Côte d'Ivoire

Coopération franco-ivoirienne dans le numérique

source : http://www.gouv.ci

Plusieurs accords de partenariats ont été signés à l’occasion de la visite en Côte d’Ivoire de la secrétaire d’État au Numérique de la France, Axelle Lemaire. Si cette dernière a notamment défendu son concept de start-up d’État à développer dans les administrations, Abidjan a insisté sur la mise en place de son université virtuelle.

La visite en Côte d’Ivoire d’Axelle Lemaire, secrétaire d’État française au Numérique, du 9 au 12 septembre, s’est soldée par la signature de plusieurs accords de coopération dans le domaine du numérique. “La France poursuivra ses efforts de coopération [dans le numérique, ndlr] avec la Côte d’Ivoire en créant des emplois par l’ouverture de nouveaux chantiers comme celui de la fibre optique”, a-t-elle confié lors de son audience avec le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan.

Dans cette perspective, un accord a, par exemple, été conclu sur la création d’une alliance franco-ivoirienne du numérique entre le Groupement des opérateurs du secteur des technologies de l’information et de la communication de Côte d’Ivoire (Gotic) et son homologue français, Syntec numérique. “Il s’agit de faire des partenariats technologiques et commerciaux, de répondre à des appels à projets dans la sous-région”, a précisé la secrétaire d’État.

Mais face aux difficultés qui entravent le développement numérique, Axelle Lemaire a préconisé qu’un accent particulier soit mis sur la pédagogie et l’implication des organismes publics pour faciliter l’accès de la société civile aux services numériques. “Moi, j’aimerais qu’en France, on importe dans les administrations le concept de start-up d’État. Qu’on forme de petites équipes composées de représentants de l’État avec des codeurs, des bloggeurs et des développeurs pour répondre à cette problématique sur laquelle on bute depuis des années”, a-t-elle insisté.

Outil pédagogique
De son côté, Gnamien Konan, le ministre ivoirien de l’Enseignement supérieur, a détaillé pour la secrétaire d’État française la vision du pays en matière de formation à distance avec la création prochaine d’une université virtuelle : “À travers le projet d’université virtuelle, l’État ambitionne de faire du numérique son principal outil pédagogique pour résoudre notamment les problèmes de qualité d’enseignement et de massification dans les salles de cours. Le but étant de construire des bases de l’apprentissage par l’outil informatique, accessible à tous.”

En effet, la Côte d’Ivoire lancera cette année une université virtuelle pour un coût de 20,2 milliards de francs CFA (près de 31 millions d’euros). Elle est, selon le ministre, une alternative innovante pour accompagner les efforts importants déjà déployés au niveau académique par tous les établissements supérieurs en Côte d’Ivoire, qui ont configuré leurs offres de formation supérieure au format licence-master-doctorat (LMD). Gnamien Konan a d’ailleurs rappelé que 44 licences et 64 masters, autour de 10 650 liens-textes et 1 501 vidéos ont été constitués pour former le contenu de l’université virtuelle.

“Quels que soient le lieu d’habitation, l’âge ou l’origine, l’on pourra se former via Internet”, a complété, convaincue, Axelle Lemaire. Et de poursuivre : “Le numérique est partout et l’enjeu de s’y former doit être à la portée de l’ensemble des acteurs économiques et sociaux.”

“Accélérer la marche vers l’émergence”
Pour permettre aux étudiants ivoiriens d’avoir accès à l’université virtuelle, le gouvernement ivoirien a décidé de subventionner 100 000 ordinateurs pour 100 000 étudiants. L’État ivoirien a aussi mobilisé 21 milliards de francs CFA qui serviront à financer l’extension du réseau wifi, qui permettra à 10 000 étudiants de se connecter simultanément à l’université Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody et à 5 000 autres dans les autres universités publiques de Côte d’Ivoire. À cela s’ajoute l’acquisition des ressources pédagogiques rendue possible par la connexion Internet accessible à un prix étudiant.

Pour sa part, le ministre ivoirien de la Poste et des TIC, Bruno Nabagné Koné, a rappelé que “le numérique peut être un catalyseur pour accélérer la marche vers l’émergence”, insistant sur les retombées de l’accord franco-ivoirien pour les deux parties.

Source :
http://www.acteurspublics.com/2015/09/16/cooperation-franco-ivoirienne-dans-le-numerique


Contacter la CCIF Côte d'Ivoire

 

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter