L’AFII et Ubifrance vont bien fusionner

La fusion de l'AFII, l’Agence française des investissements internationaux, et Ubifrance, l’agence française pour le développement international des entreprises, aura bien lieu.

Selon le site www.challenges.frl’Afii, l’Agence française des investissements internationaux, et Ubifrance, l’agence française pour le développement international des entreprises, vont bel et bien fusionner.

La décision a été prise par l’Elysée et Matignon en fin de semaine dernière. Une réunion interministérielle aura lieu demain pour formaliser les modalités pratiques de cette fusion, qui devrait être annoncée lors du Conseil supérieur de l’attractivité du 17 février.

L’Afii, placée sous l’égide de Bercy et du ministère de l’aménagement du territoire, compte 160 collaborateurs, répartis entre le siège à Paris et 27 bureaux à l’étranger. Ubifrance, dont la tutelle est partagée entre le ministre de l’économie et celui du commerce extérieur, dispose, pour sa part, de 1.400 collaborateurs dans 70 pays, dédiés à l’accompagnement des PME et des entreprises de taille intermédiaire à l’export. Le Quai d’Orsay ne dispose, quant à lui, que de représentants au sein des conseils d’administration.

Le oui conditionnel du quai d'Orsay

Depuis des mois, Laurent Fabius, le ministre des affaires étrangères, bloquait cette fusion, soutenue notamment par Nicole Bricq, la ministre du commerce extérieur. Jusqu’à présent, le gouvernement ne parlait que de rapprochement entre les deux entités. Laurent Fabius a donné son accord au rapprochement entre l’Agence française des investissements internationaux et Ubifrance en charge du développement international des entreprises. Finalement, l’opération a été acceptée par Fabius qui, en échange, réussit à obtenir la cotutelle du nouvel organisme au grand dam de Bercy.

Une double victoire pour le patron du Quai qui a aussi poussé la nomination à la tête d’Afii-Ubifrance de Véronique Bédague, son ancienne conseillère technique au ministère des finances de 2000 à 2002, comme l’avait révélé Challenges le 24 janvier. Coté Bercy, on assure toutefois que la candidature de Bédague porte le tampon de Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie, et qu’elle est soutenue par Bricq.

Enarque et diplômée de l’Essec, Véronique Bédague, âgée de 50 ans, n’est pas à proprement parler une spécialiste du commerce international même si elle a passé trois ans au FMI comme économiste entre 1994 et 1997. Elle est surtout issue de la direction du budget et avait d’ailleurs été pressentie pour ce poste, qui a finalement échoué à Denis Morin en novembre dernier. Véronique Bédague travaille, depuis 2002, à la Mairie de Paris, comme directrice des finances puis comme secrétaire générale.

Source David Bensoussan journaliste pour 
www.challenges.fr le 4 février 2014