Pologne

L'état des lieux de l’agriculture polonaise

La Pologne était pendant longtemps un pays rural, lié à la tradition de la culture de la terre.
Les préjugés sur l’agriculture polonaise nous donnent l’image assez triste de ce secteur :
dégradé, pauvre, sous-développé et très fragmenté. Cependant, la vérité se révèle un peu plus
optimiste.

La Pologne était pendant longtemps un pays rural, lié à la tradition de la culture de la terre.Les préjugés sur l’agriculture polonaise nous donnent l’image assez triste de ce secteur :dégradé, pauvre, sous-développé et très fragmenté. Cependant, la vérité se révèle un peu plusoptimiste.

Mariusz Kielich

La population rurale situe la Pologne à la 1ère place parmi les 27 états membres de l’UE et sonnombre d’exploitations agricoles à la 2ème place (derrière la Roumanie). Le pourcentage despersonnes travaillant dans l’agriculture, la chasse, la sylviculture et la pêche s'élève à 14,7% et ilest 2,5 fois plus important que le pourcentage des travailleurs dans ces secteurs dans toute l’Unioneuropéenne (5,8%). Il est important de noter que la population dans les zones rurales,contrairement aux villes, augmente depuis quelques années et a atteint en 2009 14 889 100personnes.

L’agriculture polonaise se caractérise par un grand morcellement: la taille moyenne desexploitations agricoles est de 10.15 hectares. La superficie des terres arables s'élève à 12,1 millionsde ha et représente 74,9 % de terres agricoles. Pourtant, la superficie de plus de la moitié desfermes polonaises ne dépasse pas 5 ha ce qui prouve que la Pologne reste toujours un pays basé surles petites exploitations agricoles individuelles qui produisent seulement ou avant tout pour leurpropre consommation en utilisant les méthodes traditionnelles sans engrais minéraux et d’alimentsindustriels dans l’alimentation des animaux. 23,7 % de tous les exploitations agricoles ne dépassepas la surface de 2 ha, 33,4% se situe entre 2 et 5 ha et seulement 11 % des fermes dépasse lasuperficie de 15 ha. Bien que les sols polonais ne soient pas de très bonne qualité, la Pologne restel’un de plus importants producteurs de produits agricoles en Europe et dans le monde. En Europe37,6 % de seigle provienne de Pologne ce qui place ce pays au 2ème position (à l'échelle mondiale laPologne produit 19,8 % de seigle et occupe la 3ème position). Avec 19 % pour les pommes de terresla Pologne occupe la première place en UE et avec 11,3% la troisième position au niveau de laviande de porc. La Pologne occupe également une des premières places dans la production de fruitsrouges (fraise, framboise et groseille), ainsi que celle de légumes comme oignon, chou et choux-fleurs.

La production agricole est différente en fonction de la région. En Mazovie, dans la voïvodie deLublin, dans la région de Sandomierz, en Grande Pologne et dans la voïvodie de Łódz se trouvent lesplantations de fruits rouges ainsi que l’arboriculture. Dans la partie centrale ainsi que à l’Est et auNord de la Pologne, se situe la production des pommes de terre, du seigle ainsi que les pâturages.Les cultures plus exigeantes quant au sol et au climat se concentrent dans la partie Sud-Est et Sud-Ouest du pays ainsi que dans la région de Euławy et celle de Varmie où dominent les culturescéréalières intensives, surtout du blé, de la betterave sucrière et du colza. La plus grandeconcentration de l’élevage bovin a lieu dans les voïvodies de Podlachie, de Mazovie, de Varmie-Mazurie et de Grande-Pologne, et celle de l’élevage porcin dans les voïvodies de Grande-Pologne etde Cujavie-Poméranie.

Bien que presque 15% de la population polonaise travaille dans l’agriculture ce secteur n'apportepas de grands bénéfices au PIB de la Pologne. En 2008 la part de l’agriculture, de la sylviculture etde la chasse dans le PIB polonaise s'élevait à 3,9% et elle est assez stable depuis quelques années etne dépasse pas 4,5 %.

Avant 2004, les agriculteurs polonais n’étaient pas très optimistes quant aux bénéfices liées àl'adhésion à l’Union européenne. Ils se méfiaient que les subventions réduites ne leur permettronspas de rivaliser sur le marché commun avec les agriculteurs d’autres pays européens. Pourtant,leurs doutes était sans fondement réel, car l’ouverture réciproque des marchés s'est révélé unressort pour le développement de l'économie et de l’agriculture en Pologne. Entre 2004 et 2009 lesexportations des produits agroalimentaires ont augmenté de 4 à 11,3 mds d’euros et lesimportations de 3,6 à 9,8 mds d’euros. Après l’entrée à l’UE le niveau de la production polonaisedans les secteurs tels que : le blé, du lait et la viande de porc n’a pas changé, ce qui prouve quel’ouverture du marché n’a pas détruit les plus importants secteurs de l’agriculture polonaise. Depuisl'accès de la Pologne à l’UE on observe l’augmentation des revenus des exploitations agricoles (lesrevenus des personnes travaillant à plein temps ont doublé) ainsi que de prix des terres agricoles.

L’augmentation la plus rapide des prix est observée pour des terres les plus faibles qui ne peuventpas être utilisés pour la production agricole.La Pologne reste toujours un pays fortement liée à l’idée de la cultivation de la terre, pourtant ilest important de noter que l’agriculture polonaise change très vite et elle s'adapte bien auxnouvelles opportunités crées par l’adhésion à l’UE.

 

Article paru dans Les Echos de Pologne

-----------------------------------------------------------------------------------

Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Pologne
Nadia Bouacid, Conseiller / Appui aux entreprises
Tel : (+ 48 22) 696 75 80 - Fax : (+ 48 22) 696 75 90
@ : [nadia.bouacid@ccifp.pl->nadia.bouacid@ccifp.pl ] - Site : www.ccifp.pl

-----------------------------------------------------------------------------------Sources :Rolnictwo i Gospodarka Eywnosciowa w Polsce, Teresa Jabłonska-Urbaniak, Ministerstwo Rolnictwa i Rozwoju Wsi, Warszawa2009Rocznik Statystyczny Rolnictwa 2009, Główny Urzad StatystycznyRolnictwo w 2009, Główny Urzad Statystyczny

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter

Plus de notes sectorielles