Suisse

Interview de Franck Blanpain, Directeur Général de ONET SA

Face au Coronavirus, de nombreux membres de la CCIF Suisse ont mis en place des plans de continuité, dont ONET SA.

Dans la crise sanitaire que nous vivons actuellement les activités liées à la propreté et au nettoyage sont essentielles au bon fonctionnement de certains secteurs stratégiques à la société, comment ONET Suisse est-elle impliquée ?

Comme vous le soulignez, les prestations des entreprises de propreté sont un rempart sanitaire, et donc contribuent à limiter la propagation du virus. Aussi, notre présence depuis plus de 50 ans en Suisse nous permet d’assurer la continuité du service de nombreux acteurs stratégiques sur la Romandie.   

L’expertise du groupe reconnue en matière d’hygiène et de propreté nous permet d’échanger sur les bonnes pratiques et de mettre en place des mesures adaptées aux situations particulières. Un point hebdomadaire est organisé entre les filiales de 8 pays (Suisse, Luxembourg, Espagne, Maroc, Portugal, Brésil, US, France) pour partager nos retours d’expérience.

En Suisse, dès le vendredi 13 mars des Plans de Continuité d’Activité ont été proposés à nos partenaires pour mettre en place un dispositif organisationnel au niveau humain et matériel, et trouver des solutions particulièrement adaptées et innovantes aux besoins de nos clients.

La gestion des équipes avec des secteurs en plus fortes demandes et d’autres à l’arrêt complet a-t-il été difficile à gérer pour Onet Suisse ?

Tout d’abord, le premier constat, est que la période est bien comprise de tous. Aussi, nous avons pu, dans un délai très court, ajuster nos organisations grâce à une parfaite collaboration avec nos partenaires et l’implication de nos collaborateurs. Cette réactivité a été grandement facilitée grâce aux mesures d’accompagnement mises en place par la confédération.

La souplesse de notre organisation interne a permis de satisfaire les besoins immédiats de nos partenaires en affectant nos « équipes volantes » sur les missions prioritaires, notamment en matière d’ultra propreté.

Par ailleurs, la mise en place d‘une organisation mixte télétravail et présentiel de notre encadrement a permis d’assurer une continuité de services.

De plus, nous avons la chance de pouvoir bénéficier d’infrastructures solides en Suisse et d’un back office performant qui ont su adapter les méthodes de travail dans un délai record. Le département IT a joué un rôle essentiel en facilitant les relations distantes. 

La reprise progressive de l’économie est annoncée avec le retour dans les entreprises des collaborateurs, existe-t-il des protocoles de désinfection qui peuvent être mis en place pour assurer l’intégrité sanitaire des collaborateurs ?

Pour la reprise d’activité post Covid19, Onet Suisse a mis en place différents protocoles de nettoyage et désinfection pour accompagner nos partenaires allant de la prestation de base qui consiste à une remise en état de propreté jusqu’à des prestations plus approfondies pour une désinfection totale. Ces protocoles sont indispensables pour l’intégrité sanitaire de nos collaborateurs, des collaborateurs de nos clients, et leurs propres clients ou usagers selon les cas.

Nos interventions s’effectuent selon des protocoles de désinfection encadrés par notre département QHSE.  Nos collaborateurs sont formés sur ces protocoles par leurs responsables via des tutoriels et des supports papier.

Aussi, nous sommes fiers de pouvoir compter sur nos équipes et nos partenaires qui prennent part à la mobilisation et à l’effort national dans la lutte contre la pandémie.

Quel est le principal défi auquel vous devez faire face pendant cette crise ?

La reprise de l’activité représente en soi un vrai défi car elle implique au préalable des nettoyages et désinfections ainsi que des prestations supplémentaires de précaution pendant la période de déconfinement au minimum. Or nous devons nous réorganiser sans connaitre les paramètres indispensables (dates précises de reprises de nos clients, exhaustivité des nouveaux cahiers des charges, durée des prestations complémentaires…). A cela s’ajoute la nécessaire protection et formations complémentaires de nos collaborateurs. Le défi majeur sera donc de garantir la santé et la sécurité de nos équipes et de tous, ce qui est avant tout notre priorité, tout en accompagnant nos clients.

C’est un travail d’équipe qui doit se faire avec beaucoup de sérieux, de lucidité et de pragmatisme.

Un mot à la communauté des membres de la CCIF Suisse, quel enseignement pouvons-nous tirer ?

¨Depuis le vendredi 13 mars 2020 et la déclaration du Conseil Fédéral, la Suisse s’est partiellement arrêtée. Le Covid-19 nous oblige à gérer des situations inédites, impensables même. Les dommages sont considérables sur tous les plans, en particulier économiques. C’est un facteur révélateur ou confirmatoire des fragilités.   

Alors travaillons dans l’intérêt de tous, soyons responsables, exemplaires et solidaires, travaillons pour les générations futures, et prenons conscience collectivement que le monde de demain ne sera plus le monde d’hier.

Il va falloir apprendre à vivre avec le virus et le risque d’une nouvelle pandémie, anticiper, développer de nouveaux modèles, être lucide, saisir les nouvelles opportunités et créer ensemble les conditions pour rebondir. Sérieux et pragmatisme : deux caractéristiques de l’esprit suisse.

> Plus d'informations

Contact

CCIF Suisse
www.ccifs.ch

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus