Japon

Yoshihiko Noda, ex-ministre des finances, devient premier Ministre du Japon

Le parlement japonais a désigné le mardi 30 août 2011 le successeur de Naoto Kan, démissionnaire après 15 mois d’un mandat éprouvant, marqué une gestion contestée des conséquences de la catastrophe du 11 mars.

Le parlement japonais a désigné le mardi 30 août 2011 le successeur de Naoto Kan, démissionnaire après 15 mois d’un mandat éprouvant, marqué une gestion contestée des conséquences de la catastrophe du 11 mars. Le nouveau premier Ministre avait auparavant été choisi par les parlementaires du PDJ pour prendre la tête du parti au pouvoir, le préférant à Banri Kaieda par 215 voix contre 177. Âgé de 54 ans, Yoshihiko Noda est entré en politique comme député de la circonscription de Chiba, soutenu par le Japan New Party. Il intègre le PDJ en 2000 et devient ministre des finances du gouvernement Kan en juin 2010. Ses positions : Parmi les chantiers prioritaires auxquels le nouveau premier Ministre devra s’atteler, figure bien entendu la reconstruction du Japon après la catastrophe du 11 mars. Yoshihiko Noda s’est prononcé à plusieurs reprises en faveur d’une grande coalition avec les partis d’opposition (LDP + Komeito), afin de disposer des marges de manœuvre nécessaires pour reconstruire le pays. Pour s’attaquer à la dette publique (plus du double de l'économie japonaise) et dans un contexte de pression des marchés suite à la dégradation de la note de crédit du Japon, l’ex-ministre des finances est favorable à un doublement du taux de TVA. Sur le plan international, le successeur de Naoto Kan soutient l’adhésion à l'accord économique régional du TPP (Trans-Pacific Partnership), une position qui est loin de faire l’unanimité au sein de la classe politicienne japonaise. Avant son arrivée au pouvoir, il a commis sur le plan diplomatique une première gaffe envers ses voisins chinois et sud-coréens. Le 15 août dernier, il a en effet déclaré que les soldats japonais condamnés par les alliés à l’issue de la 2nde guerre mondiale n’étaient pas de véritables criminels de guerre. Reconnu pour ses talents d’orateur, Yoshihiko Noda dispose de moins d’un an pour mettre en œuvre sa politique, avant les prochaines élections au sein du PDJ prévues en 2012. Sa désignation à la tête du gouvernement a semble-t-il rassuré les marchés financiers, et est vue comme un « choix raisonnable » par de nombreux Japonais. Beaucoup d’entre eux restent cependant attentistes, habitués à la valse des premiers ministres et conscients des immenses défis qui attendent la nouvelle équipe gouvernementale.

Un article issu de [La Lettre Mensuelle->http://www.lalettremensuelle.fr/], une publication de la Chambre de commerce et d’industrie française du Japon.

Contact : Chambre de commerce et d’industrie française du Japon
Marie Ezaoui , Presse et Publications
Tél : 03-3288-9632 - Fax : 03-3288-9558
@ : [m.ezaoui@ccifj.or.jp->m.ezaoui@ccifj.or.jp] - Site : www.ccifj.or.jp

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter