La Suisse en bref

La Suisse a réussi à construire son statut de pays offrant la plus grande liberté économique en Europe autour de 3 piliers : la libre concurrence, le libre-échange ainsi que la protection de la propriété intellectuelle.

La Suisse offre un cadre idéal, ainsi qu’un marché et une économie d’un haut niveau de maturité expliquant sa position de leader mondial de l'innovation. Malgré un marché intérieur restreint, la Suisse offre un des plus hauts pouvoir d’achat au monde, une compétitivité de premier rang, un excellent cadre fiscal et social, propice à la pratique des affaires.

Tendances économiques

L’économie suisse se caractérise par son engagement très important à l’international : la moitié du PIB est généré à l’étranger, et ce, grâce au très bon fonctionnement de la circulation transfrontalière des marchandises et des personnes.

Dans le domaine de la productivité du travail, la Suisse se classe parmi les meilleures nations au monde. Son marché du travail se caractérise par une législation libérale, une réglementation légère et une stabilité sociale exceptionnelle. Les conflits du travail sont résolus par la négociation entre les partenaires sociaux. Les grèves sont presque totalement inexistantes. La sécurité sociale des travailleurs se base sur le principe de la solidarité et de la responsabilité personnelle. Le niveau salarial élevé attire une main-d’œuvre qualifiée.

Les employeurs bénéficient de coûts salariaux unitaires compétitifs grâce à la faiblesse des cotisations sociales.

Échanges commerciaux Franco-Suisses

Les échanges commerciaux de marchandises entre la France et la Suisse se sont établis à 30,3Mds EUR en 2017, en hausse de 3,5% en glissement annuel.

La Suisse est le 9ème partenaire commercial à l’exportation et à l’importation de la France en 2017, tandis que la France est le 3ème client et le 3ème fournisseur de la Suisse. Les échanges commerciaux de la France avec la Suisse sont excédentaires (+1.079 MEUR après 1.259 MEUR en 2016).

Les exportations françaises vers la Suisse en 2017

En 2017, les exportations françaises ont progressé de 2,7% pour atteindre 15,7 Mds EUR. Avec une part de 3,4% des exportations françaises, la Suisse reste le 9ème client de la France. Les exportations françaises vers la Suisse concernent notamment :

  • Les articles de bijouterie et de joaillerie en recul de 1.1% par rapport à 2016 mais toujours le principal poste d’exportation
  • Les navires et structures flottantes (733 MEUR contre 3 MEUR en 2016) représentant une part de 4,7% des exportations bilatérales
  • Les préparations pharmaceutiques (1.322 MEUR, 8,4% des exportations bilatérales) en nette progression
  • L’électricité (+31,1% à 386 MEUR)
  • Les véhicules automobiles avec une progression de 15,2% pour s’établir à 562 MEUR (3,6% des exportations)
  • Les vins avec une progression de 12,3% pour atteindre 357 MEUR
  • Les produits du raffinage du pétrole (+5% à 382 MEUR)

Les importations françaises en provenance de Suisse en 2017

Les importations françaises en provenance de Suisse s’établissent à 14,6 Mds EUR en 2017, soit une augmentation de 4,3% après avoir enregistré une baisse de 1,6% en 2016. La Suisse demeure le 9ème fournisseur de la France, à l’origine de 2,7% des importations dont voici les principaux postes :

  • Les préparations pharmaceutiques ont légèrement reculé (-2,8%) - après une forte augmentation entre 2015 et 2016 (+42%) – pour s’établir à 2.210 MEUR (15,1% du total bilatéral)
  • Les articles d’horlogerie ont légèrement augmenté (+1,5% à 1.969 MEUR ; 13,5%)
  • Le café et thé transformés ont augmenté de 18,6% pour se porter à 1.199 MEUR (8,2%)
  • Les articles de joaillerie et de bijouterie ont poursuivi leur tendance ascendante (+29,8% à 944 MEUR ; 6,5% du total)
  • Les instruments et fournitures à usage médical et dentaire ont augmenté de 9,1% pour devenir notre 5ème poste d’importations en provenance de Suisse (874 MEUR ; 6% du total).

Conseils pour une entreprise souhaitant approcher la Suisse

Conseil 1 : « Helvétisez » votre approche

Une identité forte : caractéristique propre à la plupart des « petites » nations, les suisses sont fiers de leurs origines. Aussi, évitons l’écueil d’assimiler les Suisses romands, alémaniques et italophones respectivement aux Français, aux Allemands et aux Italiens.

Restez humbles quant à votre maîtrise des langues étrangères : par leur histoire et le brassage des populations constitutif de leurs pays, les Suisses sont particulièrement polyglottes (surtout en zone alémanique).

Conseil 2 : Organisez-vous

Renseignez-vous sur vos prospects : le rendez-vous exploratoire n’existe pas en Suisse. Avant de vous rencontrer, votre contact aura consulté votre site Internet et vos brochures commerciales. De fait, la négociation pourra être rapidement abordée dès la première entrevue et il faudra y être préparé.

Définissez clairement votre positionnement concurrentiel : vous serez presque systématiquement en concurrence avec des acteurs souvent présents depuis bien plus longtemps que vous sur le marché. Par conséquent, il est indispensable de parfaitement connaître vos avantages concurrentiels.

Un engagement donné est un engagement tenu : il est préférable d’annoncer d’emblée votre cadre de compétences et vos délais d’action, qui seront intégrés dans le processus global de votre interlocuteur, plutôt que d’aller dans son sens pour décrocher un marché avant de revenir sur vos engagements. N’oublions pas qu’en Suisse, le consensus est de rigueur : on travaille AVEC plus que POUR son partenaire.

Accordez-vous du temps : en Suisse, convaincre est une chose, décrocher un marché en est une autre…Il pourra arriver que vos contacts attendent d’être rassurés par votre première référence sur le territoire helvétique avant de vous solliciter.

Conseil 3 : Méfiez-vous de l’eau qui dort

La discrétion et la retenue suisse : les Suisses sont souvent perçus par les Français comme peu expansifs. Ils n’en sont pas moins pragmatiques, et n’hésitent pas à faire appel à un nouveau partenaire qui les aura convaincus. Ne préjugez donc pas des possibilités de collaboration au regard des seules réactions de vos interlocuteurs. Ce point est particulièrement marquant sur les salons professionnels : les visiteurs suisses ne se présentent pas systématiquement aux exposants, mais préfèrent souvent prendre la documentation qui leur est nécessaire et recontacter la société concernée les jours suivants, après une pré-étude plus approfondie.

L’organisation des secteurs et l’effet boule de neige : presque tous les secteurs sont chapeautés par une ou plusieurs organisations faîtières. Les échanges sont donc fréquents et ouverts, et votre nom circulera rapidement. Ceci renforce d’autant plus la nécessité d’assurer la qualité de vos engagements, pour éviter de véhiculer une mauvaise image, souvent dévastatrice, de votre entreprise.

Contact

CCIF Suisse
Pierre-Marie DURECU
Chargé de Communication
Tél : 00 41 22 849 05 71
pmdurecu(@)ccifs.ch
www.ccifs.ch

Fermer

Newsletter France Monde Express

Recevez toutes les informations indispensables pour votre développement à l'international ! En savoir plus