Acerta, symbole d'une réussite néerlandaise

Deux scientifiques néerlandais ayant subi un licenciement économique suite à la fermeture en 2010 d'Organon, filiale du groupe MSD, se sont lancés le défi de créer leur propre entreprise. Quelques années plus tard celle-ci est revendue au groupe pharmaceutique AstraZeneca pour 4 milliards de dollars.

La fermeture en 2010 de Organon, la filiale néerlandaise de Merck & Co (connue en Europe sous le nom de MSD) fut une grosse déconvenue pour la ville d’Oss et la région du Brabant. Cependant deux anciens employés de Organon Allard Kaptein et Tjeerd Barf ont su transformer cette déconvenue en opportunité : ils ont créé leur propre entreprise. Celle-ci se spécialise dans la technologie covalente pour le traitement de la leucémie lymphoide chronique, sous le nom de "Covalution Pharma". Kaptein et Barf ont minutieusement préparé leur business plan, y investissant l’intégralité de leurs indemnités de licenciement et des heures de travail acharné.          

Après les doutes des débuts provoqués par l’absence d’investisseurs, nos deux entrepreneurs reçoivent finalement une offre d’Edward van Wezel créateur de BioGenerationVentures, un fond spécialisé dans les investissements à risque. Celui-ci est très enthousiaste de la chance unique qui se présente à lui, de travailler avec des professionnels issus du monde de l’entreprise, quand la majorité de ses projets sont normalement portés par le monde académique. Seul problème : les licences nécessaires à la production des médicaments utilisant la technologie covalente sont encore la propriété de la société MSD. Il faudra tout le poids de BioGeneration Ventures à la table des négociations pour acquérir les droits et lancer le projet un an plus tard. 

L’orientation internationale de van Wezel permet en 2012 la rencontre de trois scientifiques américains qui perçoivent la valeur de la start-up néerlandaise, et rejoignent l’aventure : ils sont eux-aussi versés dans le domaine de la technologie covalente et amènent avec eux une parfaite connaissance des tests cliniques et des médecins spécialistes du traitement de la leucémie lymphoide chronique. La fusion de leurs entreprises respectives donnera naissance à Acerta, contraction de Allard, Cisco, Edward, Raquel, Tjeerd et Ahmed. Les américains apportent également avec eux plusieurs investisseurs importants. Fin 2013, de plus en plus d’investisseurs rejoignent Acertaqui lèvent ainsi une dizaine de millions d’euros, permettant les premiers essais cliniques du composant actif de son nouveau produit, l’acalabrutinib, sensé traiter le cancer du système lymphatique. 

90% des tests cliniques sont concluants : l’acalabrutinib permets à des patients en stade terminal de jardiner après seulement un mois de traitement. 75% des tumeurs disparaissent du système lymphatique. Acerta, qui travaille dans un marché très compétitif, doit se faire discrète : le géant américain Pharmacyclics, leur principal concurrent, est lui-aussi très avancé dans ses recherches. Fin 2015 et sous l’avalanche d’investissements qu’elle reçoit (375 millions d’euros sont déjà levés en mai) Acerta doit se révéler au grand jour dans la plus grande conférence annuelle mondiale sur le traitement du cancer du sang

Plutôt que de distribuer elle-même son médicament, comme le voudrait une partie des investisseurs, Acerta est revendue à l’entreprise pharmaceutique anglo-suèdoise AstraZeneca pour 4 milliards de dollars. « Une somme pareille, c’est un rêve de gosse qui se réalise, la plus grosse acquisition jamais réalisée d’une entreprise biotechnique non-cotée » s’émerveille Edward van Wezel. 

A la question combien d’argent avez-vous touché ?", nos deux scientifiques ne fourniront pas de réponse. « C’est la nouvelle vie de nos patients qui est notre plus grande récompense », conclut Allard Kaptein.  

Tjeerd Barf et Allard Kaptein travaillent à présent pour AstraZeneca où ils supervisent de A à Z la chaine de production du médicament. L’ouverture des Pays-Bas sur le reste du monde, l’esprit d’entreprise et le pragmatisme sont certainement des qualités néerlandaises à l’origine du succès de cette histoire. Aujourd’hui AstraZeneca a des plans ambitieux qui devraient pérenniser l’activité de Acerta sur Oss et le Brabant, puisqu’elle devient le spécialiste des recherches sur le cancer du sang du groupe AstraZeneca.

Contacter la CCIF Pays-Bas