Chine

Quand la Chine investira…

2ème puissance économique mondiale, la Chine, ce colosse aux pieds d’argile,
comme on se plaisait à la décrire en Occident, semble s’être désormais dotée
de semelles renforcées pour passer à une nouvelle phase de développement.

2ème puissance économique mondiale, la Chine, ce colosse aux pieds d’argile, comme on se plaisait à la décrire en Occident, semble s’être désormais dotée de semelles renforcées pour passer à une nouvelle phase de développement.

Aujourd’hui, les entreprises chinoises ontatteint une envergure et une santé financièresqui leur permettent de s’ouvrir à l’international,d’investir hors des frontières envue de toucher de nouveaux marchés.A l’Ouest, l’arrivée de ces capitaux est plusque bienvenue dans un contexte de criseéconomique mais suscite également crainteset doutes.

L’Etat encourage l’expansion des entrepriseslocales à l’international mais les liensparticuliers entre secteur privé et autoritésà la base du modèle économique chinoisinterrogent : « Allons-nous devenir desemployés du gouvernement chinois ? Lafiliale d’une entité semi militaire ? Quid denos droits sociaux ? », se demandent leséquipes des entreprises européennes quiaccueillent les investissements venus deChine.

A l’inverse, les entreprises chinoises ne saventpas forcément comment faire face àun environnement social et juridique trèsdifférent du leur. Comment gérer ces nouvelleséquipes ? Comment négocier avecdes syndicats ? Comment améliorer sonimage face à certains préjugés et clichésrécurrents en Occident ?

Autant de questions qui ramènent à des notionsde gaps culturels, d’adaptations réciproqueset d’ouverture qui sont à la base dela réussite d’une implantation pour les entrepriseschinoises. Des questions que cesdernières apprennent à se poser « sur le tas »et auxquelles elles répondent avec le pragmatismeéconomique qu’on leur connaît.

Une logique de coopération
Dans le même temps, L’Europe et la Franceen particulier, ont de quoi séduire les investisseurschinois. Loin des idées reçues, lesentreprises chinoises n’ont que très rarementen tête de ne récupérer que les équipements et quelques brevets techniquesen licenciant l’ensemble du personnel. Aucontraire, elles recherchent une qualité detravail et de management, des capacitésd’innovation, une image de marque reconnueou un réseau de distribution bienétabli. Des objectifs qu’une implantationen France peut permettre d’atteindre dansune logique de coopération mais certainementpas de prédation économique.

L’attractivité de la France n’est d’ailleurspas monolithique mais se décline, à l’imagede nos régions, en de multiples pôlesde compétences et de spécialisations.

Une plateforme de rayonnement
Que ce soit le Nord, le Centre ou la régionRhône-Alpes, chacune a ses atouts géographiqueset sectoriels qu’elles n’hésitentpas à venir promouvoir pour intéresser desinvestisseurs chinois. Ces derniers voientd’ailleurs souvent en la France une plateformede rayonnement adaptée vers lereste de l’Europe, mais aussi d’autres zonescomme le Maghreb et l’Afrique voire lesEtats-Unis.

Marquant un véritable tournant de la globalisation,l’arrivée en Occident d’investissementset d’implantations chinois symbolisepleinement les bouleversementsactuels de l’ordre économique mondial.Une mutation qui engendre parfois descraintes mais qui oblige aussi à mieux intégreret donc mieux connaître l’autre.

Pour les nouveaux venus, il faudra fairel’effort de s’ouvrir à la culture et les valeursqui prévalent à l’Ouest pour s’adapter àl’environnement qui en découle. A chargepour les Occidentaux de dépasser leurs apriori sur une Chine encore trop souventperçue comme un danger plutôt qu’unpartenaire.

Ces liens économiques qui se tissentaujourd’hui et qui dessinent le nouveauvisage de la Chine nous obligent tous àchanger nos points de vue pour permettreune coopération fructueuse. A long terme,c’est surement là que réside la clef d’unpartenariat France-Chine et Europe-Chinevéritablement « gagnant-gagnant » !

Nicolas Sridi

 

 

<img1027|left> Article extrait de Connexion, Mars 2011, Publication de la Chambre de Commerce et d'Industrie Française en Chine.

Contact :
Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine
Flore Coppin
Tel : 0086 +10 - 6461 0260 ext. 66
@ : [coppin.flore@ccifc.org->coppin.flore@ccifc.org]
Sites : www.ccifc.org / www.connexions.ccifc.org

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter