République tchèque

Délifrance : Le meilleur croissant français bientôt disponible en Tchéquie

Entretien avec Michel NGUYEN Dirigeant de la société Delifrance, spécialiste français de la boulangerie et viennoiserie.

La carrière de Michel NGUYEN chez le géant français de la boulangerie et viennoiserie Délifrance a commencée il y a 27 ans. Il est passé par l’école de la boulangerie des Grands moulins de Paris en 1988, ensuite il a travaillé en Suisse et dans les Caraïbes pour devenir l’ambassadeur technique des produits français dans la filiale Grands moulins de Paris en Angleterre. En tant que directeur général de Délifrance Franchise International, il est à la recherche d’un opérateur de la master franchise pour ouvrir les premières boutiques Délifrance en République tchèque.

 

Quelle était votre motivation pour choisir le marché tchèque ?

Quand nous avons commencé à déployer le nouveau projet d’implantation en étranger, la priorité numéro un était l’Asie et le Proche Orient : Shanghai en Chine, un pays par taille et par importance parmi les plus grands au monde et Dubaï, une plateforme internationale, que nous avons choisie pour sa visibilité.

La deuxième phase s’oriente sur l’Europe centrale et de l’Est (zone PECO) et Russie et l’Ukraine. Le deuxième territoire ciblé est l’Afrique avec l’Egypte, le Maroc et l’Afrique du Sud, qui sont des pays à forte influence européenne et qui ont un pouvoir d’achat non négligeable.

Dans la zone PECO, la République tchèque a été choisie car c’est un endroit très touristique, une économie stable, avec un pouvoir d’achat fort des touristes et des locaux. La vision de l’alimentation dans ce pays a connu un changement profond, on observe des tendances veggies, véganes, healthy food, super food. C’est une orientation que nous avons choisi nous même pour Délifrance, de mieux manger et manger moins gras, ce qui correspond aux attentes des consommateurs en République tchèque.

Qu’attendez-vous de l’opérateur de master franchise pour le marché tchèque et slovaque ?

Nous recherchons une entreprise qui partagerait notre vision et nos valeurs sur les moyens d’établir Délifrance en République tchèque et en Slovaquie. On opère avec un contrat de 20 ans. La deuxième condition est l’accès au financement et au real estate. Il est également utile d’avoir une expérience dans le secteur Food and beverage et de la franchise.

Les frais à prévoir sont composés des droits d’entrée pour chaque magasin, les royalties sur le chiffre d’affaire et une contribution pour le marketing global.

Quand peut-on s’attendre aux premiers magasins Délifrance en République tchèque et dans quelles villes ?

On pense ouvrir au cours de 2019. La priorité est Prague, puis les deux autres grandes villes tchèques Brno et Ostrava et Bratislava en Slovaquie. Les deux pays ensemble ont un potentiel pour entre 20 et 25 magasins tous formats confondus.

Quel sera le menu dans les magasins tchèques ?

Chez Délifrance, il y a toujours une sélection des produits iconiques français, puis des produits français adaptés aux goûts locaux (ingrédients spécifiques, taille, mode d’utilisation, pour la Tchéquie par exemple un croissant sandwich salé etc.). La philosophie est de proposer des vrais produits français comme si le consommateur était à Paris. Mais il faut aussi qu’il puisse trouver une adaptation locale des produits qui lui convient et de même pour les boissons. Il faut suivre des coutumes locales.

On développe ensemble avec des chefs Michelin des recettes pour des territoires des master franchises. Ainsi naissent des recettes fusion français – caractère local. On prépare par exemple des garnitures ou des gâteaux pour des fêtes ou événements spécifiques du pays.

Les franchises vendent des produits fabriqués en France ?

Les produits phares de Délifrance, tels que la viennoiserie, sont importés de la France. Les produits adaptés localement sont faits dans les usines à l’étranger. Nos produits iconiques, les croissants, les pains au chocolat, les pains aux raisins, la pâtisserie comme les éclairs et les macarons et les produits de snacking comme par exemple des quiches, sont tous fait en France. Avec des ingrédients français, avec des méthodes françaises pour vraiment donner au consommateur local l’expérience française à travers le goût, les qualités du produit et le design du concept Délifrance avec l’élégance française. Il faut que le consommateur chez Délifrance se sente dans un petit coin de France.

Comment choisissez-vous les producteurs locaux ?

Tout ce qui est produit en Europe, est fait avec de la farine française des Grands Moulins de Paris. Pour des raisons diverses, en dehors de l’Europe on utilise plus de produits locaux. Nous choisissons les fournisseurs en partenariat avec les gérants de la franchise. Nous voulons promouvoir le « local sourcing », donc utiliser des ingrédients locaux de qualité, de proximité et de saison. Cela amène de la fraîcheur et de la saveur. Nous avons des produits qui se conservent toute l’année mais par exemple pour une tartelette, il nous faut des fruits de saison. Pour ceci, nous avons recours aux producteurs locaux.

Comment Délifrance gère la pénurie de la main d’œuvre dans le domaine ?

Le groupe Nutrixo, qui est le holding comprenant les Grands Moulins de Paris et Délifrance a une vraie école de boulangerie, reconnue par l’État. Depuis 1929, elle forme des apprentis et des professionnels en reconversion, ce qui est une activité unique dans notre domaine. Tous les ans, près de 250 apprentis sont formés. On l’utilise également pour la formation du personnel de nos franchises à travers le monde pour leur faire découvrir notre héritage, les racines de nos produits et pour les familiariser avec la France. Une formation à Paris est la meilleure façon.

Qui soutient votre entrée sur le marché tchèque ?

Je me suis adressé en premier lieu à la Chambre de commerce franco-tchèque. Je m’adresse toujours à des CCI FI dans les régions où on prépare l’implantation, car ce sont des experts impartiaux qui apportent de bons conseils, un vrai soutien, un appui au projet et ils connaissent parfaitement le marché. Les consultants de la Chambre de commerce franco-tchèque ont apporté une vraie valeur ajoutée et ils ont fait un très bon travail au niveau d’étude, d’analyse, de recherche de partenaires et l’organisation des rendez-vous en République tchèque. 

Fermer

Salons, rencontres, conférences...

Ne manquez pas les prochains événements en France ou à l'étranger ! En savoir plus