Japon

A.Raymond fait ses premiers pas sur le marché japonais de la santé

A.Raymond a récemment adopté une stratégie de diversification de ses activités, en explorant les secteurs du bâtiment, de l’énergie, ou de la santé. Retour sur la démarche qu’ils ont engagée en ce sens au Japon.

A.Raymond a récemment adopté une stratégie de diversification de ses activités, en explorant les secteurs du bâtiment, de l’énergie, ou de la santé. Retour sur la démarche qu’ils ont engagée en ce sens au Japon.

La société A.Raymond n’est pas connue du grand public, et pourtant tous les automobilistes utilisent ses équipements. Fondée en 1865, l’entreprise familiale s’est fait tout d’abord connaître en inventant les boutons pression, puis en vendant à travers le monde ses produits de fixation pour le secteur automobile. La société a récemment adopté une stratégie de diversification de ses activités, en explorant les secteurs du bâtiment, de l’énergie, ou de la santé. Fabrice Bonacci, responsable du développement commercial et chef du département des ventes de ARaymondlife, et Philippe Lazerges, responsable du développement commercial de la filiale A.Raymond au Japon, nous expliquent la démarche qu’ils ont engagée en ce sens au Japon.

Pouvez-vous nous présenter l’entité A.Raymond life, qui pilote l’activité santé du groupe A.Raymond ?

Cette nouvelle entité a été créée en 2007 dans le cadre de la stratégie de diversification de la société. Le cœur de cette nouvelle activité « santé » repose sur notre expertise technique dans le domaine des matières plastiques, et sur notre importante capacité d’innovation. Les produits que nous proposons aujourd’hui aux professionnels de la santé ont été développés au sein de nos structures de R&D, et tous ces procédés sont brevetés.

Quels sont les produits que vous souhaitez introduire sur le marché japonais ?

Dans le domaine de la santé, nous travaillons sur trois segments distincts : les médicaments humains et vétérinaires, la traçabilité des animaux et les dispositifs médicaux et article de conditionnement. Pour le premier axe, nous utilisons une technologie innovante : les matrices imprégnées. Il s’agit d’une structure en polymère (thermoplastique, silicone, matière biocompatible et/ou biodégradable…) dans laquelle une substance active (hormone, médicament…) est incorporée. En matière de traçabilité, nous proposons des solutions adaptées aux animaux d’élevage ou au gibier. Nos supports sont fabriqués à partir d’une formulation spécifique du plastique, et nous assurons l’intégration de puces RFID dans les produits.

La traçabilité est devenue une préoccupation de premier plan au Japon suite aux problèmes de contamination des aliments liés à la centrale de Fukushima. Vous arrivez au bon moment…

La France a adopté depuis de nombreuses années une politique efficace de traçabilité, et les Français ont un véritable savoir-faire dans ce domaine. Nous sommes ravis de pouvoir répondre aux besoins actuels des Japonais qui semblent effectivement désireux de renforcer leurs efforts en matière de traçabilité.

Quelle démarche allez-vous adopter pour développer votre nouvelle activité au Japon ?

Bien que notre cœur de métier dans l’Archipel reste l’automobile, nous avons commencé à diversifier nos activités en 2010, en explorant le marché du photovoltaïque. Nous venons de signer notre premier contrat pour la fourniture de pièces de fixation de panneaux solaires. Dans le domaine de la santé, cette mission est la première démarche que nous engageons au Japon. La CCIFJ nous a préparé un programme chargé de rendez-vous ciblés, principalement avec des professionnels de l’industrie pharmaceutique, des vétérinaires et des fabricants de dispositifs médicaux.

Quels sont les atouts que vous comptez mettre en avant pour convaincre vos interlocuteurs japonais ?

Notre premier atout est notre force d’innovation. Nos médicaments vétérinaires sont résolument innovants et je sais que les Japonais sont friands d’innovation. Le fait que la société A.Raymond consacre beaucoup de moyens à la R&D devrait rassurer nos futurs partenaires sur notre capacité à inventer de nouvelles solutions en permanence. Nous pouvons ensuite nous appuyer sur une grande capacité industrielle, grâce à nos nombreux sites de production à travers le monde. Pour finir, A.Raymond donne depuis toujours la priorité à la proximité avec ses clients. C’est la raison pour laquelle nous disposons d’équipes dans plus de 20 pays. Cette proximité nous permet de mieux gérer les exigences réglementaires de chaque marché, et d’offrir à nos partenaires une réactivité incomparable. Cette stratégie a toujours bien fonctionné pour la société jusqu’à présent, nous conserverons donc la même approche pour gagner de nouveaux clients au Japon.

Cette mission de prospection au Japon a été mise en place par la CCIFJ, en collaboration avec le GREX (organisme d’aide aux entreprises de l’Isère).

Pour plus d’informations sur les missions commerciales organisées par la CCIFJ, contactez le service appui aux entreprises.
Chambre de commerce et d’industrie française du Japon
Noriko NINOMIYA
Tél. : 0081-3-3288-9642 - @ : [n.ninomiya@ccifj.or.jp->n.ninomiya@ccifj.or.jp]

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter
Fermer

Vous avez un projet d'implantation?

Recevez toutes les actus pays, éco-business, marchés porteurs ! En savoir plus