Belgique

La Belgique en bref

La Belgique a su tirer profit de sa position géographique privilégiée pour ouvrir son économie à l’international.

Tendances économiques

Au printemps 2020, l'activité de grands pans de l'économie belge a été réduite ou interrompue pour réduire le nombre de contagions liées au Coronavirus. Les mesures d'assouplissement ont permis une forte reprise économique au troisième trimestre, mais de nouvelles mesures de restriction ont entravé la poursuite du rattrapage au quatrième trimestre. Pour une économie qui repose essentiellement sur le secteur tertiaire (services), la crise de la COVID-19 a provoqué une forte contraction de l'économie belge.

En conséquence, le gouvernement fédéral a également annoncé des mesures de soutien, qui ont maintenant été approuvées, afin de soutenir les secteurs les plus durement touchés et de stimuler la reprise de l'économie. Entre le quatrième trimestre 2019 et le quatrième trimestre 2020, l'emploi a diminué de 39 000 personnes, soit nettement moins que prévu. Bien que les mesures de soutien aient permis d'éviter une catastrophe économique majeure, cela a créé un énorme écart dans le budget de l’Etat belge. Cependant, une reprise de 4,1 % est déjà prévue en 2021.

Échanges commerciaux Franco-Belges

Au printemps 2020, l'activité de grands pans de l'économie belge a été réduite ou interrompue pour réduire le nombre de contagions liées au Coronavirus. Les mesures d'assouplissement ont permis une forte reprise économique au troisième trimestre, mais de nouvelles mesures de restriction ont entravé la poursuite du rattrapage au quatrième trimestre. Pour une économie qui repose essentiellement sur le secteur tertiaire (services), la crise de la COVID-19 a provoqué une forte contraction de l'économie belge.

En conséquence, le gouvernement fédéral a également annoncé des mesures de soutien, qui ont maintenant été approuvées, afin de soutenir les secteurs les plus durement touchés et de stimuler la reprise de l'économie. Entre le quatrième trimestre 2019 et le quatrième trimestre 2020, l'emploi a diminué de 39 000 personnes, soit nettement moins que prévu. Bien que les mesures de soutien aient permis d'éviter une catastrophe économique majeure, cela a créé un énorme écart dans le budget de l’Etat belge. Cependant, une reprise de 4,1 % est déjà prévue en 2021.

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher la Belgique

Le conseil primordial que l’on peut donner à l’exportateur français souhaitant appréhender le marché belge est de l’approcher avec le même professionnalisme que tout autre marché plus lointain et de ne pas se laisser tromper par son apparente proximité : le marché belge n’est pas une extension du marché français ; la Belgique n’est pas la 23ème région de France !

  • Prendre en compte le multilinguisme : 60% des belges ne sont pas de langue maternelle française. La première langue des Belges est le néerlandais. L’allemand est la troisième langue officielle du pays. Votre packaging et vos documentations commerciales doivent être adaptés en conséquence.
  • Prendre en compte les différences culturelles et les habitudes de consommation locales : Bien que le public belge soit généralement amateur de produits français, ses habitudes de consommation ne sont pas celles du français. Un produit qui se vend bien en France ne fera pas toujours l’objet d’une forte demande en Belgique. Par exemple, en France, on constate un retour aux valeurs du terroir alors que le consommateur belge, flamand notamment, sera davantage attiré par la nouveauté et le design. La notoriété d’une marque ou d’une enseigne en France ne constitue, en soi, aucune garantie de succès en Belgique. Sans effort et investissement marketing, des sociétés pourtant connues en France n’ont pas réussi à s’implanter durablement en Belgique. Attention également à ne pas transposer des réflexes français. A titre d’exemple, le chèque n’est pas un mode de règlement utilisé en Belgique. De même, le « quart d’heure de politesse » n’est pas d’usage : la ponctualité est de rigueur. L’usage du tutoiement est aussi davantage répandu en Belgique qu’en France ; il ne s’agit pas d’un manque de respect à l’égard du contact français mais d’une différence culturelle.
  • S’adapter à votre interlocuteur : Le Belge connaît, en général, assez bien le Français ; la réciproque n’est souvent pas vraie. L’exportateur français constatera que son cocontractant belge sera plus discret dans ses relations commerciales mais il sera aussi plus concret : il favorisera des solutions pragmatiques à des discours ou des solutions complexes.

Télécharger la fiche pays

Contact

CCIF Belgique
Tél :+32 2 545 11 67
sae(@)cfci.be
www.ccifrancebelgique.be

Plus de fiches pays

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus