Chine

L’agriculture chinoise bientôt en mode transgénique ?

{{Pour doper sa production céréalière, la Chine s’oriente de plus en plus vers la production
d’OGM.}}

Pour doper sa production céréalière, la Chine s’oriente de plus en plus vers la productiond’OGM.

Pour répondre aux besoins d’une populationcroissante dont le niveau de vie s’améliorerapidement, la Chine entend augmenter saproduction céréalière de 530,9 mds de tonnesen 2009 à 550 mds de tonnes en 2020.Le pays à décidé pour cela d’investir 3,5 milliardsd’euros pour développer une gammeétendue d’OGM locaux en mettant l’accentsur la recherche sur le riz.
Fin 2008, le Premier ministre chinoisWen Jiabao expliquait devant l’Académiedes Sciences de Chine (CAS) que « pourrésoudre les problèmes alimentaires, nousdevons utiliser la science, les biotechnologieset les OGM ». Et qui dit alimentation dansl’empire du Milieu dit forcément cultureintensive du riz. C’est donc autour de cettecéréale reine que se concentre la recherche,mais également le débat local sur les OGM.Leader mondial avec 26% du total produitsur la planète, le pays a produit pas moins de190 millions de tonnes de riz en 2009. Laproduction chinoise augmente néanmoinsde manière trop lente depuis 2005 pour atteindrel’objectif d’une croissance de 20%d’aujourd’hui à 2030, niveau requis poursatisfaire les besoins anticipés de la population.
La Chine développe ainsi depuis des annéesla recherche sur le riz OGM mais les autoritésse sont toujours montrées prudentespour passer à l’exploitation à grande échellecar l’incidence sur la biodiversité est encoremal connue.
La Chine compte plus de 60 000 espècesde riz différentes. Grâce à ce patrimoinegénétique ont pu être élaborées des espèceshybrides à haut rendement cultivéeslocalement et qui assurent l’autonomie dupays. L’introduction massive de riz OGMrisque d’entraîner la disparition d’autresvariétés, en particulier les espèces sauvagesdéjà menacées par l’expansion des activitéshumaines.

Bientôt dans les bols chinois
Jusqu’à présent, six espèces développées localementétaient cultivées sur des parcellesexpérimentales mais aucune n’avait encoreobtenu une licence de commercialisation.Le ministère de l’Agriculture a passé fin novembredernier une étape importante versla commercialisation de deux espèces de rizOGM en délivrant les certificats de biosécurité.Les deux variétés concernées, le « HuahuiN.1 » et un hybride « BT shanyou 63 »,ont été élaborées par la Huazhong AgriculturalUniversity. Il s’agit de riz dit BT conçupour résister à des insectes nuisibles via l’expressiond’une toxine produite à la base parune bactérie (Bacillus Thuringiensis). Selonles experts chinois, l’introduction du riz BTpermettrait à terme de diminuer de 80%l’usage d’insecticides et d’augmenter la productivitéde 8%.
Pour Huang Dafang de l’Académie desSciences Agricoles de Chine et membre duComité sur la Biosécurité, « l’utilisation destechnologies transgéniques est une tendanceinévitable dans l’industrie agricole globale,y compris en Chine, et permettra au paysd’atteindre ses objectifs en vue de nourrir sapopulation. La commercialisation effectivedébutera d’ici 3 à 5 ans après les dernierstests à grande échelle et la multiplication dessemences »
Tous les scientifiques chinois ne soutiennentcependant pas l’introduction rapidedu riz OGM à l’image de Jiang Gaoming,responsable de l’Institut de botanique del’Académie des Sciences de Chine : « Lescertificats ont été délivrés trop tôt. Quelsseront les impacts sur la biodiversité et surla sécurité alimentaire d’une telle introduction? Autant de questions qu’il faut étudier attentivement avant une potentielle commercialisation». [...]

Télécharger l'article complet :

<doc719|center>

<doc717|left>Un article issu de Connexions numéro 54,
Juillet 2010
Une publication de la Chambre de Commerce et d'Industrie Française en Chine.

Chambre de Commerce et d'Industrie Française en Chine
Tél : (+86 10) 65 12 17 40 - Fax : (+86 10) 65 12 14 96
@ : [ccifc-pekin@ccifc.org->ccifc-pekin@ccifc.org]
Sites : www.ccifc.org - www.connexions.ccifc.org

Plus de notes sectorielles