 fois le montant des exportations françaises), l’Allemagne, les Etats-Unis, la Suède ainsi que la Norvège.
Les trois principaux domaines dans lesquels la France exporte ses services au Danemark, et cela depuis 13 ans (sauf une contribution exceptionnelle de 345 M€ en 2013 pour la construction), sont : les transports, avec 464 M€ (notamment 261 M€ pour les transports maritimes) ; les services de voyage pour 360 M€ ; les autres services aux entreprises pour 309 M€ (144 M€ de management consulting et 112 M€ de support technique lié au commerce de biens).

Les investissements progressent de part et d’autre
La France est le 8ème investisseur au Danemark (pays européen le plus attractif et 3ème mondial pour son climat des affaires selon le classement Doing Business) avec un stock de 7,82 Mds€ en 2017, soit plus de six fois le niveau de 2007.
Près de 220 entreprises françaises sont implantées au Danemark dans les secteurs financiers (BNP Paribas), l’industrie manufacturière (Saint-Gobain), les activités immobilières (Unibail, Klepierre) ou encore dans le secteur automobile (Renault).
L’investissement français au Danemark a changé de braquet en avril 2018, lorsque le groupe Total a racheté pour 7,45 Mds$ la filiale Oil & Gas du conglomérat danois A.P. Møller-Mærsk.
Par ailleurs, Thalès a finalisé en mai 2018 l’acquisition du leader danois des systèmes de conduite assistée pour les trains grandes lignes, Cubris, ce qui lui permettra d’accélérer sa stratégie digitale ainsi que d’envisager le futur du train autonome.

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher le Danemark

Même si le Danemark n’est qu’à 1h30 d’avion de Paris, il convient de prendre en compte certaines particularités du marché local pour pouvoir s’implanter ou y développer rapidement son activité.

  • Marché scandinave

Le Danemark reste un pays à taille limitée mais de nombreuses entreprises travaillent depuis Copenhague sur toute la Scandinavie, le marché scandinave représente ainsi plus de 20 millions de consommateurs avec un fort pouvoir d’achat. L’aéroport de Copenhague permet de rayonner facilement sur toute la région.

  • Prendre en compte les différences culturelles et les habitudes de consommation locales

Bien que le consommateur danois soit généralement amateur de produits français, notamment dans l’alimentaire, ses habitudes de consommation ne sont pas celles du Français. La notoriété d’une marque ou d’une enseigne en France ne constitue, en soi, aucune garantie de succès au Danemark. Sans effort et investissement marketing, des sociétés pourtant connues en France n’ont pas réussi à s’y implanter durablement. Attention également à prendre en compte un marché très digitalisé. À titre d’exemple, le chèque n’est pas un mode de règlement utilisé au Danemark et le paiement par téléphone y très répandu.
Concernant les différences culturelles, pour vous éviter de perdre du temps, il est préférable de suivre une formation interculturelle à votre arrivée au Danemark. La ponctualité est par exemple primordiale et l’organisation des réunions suit généralement scrupuleusement l’ordre du jour.

  • Faîtes vous accompagner

La communauté d’affaires françaises est très bien implantée et très bien représentée au Danemark. Entre la Chambre de Commerce, pour vous permettre de recruter ou d’obtenir différents services comme la gestion salariale ou développer votre réseau franco-danois, Business France pour vos études de marché ou la mise en place d’un VIE, le Service Économique de l’Ambassade et les CCE pour vous aider à mieux comprendre le marché danois, les différents organismes aidant les marques françaises au Danemark peuvent vous faire gagner beaucoup de temps et éviter certaines erreurs.

Contact

CCIF Danemark
www.dansk-fransk.dk

Plus de fiches pays

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus