Maroc

Maroc - la logistique : un secteur en chantier

Initiée en 2008, la Stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique
est sur les rails. Gros plan sur les objectifs et la mise en oeuvre d’un chantier prioritaire
de l’économie marocaine.

Initiée en 2008, la Stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique est sur les rails. Gros plan sur les objectifs et la mise en oeuvre d’un chantier prioritaire de l’économie marocaine.

Dossier réalisé par Youssef Aït Lahcen
@ : [conjoncture@cfcim.org->conjoncture@cfcim.org]

Le Maroc réalise plus de 95% de ses échanges extérieurs par voie maritime, avec plus de 60 millions de tonnes de marchandises transportées par an. La Stratégie logistique doit permettre aux consommateurs et aux opérateurs économiques de bénéficier d’une gestion optimisée des flux de marchandises.

Ce n’est pas un secret. Le secteur de la logistique est le système nerveux de toute économie performante. La Stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique fait partie de ces grands chantiers voulus par le Maroc de la nouvelle ère. Le Royaume a ainsi réalisé ces dernières années une véritable rupture dans le développement des infrastructures de transport (autoroutes, ports, chemins de fer…) et a franchi d’importantes étapes dans le processus de réformes. Libéralisation oblige, l’introduction de la concurrence dans les différents modes de transport et de l’équipement s’est imposée devant une économie marocaine qui se réveille.

Objectif : gagner en compétitivité
La Stratégie logistique doit permettre au Maroc de pérenniser la mise en oeuvre de ses plans sectoriels et d’accroître la compétitivité de l’économie nationale.

Une étude a été lancée en mai 2008 par le ministère de l’Equipement et des Transport et la CGEM afi n d’évaluer le potentiel et le besoin en terme de logistique. « Aujourd’hui, la performance du secteur dans son ensemble reste à un stade intermédiaire, caractéristique des pays émergents, avec un fort potentiel de développement, une offre de services logistiques encore variable en termes de coût, de qualité, et de délai, une demande des opérateurs en moyenne peu sophistiquée, et un manque d’infrastructures spécialisées sur certains fl ux », peut-on lire sur les documents de l’étude.

De plus, presque tous les secteurs ont leurs Plans de développement : Plan Maroc vert pour l’agriculture, Plan Rawaj pour le commerce intérieur, Plan Halieutis pour la pêche maritime, Emergence pour l’industrie et le Plan pour le développement de l’énergie.

Dans ce cadre, le développement de la logistique semble être une obligation pour ne pas créer des goulots d’étranglement. Ceci apparait clairement dans les objectifs de la stratégie : réduction des coûts logistiques du Maroc avec la baisse du poids des coûts logistiques/PIB de 20 % actuellement à 15 % à l’horizon 2015.

Les consommateurs et les opérateurs économiques vont bénéfi cier d’une gestion optimisée des fl ux de marchandises. Les responsables visent aussi l’accélération de la croissance du PIB par l’augmentation de la valeur ajoutée (+ 3 à 5 points du PIB à l’horizon 2015 et une valeur ajoutée additionnelle de 15 à 20 milliards de dirhams, soit + 0.5 à 0.7 point de PIB par an). Et enfi n la contribution du secteur logistique au développement durable du pays, à travers la réduction des nuisances et du Co2 (-35 % selon la stratégie).

[...]

Télécharger le dossier complet :
<doc999|center>



<img998|left> Un article issu du magazine Conjoncture n°923, février 2011.
Une publication de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc.

Chambre française de Commerce et d’Industrie du Maroc
Tél : +212 522 209 090 - Fax : +212 522 200 130
@ : [conjoncture@cfcim.org->conjoncture@cfcim.org] - Site : www.cfcim.org

 

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter

Plus de notes sectorielles