Turquie

Bilan des échanges commerciaux franco-turcs en 2012 et perspectives, par Zeynep NECİPOĞLU, Présidente de la CCIFT

Zeynep NECİPOĞLU, présidente de la CCI Française en Turquie, dresse un bilan secteur par secteur du commerce bilatéral France-Turquie sur les 9 premiers mois de 2012, et livre son analyse quant aux perspectives pour les prochains mois.

Dans un contexte économique toujours aussi difficile en France et dans une moindre mesure en Turquie, les échanges commerciaux franco-turcs, avec un montant de 9,551 milliards d’€ sur les 9 premiers mois de 2012, selon les données estimées des Douanes françaises publiées début novembre, sont en légère augmentation de 0,6% par rapport à la même période en 2011. Contrairement aux exportations turques en France qui baissent de 3,2% sur cette période de référence, les exportations des entreprises françaises en Turquie augmentent de 3,7%. Le solde en faveur de la France (+1,039 milliards d’€) augmente de 46,3% par rapport à celui constaté sur les 9 premiers mois de 2011 (+710 millions d’€).

Le commerce bilatéral franco-turc demeure toujours aussi dépendant des échanges du secteur automobile qui affichent une baisse de 19%. Avec un montant total de 5,236 milliards d’€, les ventes françaises en Turquie ont légèrement augmenté de 0,5% par rapport aux 9 premiers mois de 2011, selon les données brutes de collecte des Douanes françaises, en raison du net recul des ventes du secteur automobile (-16,9% pour les équipements automobiles, 2ème poste représentant 9,5% des exportations françaises en Turquie, et -29,8% pour les véhicules automobiles, 3ème poste avec 9,1% du total des exportations françaises en Turquie) qui totalisent 18,6% des exportations françaises en Turquie. La baisse de la consommation en Turquie en est la principale cause.Pour ce qui concerne les exportations turques en France (4,263 milliards d’€, en baisse de 4,5 % par rapport aux 9 premiers mois de 2011), le net recul des ventes de « véhicules automobiles » (-20,9% ; 1er poste des importations turques en France avec 25,4% du total des exportations turques en France) explique, à lui seul, cette contreperformance, due à l’atonie de la demande en France. Mais, hormis les ventes des « Vêtements de dessous » (-2,8% ; 2ème poste avec 8%), les « Articles textiles confectionnés, sauf habillement » (-22,3% ; 7ème poste avec 2,4%) et les « autres articles à mailles » (-14,1% ; 9ème poste avec 1, 8%), quasi tous les autres principaux produits sont en progression à l’instar des « autres vêtements de dessus » (+9,7%), des appareils électroménagers (+10,9%), des équipements pour automobiles (+8,6%) et des produits électroniques grand public (+5,8%), mais ne compensent pas le recul des ventes automobiles.

Parmi les principaux postes des exportations françaises en Turquie, notons toutefois les bonnes performances des postes suivants :

  • « Aéronefs et engins spatiaux » : +19,7% ; 1er poste représentant 11% des exportations françaises en Turquie
  • « Matières plastiques sous formes primaires » : +13,5% ; 5ème poste représentant 4,8% des exportations françaises en Turquie
  • « Moteurs et turbines, à l'exclusion des moteurs pour avions, automobiles et motocycles » : +69,3% ; 7ème poste représentant 3,2 % des exportations françaises en Turquie
  • « Autres produits chimiques organiques de base » : +93,1% ; 8ème poste représentant 2,5 % des exportations françaises en Turquie
  • « Autres bovins et buffles, vivants et leur sperme » : +880,7% ; 9ème poste dorénavant représentant également 2,5 % des exportations françaises en Turquie
  • « Déchets non dangereux ; collecte des déchets non dangereux » : +61,7% ; 10ème poste représentant 2,4 % des exportations françaises en Turquie

Les ventes de « préparations pharmaceutiques » poursuivent leur déclin (-11% ; 6ème poste représentant 4% des exportations françaises en Turquie). 

Pour ce qui concerne les exportations turques en France (4,263 milliards d’€, en baisse de 4,5 % par rapport aux 9 premiers mois de 2011), le net recul des ventes de « véhicules automobiles » (-20,9% ; 1er poste des importations turques en France avec 25,4% du total des exportations turques en France) explique, à lui seul, cette contreperformance, due à l’atonie de la demande en France. Mais, hormis les ventes des « Vêtements de dessous » (-2,8% ; 2ème poste avec 8%), les « Articles textiles confectionnés, sauf habillement » (-22,3% ; 7ème poste avec 2,4%) et les « autres articles à mailles » (-14,1% ; 9ème poste avec 1, 8%), quasi tous les autres principaux produits sont en progression à l’instar des « autres vêtements de dessus » (+9,7%), des appareils électroménagers (+10,9%), des équipements pour automobiles (+8,6%) et des produits électroniques grand public (+5,8%), mais ne compensent pas le recul des ventes automobiles.

La Turquie avec 6,740 Mds € d’importations provenant de France sur la période octobre 2011 - septembre 2012 (1,6% de parts de marché) perd 1 place au profit du Japon mais gagne 0,1 point de parts de marché, reculant ainsi au 12ème rang des pays clients de la France (5ème marché hors UE & Suisse après respectivement les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon). De même, la Turquie avec 5,758 Mds € d’exportations en France sur la période octobre 2011 - septembre 2012 (1,1% de parts de marché) gagne 1 place (au détriment de la Norvège) redevenant ainsi le 16ème pays fournisseur de la France (cf. tableau dans l’article consacré au commerce extérieur français).

Selon les statistiques sur les 9 premiers mois de 2012 publiées par les Douanes turques (*), la France avec 6,413 Mds USD d’exportations en Turquie (3,6% de parts de marché) perd 0,3 point de parts de marché. Elle se situe toujours au 7ème rang des pays fournisseurs de la Turquie derrière respectivement la Russie, la Chine, l’Allemagne, les Etats-Unis, l’Italie et l’Iran. En outre, la France avec 4,544 Mds USD d’importations provenant de Turquie (4,0% de parts de marché) recule de 3 places (au profit de l’Iran, des Emirats Arabes Unis et de la Russie) et perd 1,2 point de parts de marché. Elle se situe désormais au 8 ème rang des pays clients de la Turquie derrière respectivement l’Allemagne, l’Iran, l’Irak, le Royaume-Uni, les Emirats Arabes Unis, la Russie et l’Italie (cf. tableau dans l’article consacré au commerce extérieur turc).

Le contexte économique actuel – croissance 0 en France et baisse de 5 point de pourcentage de la croissance en Turquie - ne devrait pas permettre aux échanges commerciaux franco-turcs sur l’ensemble de l’année 2012 de franchir la barre symbolique des 13 Mds d’€ (12,5 milliards en 2011).

Zeynep NECİPOĞL, Présidente de la CCI Française en Turquie (CCIFT), extrait de la newsletter de la CCIFT Novembre/décembre 2012

Fermer

Vous avez un projet d'implantation?

Recevez toutes les actus pays, éco-business, marchés porteurs ! En savoir plus