Irlande

La France prépare de nouveaux ports maritimes pour le trafic de fret irlandais après le Brexit

Le ministre français des Transports a annoncé son intention de séparer le trafic de fret irlandais du fret britannique arrivant après le Brexit.

La France est en train de réorganiser ses ports maritimes pour gérer un trafic de fret supplémentaire en provenance d'Irlande depuis l’annonce du Brexit, et le séparer du fret britannique, a déclaré la ministre française des Transports, Elisabeth Borne.

Elle s'exprimait lors de la signature d'un accord entre les associations de ports irlandais et français à Dublin, visant à accroître la capacité sur les routes maritimes existantes entre l'Irlande et la France et à envisager de nouvelles routes au cas où des restrictions existeraient sur le pont terrestre britannique, après que la Grande-Bretagne ait quitté l'Union européenne en mars.

Mme Borne a assuré que les flux de trafic en provenance d'Irlande "ne peuvent pas être pénalisés par des contrôles supplémentaires" qui pourraient entrer en vigueur après le départ du Royaume-Uni de l'UE. "Quoi qu’il arrive, nous voulons être prêts quelle que soit la situation à laquelle nous serons confrontés en Mars de l’année prochaine", a-t-elle déclaré après la signature par les associations d'un mémorandum d'accord au siège du port de Dublin.

Pont terrestre britannique

Cinq millions de tonnes de marchandises sont acheminées chaque année depuis et vers la France par des itinéraires terrestres et maritimes à travers le Royaume-Uni, contre 2,3 millions de tonnes directement entre l'Irlande et la France. Mme Borne a déclaré qu'elle reconnaissait que le gouvernement irlandais souhaitait continuer à utiliser la voie terrestre la plus rapide du Royaume-Uni afin de "ne pas imaginer que cette route allait disparaître" après le Brexit en mars 2019.

«Quoi qu'il en soit, nous tenons compte du fait que l'Irlande est dans l'Union européenne et que les flux en provenance d'Irlande ne seront pas retardés par des flux supplémentaires. Ils vont rester comme avant, c'est pourquoi nous avons des préparatifs dans les ports français », a-t-elle annoncé à la presse.

La ministre française, qui a rencontré le ministre des Transports irlandais, Shane Ross, avant l’événement au port de Dublin, a déclaré que le gouvernement français disposait de pouvoirs exécutifs et opérationnels spéciaux lui permettant d’agir rapidement en réponse au Brexit. « Cela signifie que nous sommes très réactifs. Très peu de pays en Europe sont capables de le faire et la réactivité est particulièrement précieuse dans un tel climat d'incertitude », a-t-elle ajouté.

Les temps de trajet via le pont terrestre britannique peuvent diminuer de moitié le temps nécessaire par rapport aux ferries directs vers la France, mais Mme Borne a souligné que le temps de trajet vers certaines parties de l'Europe pourrait être également divisé par deux par rapport aux routes traversant la mer du Nord si des routes maritimes directes sont empruntées entre l'Irlande et la France. « C’est un atout essentiel, en particulier pour le transport de produits frais », a-t-elle déclaré.

Contrôles douaniers

Lors d'une conférence de presse, il a été demandé à la ministre s'il existait des contrôles douaniers spécifiques pour les marchandises irlandaises arrivant dans les ports français en cas de panne du Brexit et du "backstop" dans lequel l'Irlande et la Grande-Bretagne deviendraient une zone douanière unique.

"Nous travaillons avec les ports français pour que les flux de trafic en provenance d'Irlande continuent à arriver très facilement, comme c'est le cas aujourd'hui. Nous avons donc mobilisé nos ressources afin de traiter sans aucun contrôle les flux de trafic en provenance d'Irlande", a-t-elle répondu.

La majeure partie des camions qui transitent entre la France et l’Irlande passent par le port de Rosslare. Jusqu’à 7000 conteneurs passent par le port de Dublin avant d’être acheminés vers la France.

Michael Sheary, secrétaire général du port, a déclaré que l'accord signé vendredi entre l'Irish Ports Association et l'Union des Ports Français, renforcerait leur coopération ainsi que leurs relations avec les institutions de l'UE.

"Face à l'incertitude entourant le Brexit, les ports irlandais et français partagent l'opinion qu'il est de notre devoir à tous de veiller à ce que les échanges commerciaux entre les deux pays se poursuivent", a-t-il déclaré. Le commerce via le port de Dublin a augmenté de 36% au cours des six dernières années.

Pour faire face aux perturbations post-Brexit, de nouvelles liaisons maritimes directes vers l'Europe continentale ont été mises en place entre Dublin, Rotterdam et Zeebrugge, tandis que des capacités supplémentaires ont été créées sur les liaisons existantes.

L'opérateur maritime CLdN a créé 8 000 mètres de voies sur le nouveau ferry MV Celine entre l’Irlande et la Belgique, tandis qu'Irish Ferries a ajouté une capacité de camion «ro-ro» sur le ferry WB Yeats entre Dublin et Cherbourg.

Contact

France Ireland Chamber of Commerce
Nicolas Destrez
nicolas.destrez(@)franceireland.ie
www.franceireland.ie

Fermer

Abonnez-vous à la newsletter France Monde Express !

Votre source d'information de référence dans l'actualité internationale ! En savoir plus