Algérie

Editorial l Algérie : Développer des partenariats dans la fabrication ou les services

La Chambre de Commerce et d’Industrie Algéro-Française reprend ses activités. Elle repart avec une nouvelle direction, un nouvel agrément et
un nouveau logo...

Entretien avec Jean-Marie PINEL, Président de la CCIAF.

Partenaires : Après la CFCIA, la CCIAF ! La Chambre de Commerce et d’Industrie Algéro-Française reprend ses activités. Elle repart avec une nouvelle direction, un nouvel agrément et un nouveau logo. Rupture ou relance ?
Jean-Marie PINEL : Une vision d’avenir surtout ! Ce que je vois aujourd’hui, c’est uniquement l’avenir de la CCIAF. Ce que je crois aussi est que la «Chambre», par son personnel, ses structures, ses connexions avec le monde de l’entreprise en Algérie et en France, peut rendre de très grands services aux PME/PMI algériennes. Ses équipes vont agir en sorte que cela soit ainsi et pour que les entreprises algériennes qui le souhaitent puissent développer leurs activités avec leur aide et leur soutien et le fassent dans les meilleures conditions possibles, seules ou en partenariat avec les entreprises françaises qui sont intéressées par le marché algérien.

Partenaires : Quel type d’actions allez-vous privilégier pour que le soutien aux entreprises algériennes (et françaises intéressées par le marché algérien) se concrétise rapidement ?
Jean-Marie PINEL : La «Chambre» aura pour mission essentielle de développer les relations entre les petites et moyennes entreprises algériennes et françaises. Sa vocation est d’être un lieu d’échanges professionnels, de convivialité et de travail. Toute sa stratégie sera d’agir en sorte que les deux parties, algérienne et française, dans le secteur des PME/PMI, travaillent ensemble et développent des projets en commun. Si ce développement ne concernait que les opérations d’importation, je pense qu’on n’aurait pas besoin de la CCIAF. L’objectif, donc, est d’arriver à ce que les chefs d’entreprise algériens et français se comprennent et parviennent tous les deux à créer des entreprises, si possible dans la fabrication ou les services.

Partenaires : Comment cela se passera-t-il ?
Jean-Marie PINEL : Nous avons des outils et des instruments pour mieux faire comprendre aux entreprises françaises le pays et le fonctionnement de son économie et de son marché. Nous avons également des moyens que nous mettons à la disposition des entreprises algériennes pour qu’elles se développent. Parmi ces instruments et moyens, il y a les rencontres thématiques, les séminaires, les interventions d’experts sur des sujets et des dossiers clés comme ceux du Code des marchés publics, les lois de finances, la formation, etc. Par ailleurs, nous allons nous mobiliser pour faire se rencontrer les entreprises algériennes et françaises et pour qu’elles puissent travailler ensemble dans la confiance et la réciprocité des intérêts.

Partenaires : Les 30 et 31 mai aura lieu le Forum de partenariat algéro-français. C’est un rendez-vous important pour la CCIAF ?
Jean-Marie PINEL : A plus d’un titre, ce Forum, organisé par UBIFRANCE, constitue pour nous une des premières grandes actions et nous allons nous mobiliser pour contribuer à sa réussite. C’est, en outre, une occasion formidable pour défendre le marché algérien et expliquer ses atouts aux entreprises françaises et pour les encourager à s’associer dans la confiance aux entreprises algériennes.

Entretien réalisé par Nordine Azzouz

<img1079|left> Article extrait de Partenaires, publication de la Chambre de Commerce et d’Industrie Algéro-Française.

Contact :
Chambre de Commerce et d’industrie Algero-Française
Zéhor CHEBBOUTA, Responsable de la communication
Tél. : +213 21 74 72 77 - poste 120 - Fax : +213 21 74 72 67
@ : [z.chebbouta@cciaf.org->z.chebbouta@cciaf.org] - Site : www.cciaf.org

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter