IndonésieJapon

Le Japon, puissance invisible

{{Le leadership
technologique
du Japon se
niche en amont
des processus
industriels.}}

Le leadership technologique du Japon se niche en amont des processus industriels.

Puissance cachée
Décembre 2009 : Un consortium sud-coréen remporte l’appel d’offres lancé par l’État d’Abu Dhabi pour son programme d’équipement nucléaire civil. Les Français sont sous le choc. Comment des Sud- Coréens ont-ils pu coiffer sur le poteau la première puissance nucléaire du monde ? Outre leurs propres progrès, une des raisons de leur succès fut l’apport technologique japonais. Selon un spécialiste de la filière, les Sud-Coréens en effet avaient besoin de savoir-faire qu’ils n’ont trouvé que chez Toshiba, acquéreur au prix fort de l’acteur historique américain Westinghouse en 2006. « Les Japonais ont sans doute profité de leur avantage technologique pour fournir d’autres éléments annexes à l’offre sud-coréenne à Abu Dhabi. Au total, on peut estimer qu’environ 10% du contrat sera assuré par des Japonais », explique ledit spécialiste.
L’anecdote en dit long sur le nouveau positionnement de l’industrie japonaise, aujourd’hui « invisible ». Sony, Pioneer, NEC, Hitachi : ces noms prestigieux de l’électronique ont dans le grand public été remplacés par leurs concurrents sud-coréens Samsung, Hyundai ou LG. Dans l’automobile aussi, les sud-coréennes (Hyundai...) apparaissent comme les grandes gagnantes de la crise de 2008. Demain les marques chinoises apparaîtront sur nos étalages et sur nos routes. Il n’y a qu’un pas avant de déclarer la fin de la domination du Japon sur les industries de l’électronique, de l’optique et de l’automobile, qui ont historiquement constitué l’essentiel de ses exportations.
La réalité est plus nuancée. La domination japonaise s’est en réalité déplacée en amont de la production industrielle. Elle demeure imposante, mais dans les composants, dans les « composants de composants » et dans l’outillage industriel qui les produit, sans lesquels les « assembleurs » que sont Samsung, Hyundai ou LG ne pourraient sortir leurs produits.

Indispensable Japon
Ça n’est jamais aussi vrai que dans l’électronique. Shin-Etsu et Sumco par exemple produisent depuis 20 ans la plupart des tranches de silice qui servent de base aux circuits intégrés qu’on trouve dans les ordinateurs du monde entier. Ces mêmes circuits sont imprimés grâce à des équipements de lithographie équipés de lentilles que seule une poignée de sociétés japonaises (Nikon, Canon, Hoya) savent fabriquer. Plus loin dans la chaine, NIDEC, un des fleurons industriels de Kyoto, occupe 80% du marché des moteurs qui déplacent l’aiguille lisant sur le support magnétique dans les disques durs des ordinateurs.
La puissance industrielle du Japon demeure très forte dans l’optique. On connait la domination persistante du Japon dans les appareils photos numériques. Si tous les fabricants de téléviseurs japonais essuient des pertes, leurs fournisseurs en verre, eux (Asahi Glass, Nippon Electric Glass), font des profits mirobolants grâce à la qualité imbattable de leurs écrans. Star montante des composants, l’OLED (pour Organic Light-Emitting Diode, diode électro-luminescente organique), qui permet une qualité d’image stupéfiante et représente le prochain saut technologique dans la télévision, voit sa production contrôlée par des groupes japonais. Fuji Film occupe 100% des parts de marché de certains films montés dans les écrans à cristaux liquides.
2 sociétés japonaises enfin, Nissha Printing et Alps, produisent la plupart des écrans tactiles de la planète (téléphones mobiles, consoles de jeux), que l’iPhone d’Apple a rendu ultra-populaires. Affinons encore : le Japonais Gunze produit la fibre qui donne auxdits écrans leurs propriétés tactiles. Pour ce groupe, c’est une reconversion : à l’origine, Gunze était un fabricant de... sous-vêtements. Dans le textile justement, Toray est passé maître dans la fibre de carbone, que l’on retrouve dans la construction mais aussi et surtout dans l’armement (missiles...) ou l’aéronautique. [...]

Télécharger l'article complet :

<doc799|center>

<doc800|left>Un article issu de France Japon Eco n°123, une publication de la Chambre de Commerce et d’Industrie française du Japon.

Chambre de commerce et d’industrie française du Japon
Gilles de Lesdain, Rédacteur en chef
Tél : 03-3288-9632 - Fax : 03-3288-9558
@ : [g.delesdain@ccifj.or.jp->g.delesdain@ccifj.or.jp] - Site : www.ccifj.or.jp

Plus de notes sectorielles