Vietnam

L’élevage au Vietnam

La forte augmentation de la population au Vietnam (de 80 millions en 2003 à 87,5 millions d'habitants en 2010) entraîne une demande croissante en produits dérivés d’animaux. Si l’élevage reste majoritairement familial, des filières commencent à s’organiser par l’intégration croissante de l’activité d’élevage au sein de grands groupes de transformation des produits carnés et au sein de la grande distribution.

La forte augmentation de la population au Vietnam (de 80 millions en 2003 à 87,5 millions d'habitants en 2010) entraîne une demande croissante en produits dérivés d’animaux. A Hanoi, la demande en viande porcine passerait ainsi de 97 000 tonnes en 1996 à 250 000 tonnes en 2020. Si l’élevage porcin reste le principal élevage, les élevages bovin-viande, volaille et ovin se développent et répondent à la demande de diversification de sources de protéines animales des populations des villes.

L’élevage reste majoritairement familial, c’est ainsi que la majeure partie des productions animales échappent encore aux filières d’abattage et de transformation organisées, ce qui explique de gros problèmes de qualité et de traçabilité. Cependant, des filières commencent à s’organiser par l’intégration croissante de l’activité d’élevage au sein de grands groupes de transformation des produits carnés et au sein de la grande distribution.

Politique de soutien de l’élevage
Le gouvernement élabore depuis deux ans un projet global de développement de l’agriculture, des régions ainsi que des populations rurales. Le but de ce projet est l’amélioration de la vie matérielle des agriculteurs via le développement durable d’une production agricole à forte compétitivité.

Il s’agit aussi d’édifier une campagne civilisée, développée, démocratique, dotée d’infrastructures modernes, d’un environnement de qualité, ayant su préserver ses valeurs et particularismes culturels.

L’objectif sera de permettre la préservation des terres agricoles qui permettront de nourrir les 130 à 140 millions de vietnamiens prévus à l’horizon 2030-2040. Pour cela, il est question de favoriser une utilisation efficace des sols en prolongeant leur durée d’utilisation, de mettre fin aux différences de prix entre terres agricoles et celles reconverties à d’autres fins. Il importe aussi de favoriser le remembrement des rizières, ceci afin d’y développer la production.

Le gouvernement estime que cette stratégie de développement global créera des conditions favorables à l’élargissement de la production. Elle sera accompagnée de cours de formation professionnelle, de fonds, d’informations pour aider une partie des agriculteurs à se réinsérer dans l'industrie et les services.

Il sera aussi crée un mécanisme favorable pour que, quand des paysans changent de profession, leurs terres soient aliénées à d'autres agriculteurs. La stratégie favorisera aussi le développement de l'organisation communautaire rurale où seront encouragées l'agriculture et la formation professionnelle.

Quelques Chiffres…
Un vietnamien consommait 23kg de viande par an en 2000 contre 40kg en 2010. A titre de comparaison, un français consomme en moyenne 87,8kg de viande par an. Cette augmentation s’explique par une amélioration du niveau et des conditions de vie de la population qui consacre une part plus importante de son budget alimentation. L’objectif fixé est de 57kg pour 2020.

 

Téléchargez la fiche sectorielle complète. <doc424|left>

Plus de notes sectorielles