Corée du Sud

Tendances économiques en Corée du Sud pour l’année 2011

La Chambre de commerce et d'industrie franco-coréenne publie une note présentant les perspectives économiques 2011 pour la Corée du Sud.

La Chambre de commerce et d'industrie franco-coréenne publie une note présentant les perspectives économiques 2011 pour la Corée du Sud.

« En 2010, la Corée a affiché une forte croissance du PIB (+6,1%) ce qui en fait une performance tout à fait extraordinaire » Benoit Gauthier, Conseiller Commercial et Economique - Ambassade de France en Corée.

 

Actualité
La FKCCI a réuni ses membres au Novotel Seoul Ambassador a l’occasion de son évènement « Economic Forecasts » organisé avec le support du Ministère de l’économie et du savoir. Les intervenants, M. Benoit Gauthier, Conseiller Commercial et Economique à l’Ambassade de France, M. Eugene E.S. Chung, PDG de Kyobo-Axa Investment Managers et M. Kim Pyung-Oh, directeur général des FEZ (Zones franches économiques) ont fait le point sur l’année 2010, la situation d’après-crise et ont donné leur vision pour l’année 2011 en Corée.

Une reprise fulgurante
Après une année 2009 vécue sur fond de crise économique, l’année 2010 a vu la Corée renouer avec une forte croissance (+6,1%), malgré un contexte économique marqué par une très forte inflation (+ 4.3% en janvier 2011) Selon M. Gauthier, l’année a été divisée en deux séquences bien distinctes. Alors que durant la première moitié de 2010, l’économie coréenne a enregistré une croissance soutenue par des facteurs essentiellement intérieurs (renouvellement des stocks et retour de la consommation des ménages), la croissance affichée au second semestre est essentiellement due aux exportations. En 2010, la balance commerciale aura atteint un surplus de 42 milliards de dollars et le montant total des exportations coréennes affichent un total de 467 milliards de dollars.

Limiter l’inflation
Dans le but de contenir la forte inflation (+4,5% en février), la banque centrale a du restreindre sa politique monétaire en augmentant son taux directeur de 0,25 points de pourcentage en juillet puis en novembre 2010 passant de 2 à 2,50%. Une révision du taux directeur qui s’est poursuivie en ce début d’année (janvier et mars) pour atteindre 3%. Selon M. Chung, « au second semestre, les prix devraient se stabiliser grâce à une inflation maîtrisée ».

Politique monétaire
Le Won s’est apprécié de 10% face au Dollars et de 3% face au Yen en 2010. Si la banque centrale essaie tant que possible de maintenir le Won en-dessous de sa valeur réelle celle-ci doit faire face à une pression internationale de plus en plus forte et à un contexte économique fortement marqué par l’inflation. Le cours du Won à moyen terme reste incertain.

La Chine, un partenaire de plus en plus influant
Alors que la Chine représente désormais 25% des exportations Sud-coréennes, M. Chung a tenu à préciser que le gouvernement Chinois prévoyait une croissance annuelle moyenne de 7%. « La Chine sous évalue systématiquement ses prévisions concernant sa croissance », indique-t-il, estimant qu’une croissance à 8% est plus réaliste pour l’année 2011. Dans ce contexte, les exportations coréennes vers le partenaire chinois ont de grandes chances de croître en 2011.

Quel sera l’impact de la catastrophe japonaise sur l’économie Coréenne ?
La question a été posée aux intervenants qui ont tous deux indiqué qu’il était encore trop tôt pour se prononcer sur les conséquences économiques de cette catastrophe. Toutefois, M. Chung s’est rappelé des suites du drame de Kobe en 1995 : « les industries chimiques et des semi-conducteurs avaient tirées bénéfices de cette situation en Corée ». Toutefois, il a tenu à souligner que « si l’industrie japonaise ne se reprend pas rapidement, cela influera de manière importante sur l’économie coréenne car les économies des deux pays sont étroitement liées ».

Perspectives pour 2011
Après un rebond en 2010, la Corée s’attend à retrouver un niveau de croissance pré-crise en 2011 aux alentours de +4,5% (source FMI). M. Gauthier est revenu sur les conditions qui permettent d’atteindre ce chiffre. - Une demande extérieure soutenue - Une inflation limitée De son côté M. Chung a présenté les perspectives d’évolution du KOSPI qui vient de repasser au-dessus des 2 000 points. Le drame japonais ayant rendu les investisseurs plus fébriles, il faut s’attendre à un ralentissement au premier semestre. Toutefois, Il n’est pas impossible que le KOSPI plafonne à 2 500 points à la fin de l’année.

 

Télécharger la note complète : <doc1012|center>

French Korean Chamber of Commerce and Industry
Edouard Champrenault, Executive Director
Tel +82 2 2268 9501 - Fax +82 2 2268 9508
www.fkcci.com - www.coreeaffaires.com