Grande-Bretagne

Le Royaume-Uni en bref

Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord fait actuellement partie des dix économies les plus importantes au monde en termes de PIB, et figure parmi les trois économies les plus importantes d’Europe.

Le Royaume-Uni est membre du G7, du G8 et du G20, ainsi que d’organisations internationales d’envergures telles que le FMI, la Banque Mondiale et l’ONU (au sein de laquelle il dispose d’un siège permanent au Conseil de Sécurité). Le Royaume-Uni est un acteur incontournable de la scène économique et politique mondiale.

Tendances économiques

Son économie repose largement sur le secteur des services, qui représentait environ 70% du PIB en 2019. Ce secteur reste la force motrice de l’économie britannique, tiré notamment par le dynamisme du secteur financier. A noter que Londres est la plus grande place de marché financière européenne et la deuxième au niveau mondial. De son côté, l’agriculture n’a qu'un faible impact sur l'économie (moins de 1% du PIB en 2019), même si ce secteur est très productif. En effet, le secteur agricole satisfait 60% de la demande alimentaire du pays tout en n’employant qu’un pourcent de la population active.

Le Royaume-Uni est actuellement la 5ème puissance économique mondiale, derrière les Etats-Unis, la Chine, le Japon et l’Allemagne. Il est aussi le 9ème plus grand exportateur et le 6ème plus grand importateur au monde.

Cependant, depuis l’annonce du Brexit en 2016, l’économie britannique ralentit, avec une décroissance au second trimestre de 2019. Selon les prévisions de l’OCDE, la croissance sera inférieure à 1% en 2020 avant de se stabiliser à 1.2% en 2021. Ce ralentissement économique est lié aux incertitudes concernant la sortie du pays de l’Union Européenne.

En termes d’investissements directs à l’étranger (IDE), le Royaume-Uni est un acteur majeur dans le monde. De plus, les flux d’IDE, entrants comme sortants, sont des éléments majeurs de l’économie du Royaume-Uni puisqu’ils représentent 62% du PIB du pays en 2019.

Les Etats-Unis sont le principal investisseur au Royaume-Uni, avec 80% de tous les investissements entrants au Royaume-Uni. A l’inverse, les investissements depuis l’Europe vers le Royaume-Uni ont diminué depuis l’annonce du Brexit. En 2018, les pays de l’Union Européenne désinvestissaient £12 billions du Royaume-Uni. Concernant les flux d’investissements du Royaume-Uni vers le reste du monde ; la première destination sont les pays de l’Union Européenne, avec 42.7% du total des investissements à l’étranger, suivie par les Etats-Unis (20.9%), pour l’année 2018.

Cependant, les incertitudes liées au Brexit ont grandement impactées les investissements entrants au Royaume-Uni. En effet, le nombre d’IDE a diminué de 14% en 2019, atteignant 1,782 projets d’investissements. Il s’agit du niveau le plus bas atteint en Royaume-Uni depuis 6 ans. C’est également la deuxième année consécutive que le pays expérience un déclin d’IDE entrants.

Échanges commerciaux Franco-Britanniques

Le Royaume-Uni et la France sont des partenaires commerciaux d’envergures, pour l’un comme pour l’autre. Les exportations françaises vers le Royaume-Uni représentent 6.8% du total des exportations françaises, faisant du Royaume-Uni le 6ème partenaire de la France en 2018, en termes de valeur d’exports. Le Royaume-Uni est également le troisième plus important excédent commercial de la France, avec un solde positif de US$4.8 billions, après Hong Kong (US$ 6.8 billions) et Singapour (US$5.2 billions).  Les exportations du Royaume-Uni vers la France représentent 6.5% du total des exportations britanniques, faisant de la France le 4ème partenaire du Royaume-Uni en 2018, en termes de valeur d’exports. Le Royaume-Uni a un excédent commercial avec la Suisse, avec un solde positif de US$ 18.2 billions, suivi par l’Irlande (US$ 9.4 billions) et les Emirats Arabes Uni (US$7.9 billions).

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher le Royaume-Uni

  • Prendre rendez-vous avec un client potentiel : Utiliser les réseaux : scolaires pour les anciens d’écoles privées prestigieuses, universitaires (Oxbridge), identitaires (écossais, irlandais, gallois), ou encore sportifs. 
  • La première réunion : Le Britannique a tendance à se focaliser rapidement sur ses objectifs pour aboutir à des résultats concrets. Il est donc important de préparer un propos construit en anglais et de répondre concrètement. Respecter les « codes » britanniques : ponctualité, respect de l’ordre du jour, acceptation d’une tasse de thé. Si votre interlocuteur vous appelle par votre prénom, ne pas hésiter à faire de même. 
  • La négociation et le contrat : S’attendre à ce que votre partenaire négocie dès la première réunion : se préparer donc à répondre à des questions précises. Si les négociations débouchent rapidement sur une issue positive, le Britannique avancera tout de suite vers les aspects contractuels de la collaboration. 

Contact

CCIF Royaume-Uni
Tél : 00 44 (0)207 092 6626
commercial(@)ccfgb.co.uk
www.ccfgb.co.uk

Plus de fiches pays

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus