MarocFrance

France-Maroc, un ticket gagnant

Premier partenaire commercial, premier investisseur et premier pourvoyeur
de touristes, la France demeure aussi le premier bailleur de fonds du Maroc.
Grâce au volontarisme du Royaume, qui a initié une série de plans sectoriels
destinés à structurer l’économie nationale, l’axe économique France - Maroc
est déterminé à relever les défi s et les challenges du 3ème millénaire.

Premier partenaire commercial, premier investisseur et premier pourvoyeur de touristes, la France demeure aussi le premier bailleur de fonds du Maroc. Grâce au volontarisme du Royaume, qui a initié une série de plans sectoriels destinés à structurer l’économie nationale, l’axe économique France - Maroc est déterminé à relever les défi s et les challenges du 3ème millénaire.

750 filiales françaises sont implantées au Maroc, ainsi que plus de 340sociétés à capitaux français ou détenues par une personne physique de nationalité française. La quasi totalité des entreprises du CAC 40et des grands groupes français sont présents dans le pays. C’est dire le dynamisme économique de la France au Maroc. Sur la période 2004 / 2009,162 milliards de dirhams ont été drainés par le Maroc, sous forme d’investissements directs et de portefeuille,dont près de 40 %, soit 64 milliards de dirhams, ont été réalisés par des entreprises françaises.

S’agissant du volume global des échanges entre les deux pays, la France est le premier partenaire du Maroc avec 69 milliards de dirhams,soit 18,3 % du total des échanges, et occupe de ce fait le premier rang entant que fournisseur avec une part de 15,7 % mais également en tant que client avec 24,5 %. Dans le même temps, la France a absorbé, au cours de cette même année, 37 % des exportations du Maroc à destination de l’Union Européenne (UE) et a été à l’origine de 30 % des importations en provenance de l’Union européenne.Premier partenaire commercial,premier investisseur et premier pourvoyeur de touristes, la France demeure aussi le premier bailleur de fonds du Maroc avec environ 1,5 milliard de dirhams de versements nets(en 2008), soit près de 14 % du total.Ceci est dû au volontarisme du Royaume qui a initié une série de plans sectoriels destinés à structurer l’économie nationale, à consolider les acquis et à assurer un rayonnement économique du Maroc sur la carte du monde. Conscient de la nécessité de passer à la vitesse supérieure,le royaume chérifi en a mis les bouchées doubles ces dix dernières années. Nouvelle stratégie industrielle avec le Plan Emergence(I et II), dédié au renforcement du tissu industriel, afin de doter le pays d’infrastructures (plates-formes industrielles)et de faire «émerger»de nouveaux pôles d’attractivité sur l’ensemble du territoire (offshoring,aéronautique, électronique, automobile,transformation des produits de la mer, textile et cuir et agroalimentaire). Il faut y ajouter les stratégies sectorielles pour l’agriculture(Plan Maroc Vert), l’industrie de la pêche maritime (Plan Halieutis), le tourisme (Vision 2020), les technologies de l’information (Maroc Numéric2013) et métiers mondiaux du Maroc, la grande distribution (Plan Rawaj), le secteur agroalimentaire,le secteur énergétique ou encore le domaine des infrastructures et des transports (autoroutes, routes, aéroports et ports).

Qualifié de partenariat «idéal» par Ahmed Reda Chami, ministre du Commerce, de l’Industrie et des nouvelles technologies, l’axe économique France - Maroc est déterminé à relever les défi s et les challenges du 3ème millénaire.

Dossier réalisé par Rachid Alaoui - conjoncture(@)cfcim.org

 

Télécharger le dossier complet

-----------------------------------------------------------------------------------

Un article issu du magazine Conjoncture n°919,octobre 2010.
Une publication de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc.


Chambre française de Commerce et d’Industrie du Maroc
Tél : +212 522 209 090 - Fax : +212 522 200 130
@ : conjoncture(@)cfcim.org - Site : www.cfcim.org

-----------------------------------------------------------------------------------