Interview de Pascal Voltzenlugel, Directeur Général (DACH) de Pierre Fabre Pharma

Comment le groupe pharmaceutique Pierre Fabre gère-t-il la crise sanitaire actuelle ?

La crise du coronavirus impacte de plein fouet tous les secteurs d’activité et oblige chacun à se repenser. Comment Pierre Fabre Suisse s’est-il adapté à la situation pour assurer la continuité de son activité tout en préservant la sécurité de ses collaborateurs ?

Santé et solidarité sont les maîtres mots sur lesquels repose la continuité de nos activités pharmaceutiques au sein de Pierre Fabre en Suisse. La santé comme priorité afin de sécuriser nos collaborateurs et leurs familles, mais aussi les patients, les professionnels de santé ainsi que nos partenaires et tierces personnes en général. Nous avons dû adapter notre organisation et notre façon de travailler. Dès le début du mois de mars, nous avons mis en place le télétravail à domicile pour plus de 95% de nos collaborateurs. Nous leur demandons le respect strict des règles et des recommandations sanitaires et d’hygiène définies par l’Office Fédéral de la Santé Publique et de l’Association de l’Industrie Pharmaceutique Suisse. Il convient également de limiter au maximum les déplacements.

Dans cette période difficile, chaque collaborateur doit prendre conscience de la nécessité de rester soudé et d’être concerné par l’élan de solidarité en vue de préparer l’après Covid-19.

On constate également un élan de solidarité envers le secteur médical. Comment le groupe Pierre Fabre y contribue-t-il ?

Au niveau du siège, nous avons réorienté la production d’une de nos usines en France sur la fabrication de gels hydroalcooliques. 70% de cette production est destinée à être distribuée à titre gratuit aux professionnels de la santé. Par ailleurs, le groupe Pierre Fabre a initié 3 études cliniques pour lutter contre le SARS-CoV-2.

Quel est votre plus gros challenge actuellement ?

Au niveau de l’activité en Suisse, la priorité est d’assurer la continuité de l’accès aux soins aux patients nécessitant des traitements médicamenteux lourds notamment dans les indications oncologiques.

Comment envisagez-vous l’ « après-Covid-19 » ?

Il conviendra d’assurer le développement des activités dans un environnement rassurant et sécuritaire. Des masques de protection respectant les normes ainsi que des gels hydroalcooliques et des produits de désinfections contribueront à respecter l’objectif précité.

L’approche de la promotion médicale devra à court et moyen terme être repensée. La mise en place d’outils permettant le renforcement de la digitalisation de l’information centrée sur le patient sera primordiale.

Un mot à la communauté des membres de la CCIF Suisse en cette période si spéciale ?

2 mots : Take Care! (en vous priant de m’excuser de faire digression à la langue française

> Plus d'informations

Contact

CCIF Suisse
www.ccifs.ch

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus