Singapour

Le privilège de s’installer à Singapour

Singapour, la Cité-État qui fait rêver le monde entier

Vitrine ouverte sur l’Asie, Singapour est un marché envié et très concurrentiel. Deuxième pays pour
les investissements après la Chine, Singapour est un hub incontournable pour les Regional Headquarters des grands groupes mais aussi un marché de prédilection pour les PME qui profitent de ce hub logistique pour graviter sur la zone Asie/Pacifique.

Cette vitrine ouverte sur l’Asie est un marché envié et très concurrentiel au point que toute entreprise qui a réussi à imposer sa marque dans la Cité-Etat
est assurée de sa respectabilité et de son succès partout ailleurs.
39 000 entreprises internationales basées à Singapour font de ce marché où se pressent beaucoup d’Asiatiques mais aussi de très nombreux Européens, le deuxième pays pour les investissements après la Chine, un hub pour les Regional Headquarters des grands groupes mais aussi un marché de  prédilection pour une foule de Pme qui profitent de ce hub logistique pour graviter sur la zone Asie/Pacifique.

“On a la chance d’être sur une zone porteuse et en pleine croissance» se réjouit Carine Lespayandel, la Directrice de la Chambre française à Singapour. Mais ne pas se leurrer, seuls réussissent ceux qui peuvent faire  valoir une innovation ou un positionnement marketing spécifique. « Nos
membres sont des pigeons voyageurs. Nous représentons un véritable laboratoire pour aborder l’Asie : elles peuvent tester leurs produits localement et sur tous les échantillons d’ethnies présentes sur la zone ». Il est d’ailleurs
fréquent de trouver un distributeur singapourien qui a des réseaux sur toute la zone.

L’un des avantages majeurs de Singapour est que la population est extrêmement bien formée. Le niveau d’éducation est élevé et tout le monde parle anglais. « Tout paraît facile car tout est proche : on gagne en temps et en efficacité ». Ne pas oublier qu’il s’agit là d’un Etat de droit où la Propriété intellectuelle et industrielle est complètement respectée, donc on n’hésite pas à installer un centre de production.

Carine Lespayandel est une véritable expatriée. Avec sa famille, elle vit depuis 11 ans à Singapour où sont nés ses enfants. Auparavant, elle avait déjà  travaillé deux ans à Londres et vécu dans plusieurs pays d’Afrique. Le milieu
britannique n’a plus de secret pour elle et son souci permanent est de favoriser l’adaptabilité des entreprises.

Lutter contre l’individualisme français

La directrice de la Chambre française cherche à mettre en place tous les moyens de lutter contre l’individualisme français et c’est sans nul doute la raison pour laquelle elle anime la Chambre de façon aussi conviviale en  sollicitant ses membres pour participer à des événements et des networkings
au cours desquels les entreprises font naturellement connaissance et peuvent se rapprocher et s’entraider. Carine Lespayandel, qui croit beaucoup à  l’efficacité de ces réunions, signale que, contrairement à ce qui se passe
en France, il est très facile, dans ces conditions, de rencontrer des responsables de grands groupes, car la proximité est plus grande et
il y a moins de hiérarchie.

Autre exercice de réseautage appliqué : 16 personnes travaillent à la Chambre. Ce sont majoritairement des femmes. Alors rien de plus simple que de lancer les Women Business Networks : discussions pratiques, échanges avec d’autres communautés étrangères, témoignages… Bref tout ce qui est nécessaire pour
initier des relations d’affaires cordiales.

L’Etat à l’écoute des entreprises pour favoriser le développement durable

Singapour entend se positionner comme le champion de l’innovation en technologies propres, en green business, green building et développement durable en général. « Rien d’étonnant » nous direz-vous pour cette ville-jardin à la végétation luxuriante qui n’en est pas moins la quatrième place
financière du monde. Tout ce qui est bio est porteur. Le Made in France fascine toujours, notamment dans le luxe, les cosmétiques, la gastronomie.

L’organisation des Forums de réseautage à la Chambre française est un point fort : l’objectif étant de faire se rencontrer Pme et grands groupes sur un programme de business matching.

Le Forum « Travailler ensemble » avait été initié par la Jeune Chambre de Pékin en 2009. La première édition à Singapour a eu lieu en 2011. 72 entreprises
participaient, une trentaine de grands groupes, des entrepreneurs français et des Pme. 300 rendez-vous auxquels se sont ajoutés des tables-rondes sur le
développement durable.

La Chambre a créé un comité dédié au développement durable, animé par deux présidents dynamiques, l’un étant consultant sur le sujet et l’autre,  responsable chez Veolia Water solutions and technologies. La Chambre a
parallèlement lancé la « sustainability Charter », déjà signée par 32 entreprises qui s’engagent à mettre en place des démarches pour favoriser le développement durable. La Chambre a d’ailleurs  alerté les autorités singapouriennes qui ont ainsi découvert que pas mal de Pme françaises
agissaient dans ce sens dans leur pays. En ce moment, c’est la pleine période de préparation d’une manifestation majeure à Singapour : deux évènements en
un, Broadcast Asia et Communication Asia, le plus gros salon régional dédié aux technologies de l’information qui se tient du 19 au 22 juin et où la Chambre est
opérateur pour le Pavillon France. Plus de 30 exposants français sont inscrits.

A la Chambre française, Carine Lespayandel a lancé un comité « Gastronomie ». « Singapour était plutôt en retard quant à la gastronomie française. Il n’y avait pas de restaurants étoilés. Depuis qu’on a quelques grands chefs étoilés, beaucoup d’autres sont venus, des Français ont ouvert des restaurants.
Alors on a voulu fêter l’idée du repas à la française et on a organisé un «French Marché»,  une animation qu’on va ré-éditer cette année. De même pour la
« Paulée bourguignonne » qu’on a organisé dans le cadre champêtre d’un parc début décembre : un grand repas animé de stands tenus par les importateurs de vins de Bourgogne.Tous les participants, majoritairement singapouriens, très curieux, ont particulièrement apprécié de pouvoir goûter des produits français,
avec toutes les explications nécessaires pour la dégustation des vins ».

Le milieu singapourien est privilégié et protégé. « Ne pas croire cependant que tout soit simple : une préparation aux différentes cultures asiatiques est  nécessaire quand on s’installe à Singapour. Ne pas se fier aux apparences : le personnel vient de toutes les parties de l’Asie. Il est préférable d’éviter les erreurs de comportement » insiste Carine qui recommande une formation à tous les arrivants. « C’est aussi un minimum de respect vis-à-vis de ses
interlocuteurs ».

Propos recueillis par Nicole Hoffmeister Classe Export
Magazine n°207 - mai 2012


Télécharger le dossier complet sur Singapour

Contact
Chambre de Commerce Française de Singapour
Constance LAPARRA – Business Support
Tel : +65 6735 5523 ext 212 - Fax : +65 6735 394
@ : claparra(@)fccsingapore.com  - Site : www.fccsingapore.com

Fermer

Vous avez un projet d'implantation?

Recevez toutes les actus pays, éco-business, marchés porteurs ! En savoir plus