Le marché néerlandais, un marché ouvert aux investisseurs étrangers

Aujourd’hui les Pays-Bas misent sur plusieurs types de mesures pour dynamiser leur économie et attirer des investisseurs étrangers. Avec un faible taux d’imposition et des subventions ouvertes à tous, les néerlandais ont su renforcer leur attractivité et s’ouvrir d’avantage aux entreprises étrangères en quête de nouvelles opportunités.

Le marché néerlandais offre de nombreuses opportunités aux investisseurs étrangers. Lors des deux dernières décennies, les différents gouvernements ont mené une politique de privatisationd'un nombre important d'entreprises et d'associations à l’échelle nationale et régionale. Dès lors les communes et provinces ont vu leurs responsabilités s'alléger. Elles ne doivent plus obligatoirement prendre part dans le capitalde certaines entreprises comme dans les secteurs de l'électricité, des télécommunications (KPN) ou encore des postes (PostNL).  Cette politique de privatisation offre des opportunités pour les investisseurs étrangers.

De plus les Pays Bas offrent un climat fiscal favorable pour les investisseurs étrangers. Le taux d'imposition des sociétés de 25% (20% pour celles dont les revenus ne dépassent pas 200.000€), est un des plus faibles d'Europe. Mais aussi la taxe sur la valeur ajoutée sur les exportations est de 0%. Mark Rutte, le Premier Ministre, a d'ailleurs promis en septembre 2015, une baissede 5 milliards d'euros sur la fiscalité des entreprises. Ces mesures ont pour but de faciliter l'emploi, la création d'entreprises mais surtout d'attirer les investisseurs étrangers.

Pour preuve, dans le domaine des énergies renouvelables, le gouvernement néerlandais va offrir une subvention de 2,3 milliards d'euros à l'entreprise Dong Energy, possédée à hauteur de 50% par le gouvernement danois. Celle-ci répondait à un appel d'offre auquel 38 entreprises ont pris part dans le cadre de la réalisation d'un parc éolien. Il sera réalisé sur la cote zélandaise suite à l'achat de deux parcelles de terrain par cette entreprise.  La subvention sera versée dès la première livraison des pièces éoliennes. Henk Kamp, ministre de l'économie, a déclaré que cet achat correspond à «un grand tournant dans la transition vers les énergies renouvelables»

Dong Energy, n'est pas la seule entreprise publique étrangère sur le marché de l’énergie néerlandais. La plupart du temps, une entreprise d’État ainsi qu'un investisseur étranger prennent part à ce secteur. Par exemple, Vattenfal, une entreprise d’État suédoise, a acheté Nuon, une grande entreprise néerlandaise de production, de transport et de distribution d’énergie. Autre cas, la construction du parc éolien Gemini, au nord de l’île Schiermonnikoog, a été financée à hauteur de 60% par le fournisseur d’énergie canadien Northland Power et à 20% par l'entreprise allemande Siemens.

Enfin dans le secteur des transports de voyageurs, les sociétés ferroviaires et d'autobus régionales sont pour beaucoup la propriété d'entreprises publiques étrangères. Par exemple, Arriva est une filiale de la Deutsche Bahn. Mais aussi Veolia, Connexion et Breng, qui se chargent du transport de voyageurs par train et par bus, sont des filiales de la multinationale française Veolia Transdev, gérée par une banque d'investissement dans laquelle l’État français est un actionnaire important.

Ces entreprises ont pour certaines d'entre elles été aidés par l'Agence Néerlandaise pour l'investissement étranger (NFIA). Cette agence a pour but d'accompagner et d'inciter à l'investissement  aux Pays Bas. De plus la Banque nationale néerlandaise ainsi que la Banque Centrale  Européenne font des prêts à des taux favorables.. Ainsi, ces dispositions permettent aux investisseurs non-néerlandais de se sentir en sécurité, tout comme le fait qu’il n'y a jamais eu à ce jour de litige concernant un investissement étranger rapporté à la CNUCED

Pour finir de convaincre de potentiels investisseurs, de nombreux indicateurs récents confirment l’intérêt de placer ses capitaux aux Pays Bas. Effectivement, les choix politiques des dernières décennies portent leurs fruits :      
-Pays dans lequel la société est la plus ouverte à la mondialisation (IMD EJT 2015)
-Pays ayant le réseau de transport le plus développé dans l'UE en 2015 (Commission Européenne)
-Pays dans lequel la main d’œuvre répond le plus aux exigences linguistiques des entreprises et est la plus qualifiée en Europe (IMD EJT 2015)
-2ème en terme de connexion entre les personnes et les entreprises grâce à son développement technologique en Europe (IMD EJT 2015)
-3ème au classement du Global Enabling Trade Report 2014
-3ème plus compétitif d'Europe (WEF Global Competitiveness Index 2015-2016)

Ces quelques informations donnent des clés de compréhension du marché néerlandais. Les Pays Bas souhaitent attirer de nouveaux investisseurs étrangers pour dynamiser son économie.  L'actuel climat des affaires garantie aux investisseurs des chances de réussite.

Source : nrc.nl, Daar is weer zo’n buitenlands staatsbedrijf, 6 juli 2016

Contacter la CCIF Pays Bas