République tchèque

« Restart » des relations franco-tchèques dans le cadre du nouveau cours pro-européen de Prague

Le Premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka s’était engagé dans la déclaration de politique générale de son gouvernement de coalition de centre-gauche à faire effectuer à son pays un virage à 180° dans ses relations avec l’Union européenne et ses principaux partenaires.

Depuis son investiture en février dernier, il a joint les actes à la parole et a visité tous les pays voisins, ainsi que le siège et le parlement de l’UE à Bruxelles. Fin avril, il s’est rendu à Paris pour recoller les morceaux d’une relation mise à mal par l’europhobie et l’ultralibéralisme de l’ancien cabinet de Petr Nečas et l’étrange élimination d’Areva de l’appel d’offres à la construction de la centrale de Temelín, finalement annulé.

Il s’agissait de la première visite d’un chef du gouvernement tchèque en France depuis janvier 2012 et le dernier passage de M. Nečas qui avait laissé un amer souvenir. La rencontre entre François Hollande et Bohuslav Sobotka s’est déroulé dans un esprit amical, les points de consensus ou de proximité de vue étant dominants. Les principaux sujets de l’entretien ont été le Partenariat stratégique entre les deux pays qui devrait être relancé et complété, les questions européennes et le sujet du moment, l’Ukraine.

Dans une déclaration, le président français s’est félicité de la volonté de la République tchèque de rejoindre l’Union bancaire et de s’impliquer dans la lutte contre la fraude fiscale, et plus globalement, de vouloir participer activement à la définition de la politique européenne. Il a souhaité aussi approfondir le partenariat économique, rappelant que la France est le 5e investisseur et encourageant les deux pays à élargir leur coopération pour gagner de nouveaux marchés. La coopération bilatérale devrait mettre l’accent sur les transports, l’aéronautique et la politique énergétique, les deux pays étant favorable à l’énergie nucléaire et disposant de capacités dans le domaine.

Si M. Hollande n’a pas évoqué l’affaire de la surprenante disqualification d’Areva, M. Sobotka s’est fait plus explicite dans ses commentaires à la presse tchèque. « L’élimination d’Areva de l’appel d’offres pour la construction de nouveaux réacteurs à la centrale de Temelín a clairement refroidi les relations entre nos deux pays. Le fait que cet appel d’offres ait été annulé et que, par conséquent, de nouvelles possibilités de coopération s’offrent à nous a des conséquences positives sur les relations franco-tchèques actuelles. »

Contact CCIF République tchèque

Linda Salajková
Publications, communication
IBC, Pobrezni 3, 186 00 Praha 8
Tel +420 224 833 094
E-mail salajkova(@)ccft-fcok.cz
www.ccft-fcok.cz

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter