Maroc

Maroc - Les technologies de l’information

{{Le plan Maroc numéric 2013 devrait faire des technologies de l´information (TI)
un vecteur de développement humain et économique.
Ce plan doit générer un PIB additionnel de 27 milliards de dirhams.}}

Le plan Maroc numéric 2013 devrait faire des technologies de l´information (TI) un vecteur de développement humain et économique. Ce plan doit générer un PIB additionnel de 27 milliards de dirhams.

Pour Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, cela devra passer nécessairement par les PME-PMI pour lesquelles le recours aux TI est une source de croissance et représente un avantage compétitif. Le gouvernement va subventionner à hauteur de 60 % l’investissement TI. La majorité des patrons de PME interrogés aujourd’hui invoque une offre en matière de TI inadaptée aux besoins de la PME.

«Si on analyse le développement économique dans différents pays, notamment ceux du nord de l’Europe, Finlande, Suède, Danemark ou du continent américain, on se rend compte que ce développement est corrélé avec l’utilisation des Technologies de l’information (TI). L’économie américaine a pu croître de 23 % par exemple de 1999 à 2004 grâce à cette utilisation. Tout ceci m’amène à dire que les autoroutes de l’information sont aussi importantes que les autoroutes en goudron et qu’il faut en construire rapidement. C’est l’ambition de Maroc Numeric 2013». Ces propos sont ceux de M. Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, lors de la conférence de presse, le 10 octobre 2009, annonçant le lancement d’une nouvelle stratégie dans le secteur des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Productivité des PME

Baptisée «Stratégie nationale pour la société de l’information et de l’économie numérique» ou «Maroc numeric 2013», ce programme qui s’étale de 2009 à 2013 doit faire des TI un vecteur de développement humain et économique et générer un PIB additionnel de 27 milliards de dirhams et 26.000 nouveaux emplois. Mais pour le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, cela devra passer nécessairement par les PME-PMI pour lesquelles le recours aux nouvelles technologies est une source de croissance et représente un avantage compétitif. C’est ainsi que trois initiatives clefs pouvant rapidement apporter une plus value à cette catégorie d’entreprises sont au programme.
Il s’agit d’abord de soutenir l’informatisation des PME des filières à fort enjeu PIB, après avoir identifié des solutions métier sectorielles. Le gouvernement va subventionner à hauteur de 60 % l’investissement TI plafonné à 400.000 dhs et consacré l’acquisition des solutions d’informatisation. Cette initiative gouvernementale est d’autant plus importante que, par exemple, dans le secteur du textile, l’utilisation de l’ordinateur pour la conception des modèles qui sont envoyés par courriel aux donneurs d’ordres permettra de gagner en précision et en temps.
Ensuite, pour renforcer ce mouvement d’informatisation de l’entreprise, «Maroc numeric» prévoit de mobiliser les prescripteurs publics et privés. Cette mobilisation permettra de promouvoir, relayer et accélérer l’informatisation des PME. Il s’agit, d’une part, de s’appuyer sur les associations professionnelles, experts comptables, etc. pour la prescription des TI aux PME et d’autre part, de s’associer avec les grands donneurs d’ordres comme l’OCP, l’ONE, la Samir et d’autres organismes publics pour dématérialiser leurs ordres et inciter leurs PME fournisseurs à privilégier les échanges électroniques des données.
Enfin, il est prévu de sensibiliser, d’initier et d’inciter les PME à l’usage des TI. En effet, la méconnaissance de la rentabilité de l’investissement TI et la résistance au changement ont été identifiées comme étant les principaux freins à l’informatisation des PME. Pour lever ces blocages, un programme national d’initiation gratuite des dirigeants de PME sera mis à disposition en collaboration avec l’OFPTT. Cette initiation sera valorisée par l’octroi d’un permis numérique, leur permettant de bénéficier d’un accompagnement personnalisé dans les actions d’appui à la PME qui constitue plus de 95 % du tissu économique national. [...]

Télécharger le dossier complet :

<doc512|center>

<doc523|left>Un article issu du magazine Conjoncture n°911,
Janvier 2010
Une publication de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc.

Chambre française de Commerce et d’Industrie du Maroc
Tél : +212 522 209 090 - Fax : +212 522 200 130
@ : [conjoncture@cfcim.org->conjoncture@cfcim.org] - Site : www.cfcim.org

Plus de notes sectorielles

Fermer

Salons, rencontres, conférences...

Ne manquez pas les prochains événements en France ou à l'étranger ! En savoir plus