Prise de position - Internationalisation des PME : 24 propositions pour une politique européenne plus efficace

L'Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d'Industrie (ACFCI) et la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP) 1 font une série de propositions qui ont pour mieux faire prendre en compte les besoins effectifs, actuels et futurs, des entreprises et d’améliorer l'appui dont celles-ci peuvent bénéficier en rationalisant davantage les outils existants et en utilisant pleinement la panoplie de politiques de l’Union européenne en matière d'accès aux marchés.

La Commission européenne a souhaité donner, lors de sa Communication de novembre 2011 « Small Business, Big World », une impulsion nouvelle à la démarche d'internationalisation des PME européennes, en concentrant ses efforts sur l'accès à l'information et la cartographie des organisations ayant mission de l'assurer. Ces aspects sont importants mais ne couvrent pas l'ensemble des préoccupations des PME exportatrices. Pour cette raison, l'Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d'Industrie (ACFCI) et la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP) 1 font ci-après une série de propositions qui ont pour objectif :

  • de mieux faire prendre en compte les besoins effectifs, actuels et futurs, des entreprises
  • d’améliorer l'appui dont celles-ci peuvent bénéficier en rationalisant davantage les outils existants et en utilisant pleinement la panoplie de politiques de l’Union européenne en matière d'accès aux marchés.

Pour atteindre ces objectifs, l'ACFCI et la CCIP appellent donc à refonder l’action européenne sur trois axes :

Premier axe - Répondre aux véritables besoins des PME, aujourd'hui et demain
L’internationalisation des PME est un processus complexe et multiforme, qui ne se limite pas à la question de l’accès à l’information. Il justifie un certain nombre d'actions spécifiques (voir Annexe 1) pour accompagner leurs besoins. Il s’agit là d’autant de composantes possibles pour l’action d’appui et les programmes qui doivent "épauler" l’entreprise au fil de sa démarche d’internationalisation.
- Développer une logique de soutien concrète et réaliste
- Anticiper les besoins à venir des PME
- Apporter une offre de services visant une internationalisation de long terme.

Deuxième axe - Renforcer la cohérence et l'attractivité des programmes communautaires de partenariat extérieur
Les programmes communautaires de partenariat extérieur ne sont pas particulièrement attractifs pour les PME. Sur la base
d'une enquête récente menée auprès des conseillers internationaux des CCI françaises, plusieurs recommandations peuvent
être émises :
- Rendre ces programmes plus attractifs et utiles aux entreprises
- Améliorer la lisibilité des programmes communautaires
- Fixer des objectifs et des actions concrètes
- Réduire les complexités administratives

Troisième axe - Optimiser la valeur ajoutée des autres politiques exercées par l'UE
Dès lors que l'on appréhende l'internationalisation des PME comme un processus complet et complexe qui va au-delà de la simple exportation et qui ne repose pas essentiellement sur l'information des PME sur les marchés étrangers, les entreprises sont amenées à requérir de l'UE qu'elle apporte une véritable valeur ajoutée en exerçant des politiques appropriées et en mettant en oeuvre des outils efficaces :
- Mobiliser davantage les politiques internes de l’UE
- Améliorer les conditions d'accès aux marchés
- Tirer davantage parti des accords commerciaux

Téléchargez la proposition complète

Fermer

Salons, rencontres, conférences...

Ne manquez pas les prochains événements en France ou à l'étranger ! En savoir plus