Serbie

La Serbie

{{La Serbie a connu, à l’image des Balkans, une croissance rapide dans les années 2000, supérieure à 5% par an
depuis 2004.}}

La Serbie a connu, à l’image des Balkans, une croissance rapide dans les années 2000, supérieure à 5% par an depuis 2004.

La production industrielle a augmenté de 31 % sur l’ensemble de la période. Mais cette croissance a été fortement inflationniste et le dynamisme de la demande intérieure a creusé le déficit courant dont la part dans le PIB a doublé de 2005 à 2008 (de 8,7 % à 17,1 %). Entre 2001 et 2008, le PIB a connu un taux de croissance continu moyen de 5,2% par an. Le secteur des services constituait la principale source de croissance : commerce, transport, stockage et logistique, services d’intermédiation financière, services de PTT, télécommunications, agriculture et industrie de transformation. La croissance de l’activité économique a contribué à une amélioration du niveau de vie de la population; en 2008, le PIB par habitant a augmenté de 4,3fois par rapport à celui de 2001 PIB total (en millions d’USD) et PIB par habitant (en USD). Une politique de stabilisation, centrée sur la réduction de l’inflation, constitue la base des réformes économiques engagées durant la période de transition.

La crise a touché la Serbie dès la fin de l’année 2008, pesant notamment sur le besoin de financement externe de l’économie, ce qui a rendu nécessaire, début 2009, la conclusion d’un accord avec le FMI. Arrangement de précaution, au départ, cet accord a dû être, avec l’approfondissement de la crise au premier semestre 2009,élargi (en montant et en durée) à la rentrée. Il porte désormais sur un soutien financier de 2,94 Md EUR auxquels s’ajoute le soutien de la Banque Mondiale (250 M USD) et de l’UE (100 M€ au titre du programme IPA2009 auxquels une assistance macro financière sous forme d’un prêt de 200 M€ qui sera décaissé en deux tranches au cours de l’année 2010). Il prévoit, en contrepartie, la mise en oeuvre de mesures budgétaires à effet immédiat et la mise en chantier de réformes structurelles, refonte du système de retraites au premier chef. 
En 2009, l’indice des prix à la consommation (IPC) est de 10%. Entre 2001 et 2008, le taux de croissance annuel moyen des salaires nets réels était de 11,8%. Le salaire net réel est passé de 89,9 euros en 2001 à402,7 euros en 2008, soit une augmentation de 4,5 fois sa valeur.La solidité du système financier, le maintien de l’engagement des banques étrangères en Serbie et le rééquilibrage des échanges courants ont permis le retour rapide d’une certaine confiance et la Serbie a connu dès l’été 2009, avec un peu d’avance sur ses voisins des Balkans (hors Albanie), le retour de la croissance. Pour l’avenir, si une croissance modérée à court terme est, probablement, déjà acquise, le retour sur le chemin de la convergence vers les niveaux de prix et de richesse européens ne se fera qu’au prix des réformes structurelles(que devrait appuyer le processus d’accession à l’Union européenne) nécessaires pour assurer la reprise des investissements et, notamment, des investissements directs étrangers. 

Commerce extérieur 
En 2008, le commerce extérieur de la Serbie, exprimé en dollars, a continué de croitre et le déficit à se creuser.Un retournement de tendance s’est opéré à partir du quatrième trimestre traduisant en cela le ralentissement de l’activité. Seul le secteur agro-alimentaire présente un solde positif. 
Exportations de la France vers la Serbie (2009) : 217M€ 
Importations françaises depuis la Serbie (2009) : 150M€ 
L’UE représente plus de la moitié des échanges. 
Le second partenaire commercial est la zone CEFTA, avec un excédent de 1 818 M$ (7.9% des importations,matières premières, et 33.1% des exportations, produits agricoles)C’est avec la Russie que la déficit commercial est le plus marqué, notamment à cause des importations d’hydrocarbures. 
Le commerce avec les USA est très faible : 2.2% des importations et 0.5% des exportations serbes. 
Importations de : Fédération de Russie, Allemagne, Italie, Chine, Hongrie, France; 
Exportations vers : Monténégro, Bosnie Herzégovine, Allemagne, Italie, Fédération de Russie, France.

Télécharger la fiche complète

 

Sources : Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, SIEPA et Banque Nationale de la Serbie.

Plus de fiches pays

Fermer

Vous avez un projet d'implantation?

Recevez toutes les actus pays, éco-business, marchés porteurs ! En savoir plus