Corée du Sud

Séoul : Capitale Mondiale du Design 2010

Dr. Nah Ken, directeur général de « Séoul : Capitale Mondiale
du Design 2010 », a choisi Corée Affaires pour expliquer le rôle
de sa fondation et faire le point sur le programme des évènements
liés au design qui seront organisés l’an prochain.

Dr. Nah Ken, directeur général de « Séoul : Capitale Mondiale du Design 2010 », a choisi Corée Affaires pour expliquer le rôle de sa fondation et faire le point sur le programme des évènements liés au design qui seront organisés l’an prochain.

Comment se différencient la Fondation du design de Séoul et l’Institut coréen pour la promotion du design (KIDP)?
La Fondation du design de Séoul et le KIDP ont la même mission : développer le design pour améliorer la société et la qualité de vie. A la grande différence de nous, le KIDP est une organisation du gouvernement dirigée par le Ministère de la stratégie économique. Son rôle est de promouvoir le design sur le plan national. La Fondation du design de Séoul dépend de la ville de Séoul, mais comme vous le savez, la position de Séoul en Corée du Sud est très particulière. Comme dit l’expression : « En Corée du Sud, il y a deux villes. L’une est Séoul, l’autre n’est pas Séoul ». Nous exécutons la politique « design » mise en place par la ville de Séoul. Elle crée les directives, nous les appliquons sur le terrain. Le gouvernement de Séoul est le seul dans le monde à avoir en son sein un Chief Design Officer en tant que député-maire (Kenneth Chang, ancien président du KIDP). Il est donc en relation directe avec le maire et coordonne et planifie tout ce qui porte sur le design à Séoul. C’est un système vraiment unique pour une ville de cette envergure. Avoir une personne aussi experte sur le design à un poste aussi important est vraiment une grande chance pour Séoul.

Quel sera votre rôle lors du « Séoul : capitale mondiale du design 2010 » ?
La Fondation du design de Séoul est une sorte de backup de toute la politique implémentée par le gouvernement de Séoul. La ville de Séoul est la première à avoir été sélectionnée par concours comme capitale mondiale du design. Séoul qui a investi beaucoup d’argent, de temps et d’efforts considère cette sélection comme une reconnaissance internationale. Derrière ce succès, la ville aura pour mission d’améliorer son image de marque dans le monde. Le chemin est encore long pour atteindre le niveau de Paris, Londres ou New York, mais nous arrivons à un moment clé. Nous voulons retirer tous les avantages possibles de cet événement l’an prochain et souhaitons maximiser les valeurs marketing que cela engendrera. Il faut comprendre que cela ne se réduit pas simplement à l’organisation d’expositions ou de compétitions. Le but ultime est de créer un nouveau regard du public sur le design. Les Coréens portent généralement un regard attentif et ont un rapport ouvert avec le design ; ils ont une totale compréhension du potentiel et de la vraie valeur du design, et portent une attention toute particulière à la qualité. A partir de là, le gouvernement doit travailler en fonction de ces facteurs pour établir sa politique. Parallèlement, les sociétés spécialisées, les enseignants et les designers se doivent de faire émerger de nouvelles tendances. Aujourd’hui, nous apprenons beaucoup de pays comme la France, le Royaume-Uni ou l’Italie, mais dans l’autre sens, ils sont attentifs aux tendances dans les autres pays. Mi-octobre, nous avions une réunion du Comité de conseil international pour le « Séoul : capitale mondiale du design 2010 » qui comprenait une dizaine de membres venus de l’étranger. La conclusion était que le monde devient progressivement une grande famille qui s’accorde à utiliser le design comme élément moteur de l’amélioration de la qualité de vie. Les pays les plus expérimentés doivent supporter ceux qui développent de nouvelles idées, et ces derniers doivent entraîner les pays souhaitant adopter cette même vision du design.

Pouvez-vous revenir sur les Olympiades du Design qui avaient lieu en octobre à Séoul ?
C’est l’un des évènements majeurs consistant à promouvoir, par des conférences et des expositions, tant pour les entreprises que le public, l’année importante qui nous attend. L’objectif de ces Olympiades n’est pas d’être une compétition, comme cela pourrait le laisser penser. Lors des Jeux Olympiques, si les médailles reviennent aux joueurs ou aux équipes, la vraie victoire revient aux publics tout autour du monde qui encouragent leur nation et font la fête. Les Jeux Olympiques apportent beaucoup aux marchés nationaux. Par exemple, lors des derniers Jeux à Pékin, il y avait cette finale de Badminton avec un jeune Sud-coréen, ayant un physique plutôt avantageux, qui remporta la médaille d’or. Du jour au lendemain, des centaines de femmes coréennes ont fait la démarche d’aller acheter une raquette de badminton. C’est exactement ce que nous cherchons à faire à travers les Olympiades du Design. Le grand vainqueur est toujours le public. Nous souhaitons créer une sorte de « boom du design » pour toutes les populations.

Lire l’article complet : <doc363|center>
Un article issu du magazine Corée Affaires
une publication de la La Chambre de commerce et d’industrie franco-coréenne

Chambre de commerce et d’industrie franco-coréenne
Tél : (+82 2) 2268 9505~7 - fax : +82 2) 2268 9508
@: [infos@fkcci.com->infos@fkcci.com] - Site : www.fkcci.com

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter
Fermer

Salons, rencontres, conférences...

Ne manquez pas les prochains événements en France ou à l'étranger ! En savoir plus