Chine

Chine - zoom sur le tourisme

La Chine devrait ravir à la France avant 2015 le titre de première destination touristique mondiale...

La Chine devrait ravir à la France avant 2015 le titre de première destination touristique mondiale...

Quelles opportunités peuvent saisir les spécialistes tricolores du voyage et de l’hôtellerie alors que la Chine devrait ravir à la France avant 2015 le titre de premièUre destination touristique mondiale1 ? « Elles sont innombrables » reconnaît Vincent Lelay, vice-président des opérations Grande Chine chez Accor (107 hôtels et plus de 20000 employés en Grande Chine), d’autant plus que « les Chinois représentent plus des deux-tiers de notre clientèle sur l’ensemble de notre gamme d’hôtels Ibis, Mercure, Novotel, Pullman, Sofitel, ndlr ». Ils constituent d’ores et déjà sur le marché national « le segment majoritaire des grands hôteliers », confie le Français. Avec l’enrichissement global du pays et la nécessité de voir la consommation intérieure soutenir sa très forte croissance, la durée des congés payés annuels ne cesse en effet de s’allonger.

Conséquence : les Chinois découvrent ou redécouvrent leur propre pays. Pour les séduire, Accor joue notamment la carte du branding. « Les Chinois sont très attachés à l’origine et à l’histoire de la marque et apprécient le savoir-faire français. Sur l’ensemble de notre gamme, nous avons une reconnaissance très forte en Europe ce qui ici est un atout indéniable ».

Mais tout n’est pas toujours rose en Chine pour les étrangers, professionnels du tourisme. Il leur faut souvent s’armer de patience. « Que l’on choisisse d’ouvrir un bureau de représentation ou de créer une société commerciale à vocation touristique, sur le plan administratif, c’est le parcours du combattant », confie ainsi Patricia Tartour, fondatrice et directrice du groupe Maison de la Chine et de l’Orient. Et de trancher : « Compte tenu de la faible marge de manoeuvre, je juge qu’à l’heure actuelle il est économiquement plus intéressant pour des agences comme la nôtre de confier une grosse partie de nos activités de réceptif à des opérateurs locaux et de faire jouer à fond la concurrence quitte à accompagner l’action des opérateurs locaux par une sélection rigoureuse des produits, itinéraires, guides, etc. ».

Par ailleurs, pour les voyagistes réceptifs en Chine – comme la Maison de la Chine et bien d’autres – l’activité peut connaître d’énormes fluctuations, « le public européen étant très sensible à l’actualité », comme le reconnaît Patricia Tartour. « L’an dernier, la destination avait retrouvé de belles couleurs grâce à l’Exposition Universelle mais le marché est plus mou en 2011 particulièrement depuis le tremblement de terre au Japon ».

Reste que la Chine a un potentiel énorme et offre « une variété de climats, de paysages, de populations extraordinaire », souligne Céline Souvent de Asia Voyages. « Nous souhaitons faire découvrir ce fabuleux pays à notre clientèle dans le respect de la culture chinoise tout en répondant à nos « critères occidentaux » en matière de confort, d’hygiène, etc. ». Un potentiel dont s’est également emparé Internet.

Au pays des 400 millions d’internautes, le tourisme en ligne explose, en témoigne l’énorme succès de plates-formes de ventes de billets comme Elong ou Ctrip. Et pourtant, la vente de voyages en ligne n’est encore qu’à ses débuts. De l’ordre de « 5 % en Chine contre 30 à 40 % en Europe », Nicolas Berbigier, cofondateur de Xanadu, spécialiste du séjour touristique sur le Web. Tout reste donc encore à faire.

• Pierre Tiessen

 

<img1053|left> Article extrait de Connexion n°58, Mai-Juin 2011, Publication de la Chambre de Commerce et d'Industrie Française en Chine.

Contact :
Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine
Flore Coppin
Tel : 0086 +10 - 6461 0260 ext. 66
@ : [coppin.flore@ccifc.org->coppin.flore@ccifc.org]
Sites : www.ccifc.org / www.connexions.ccifc.org

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter

Plus de notes sectorielles