Retour sur le Webinaire "Economic Forecast 2020"

Constat optimiste : la Corée du Sud démontre indéniablement une capacité à rebondir rapidement

L’événement a rassemblé plus de 80 participants de haut niveau issus des milieux d'affaires coréens et internationaux.

La FKCCI a organisé cet événement en ligne pour la première fois afin de minimiser les risques sanitaires liés au Covid-19.

Le séminaire a été introduit par S.E. M. Philippe LEFORT, Ambassadeur de France en Corée, David-Pierre JALICON, Président de la FKCCI, et Hyun-Do KANG, Commissaire Adjoint de l'Autorité de la Zone Franche de la Mer Jaune (YESFEZ) en Corée, partenaire de l'événement.

Les experts issus d'institutions prestigieuses,  Dae Joong Lee, directeur du bureau des finances du développement au ministère de l'Économie et des Finances (MOEF), Michel DROBNIAK, chef du service économique à l'Ambassade de France en Corée, et Suktae OH, économiste en chef à la Société Générale en Corée, ont évalué l'impact macroéconomique de la crise de la Covid-19 à la fois au niveau mondial et en Corée, et ont débattu des politiques économiques en réponse à la crise.

Les intervenants ont exprimé leur optimisme quant à la capacité de la Corée à rebondir rapidement et atténuer l’impact de la crise et des nouvelles normes de distanciation sociale. Pour S.E. M. LEFORT, « le gouvernement coréen a démontré sa capacité à contenir l'épidémie tout en protégeant son économie », et la Corée tout comme la France partagent des intérêts communs avec un accent particulier mis sur la transition verte, l'économie numérique et la cohésion sociale dans leurs plans respectifs de « New Deal ».

En Corée, si le rebond devrait être plus faible que lors des crises précédentes (+2,8% de croissance du PIB en 2021 selon la Banque de Corée, contre +6,8% en 2010 après la crise financière mondiale), le pays devrait être le moins touché parmi les pays de l'OCDE et du G20, à l’instar de certains de ses principaux partenaires commerciaux parvenant à atténuer l'impact de la crise, tels que la Chine et d'autres économies asiatiques. Les exportations et la consommation des ménages ont été déprimées au cours du premier semestre avec respectivement -11,3% et -4,4%, mais le ralentissement devrait être plus modéré à la fin de l’année 2020.

Cependant, les investissements sont restés positifs du fait d’effets cycliques, les fondamentaux économiques sont toujours forts (l'augmentation de la dette publique reste gérable), et la sortie d'un vaccin contre Covid-19 est prévue d'ici la fin de l’année 2021. Ces facteurs positifs ont amélioré les indicateurs de confiance des entreprises qui étaient déprimés jusqu'en avril/mai. Des incertitudes subsistent à moyen et long terme, car la croissance potentielle diminue, due au vieillissement de la population coréenne, et les perspectives mondiales de reprise du commerce et de l'investissement restent difficiles à prévoir selon les intervenants.

Dans ce contexte,  Dae Joong Lee, du MOEF, et Suktae OH, de la Société Générale, ont souligné l'importance d'une réponse forte des pouvoirs publics, en particulier la politique budgétaire et le financement par les banques centrales. En Corée, des mesures de soutien de 277 trillions de wons (14,4% du PIB) sont prévues, dont 58,1 trillions de soutien budgétaire, qui est le 12e plus grand des pays du G20.
 

Voir le replay

Contact 

CCIF Corée
Orianne LEMAIRE

PR & Communication Department
Tel : +82 2 553 2838
communication(@)fkcci.com
www.fkcci.com 

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus