Vietnam

Le secteur des hautes technologies au Vietnam

De nombreuses villes et provinces du Vietnam développeront dans les années à venir des zones high-tech dans divers domaines : technologies de l'information, logiciels, biotechnologies, fabrication mécanique, électronique, etc. A l’horizon 2020, 20 zones agricoles high-tech, 8 zones industrielles high-tech et 5 zones industrielles appliquant des hautes technologies devraient voir le jour...

En 2009, le Vietnam comptait 2 Zones de Hautes Technologies (ZHT) à l'échelle nationale : Hoa Lac dans le Nord et Hô Chi Minh Ville dans le Sud, quelques zones industrielles et des zones agricoles high-tech.

Pour l'avenir, plusieurs projets sont en cours de développement dans des villes et provinces telles que Cân Tho, An Giang, Quang Nam, Thua Thiên-Huê, Vinh Phuc ou encore Bac Ninh. Ces derniers développeront des zones high-tech dans divers domaines : technologies de l'information, logiciels, biotechnologies, fabrication mécanique, électronique, etc. A l’horizon 2020, 20 zones agricoles high-tech, 8 zones industrielles high-tech et 5 zones industrielles appliquant des hautes technologies devraient voir le jour.

-Les régions du Nord se concentreront dans les domaines suivants : technologies de l'information, électromécanique, automatisme, nouveaux matériaux et biotechnologie. -Les régions du Centre développeront quant à elle les technologies d'information et de communication, les technologies propres, l'automatisation, la pétrochimie, la construction navale. -Les régions du Sud se concentreront sur le développement des technologies de l'information, la mécanique de précision, les produits chimiques, la transformation du caoutchouc, les biotechnologies, l'électromécanique, l'énergie et la pétrochimie.

Avec la promulgation de la loi sur les hautes technologies en 2008, le Vietnam est devenu l'un des rares pays ayant une loi spécifique en la matière. Ainsi, l'État encourage le développement des hautes technologies dans 4 domaines: technologies de l'information, biotechnologies, automatisation et nouveaux matériaux. Cette loi accorde aux entreprises des faveurs d’implantation, d’imposition et de financement. Ces avantages devront à l’avenir stimuler la recherche et le transfert de technologies, ainsi que la formation des équipes dans ce secteur.

L’aérospatiale
Le projet de construction du Centre de recherche aérospatiale à Hoa Lac, près de Hanoi, a été soumis au gouvernement par l'Institut national des sciences et des technologies. Ce projet, d'un coût de 350 millions de dollars, sera construit dans le technopôle de Hoa Lac, sur une durée de 8 ans (2010-2017). La zone high-tech Hoa Lac est la première de ce genre créée par le gouvernement vietnamien.

La formation du personnel scientifique pour la fabrication des satellites sera tout d'abord effectuée au Japon, de 2010 à 2012, puis à Hoa Lac, de 2013 à 2017. Une fois la construction et l'installation des équipements achevées, le projet sera maintenu jusqu'en 2022, soit 5 ans après le lancement du premier satellite. Ceci afin d'exploiter efficacement les images et données fournies par ce dernier et de perfectionner les techniques. Après cette période, toutes les activités du Centre d'études spatiales Hoa Lac seront prises en charge par la partie vietnamienne, y compris la fabrication des petits satellites.

Une fois le projet achevé, le Vietnam se dotera d'un centre cosmique moderne et deviendrait ainsi un des premiers pays de l'Asie du Sud-Est capables de fabriquer des satellites d'observation et de surveillance quelles que soient les conditions climatiques.

Autre projet d’envergure dans le secteur, EADS est à l’origine d'une initiative pour construire un parc industriel à Danang destiné à supporter le développement des activités du groupe dans le domaine aérospatial et aéronautique. Ce projet démarrera en 2011.

Les biotechnologies
Depuis peu, le Vietnam entreprend des recherches dans le domaine des biotechnologies et avec des modifications génétiques sur des échantillons de maïs, de soja ou encore de coton.

Bien que le pays soit un grand exportateur du riz mondial, le volume de certains produits, tels le maïs et le soja, est insuffisant. Pour le moment, le Vietnam produit 4,1 millions de tonnes de maïs par an, mais doit en importer près de 2 millions de tonnes pour répondre aux besoins domestiques.

C'est la raison pour laquelle, selon les experts, le Vietnam se doit d’utiliser la technologie de modification génétique dans l'agriculture, avec pour objectif d'accroître de 10% le rendement de certains produits et ainsi de réduire les frais d’importation.

Cependant, une labellisation de ces produits alimentaires génétiquement modifiés et nécessaire et devrait voir le jour en 2015. Un décret du Gouvernement doit fournir des instructions quant au contrôle de certains produits fermiers génétiquement modifiés. Avant la mise en vente de ces produits en 2015, les produits contenant plus de 5% d’organismes génétiquement modifiés devront être labellisés avant d’arriver dans les mains du consommateur.

 

Téléchargez la note sectorielle complète : <doc984|center>

Plus de notes sectorielles

Fermer

Vous recherchez des informations sur l'export ?

Recevez toutes les infos pays, marchés porteurs, éco-business ! En savoir plus