Maroc

Le business au secours de l’Union pour la Méditerranée ?

Le sommet des chefs d’Etat de l’Union
pour la Méditerranée (UpM), prévu le 7
juin dernier à Barcelone, a été reporté, suscitant de nouvelles
interrogations sur l’avenir même
de cette organisation

Le sommet des chefs d’Etat de l’Union pour la Méditerranée (UpM), prévu le 7 juin dernier à Barcelone, a été reporté, suscitant de nouvelles interrogations sur l’avenir même de cette organisation co-présidée actuellement par la France et l’Egypte.

Si le conflit israélo-palestinien bloque toute avancée sur le plan politique, les nombreux projets concrets développés dans le cadre de l’UpM restent cependant d’actualité.

Une grande rencontre baptisée « For’UM » a ainsi eu lieu à Marseille le 27 mai dernier, en présence des institutions financières, des investisseurs privés, des représentants du Secrétariat Général de l’UpM et des experts de la coprésidence. « Nous avons un réel partenariat comparé à ce que nous avions auparavant, nous ne devons pas laisser le développement de la Méditerranée être pris en otage par la politique », a estimé le ministre égyptien du Commerce et de l’Industrie, Rachid Mohamed Rachid. Quelques 600 personnes ont participé à cette conférence de Marseille, où a notamment été lancé un Fonds d’amorçage, de réalisation et d’orientation (Faro) soutenu par trois acteurs publics français dont la Caisse des dépôts, avec des projets similaires en Italie, au Liban et au Maroc.

Sommet des leaders économiques
En parallèle, les leaders économiques euro-méditerranéens ont maintenu leur sommet de Barcelone, les 3 et 4 juin derniers. Dans une déclaration publiée à l’issue de la rencontre, ils ont pressé les dirigeants politiques à faire avancer le processus de l’UpM vers un « véritable marché régional dynamique et ouvert ».

Leur constat est sans appel : « Depuis sa création en 2008, l’UpM n’a pas encore répondu aux attentes créées. Après deux ans, l’UpM continue de se concentrer davantage sur son implémentation, par exemple sur ses structures et responsabilités, que sur ses résultats ». Les leaders économique de la région exigent d’être associé pleinement à l’UpM et demandent des réformes de fond, portant notamment sur l’achèvement d’une zone de libre-échange, de nouveaux cadres réglementaires pour sécuriser les investissements, l’extension du programme Invest in Med, l’appui aux PME ou encore le développement d’infrastructures régionales à travers des partenariats publics/ privés.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

<img895|left>Un article issu du magazine Conjoncture n°917, juillet/aout 2010
Une publication de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc.



Chambre française de Commerce et d’Industrie du Maroc
Tél : +212 522 209 090 - Fax : +212 522 200 130
@ : [conjoncture@cfcim.org->conjoncture@cfcim.org ] - Site : www.cfcim.org

-----------------------------------------------------------------------------------

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter