Portugal

Séminaire : Le Portugal, plateforme exceptionnelle pour prospecter l’Angola

La Chambre de Commerce et d’Industrie Luso-Française propose à toutes les sociétés françaises intéressées par le marché angolais, un séminaire et un planning de rendez-vous individuels avec des partenaires potentiels les 11 et 12 avril 2011.

La Chambre de Commerce et d’Industrie Luso-Française propose à toutes les sociétés françaises intéressées par le marché angolais, un séminaire et un planning de rendez-vous individuels avec des partenaires potentiels les 11 et 12 avril 2011.

Ces rencontres B2B seront l'occasion de faire un point sur le marché angolais et les opportunités qu'il offre aujourd'hui pour les entreprises dans des secteurs aussi diversifiés que l'industrie agro-alimentaire, le BTP, les biens de consommation, l'électricité, la gestion déléguée, les TIC et télécommunications, le secteur parapétrolier, l'industrie pharmaceutique ou encore le tourisme.

 

Malgré la récession planétaire, le taux de croissance de l’Angola est un des plus élevés du monde, avec un taux à deux chiffres. Quant à la dette extérieure, elle est passée de 33% à 16% du PIB, un des taux les plus bas du monde. Outre les richesses minières - le diamant et le pétrole- le secteur para-pétrolier et les matériaux de construction constituent le fer de lance de cette diversification.

Á Luanda, sa capitale, où on note au quotidien le développement des travaux de réhabilitation et de modernisation, tant pour les œuvres d’ingénierie que pour celles de la construction civile et des établissements industriels, parallèlement à l’essor des activités commerciales et de services. Ces travaux s’étendent également à d’autres régions du pays, offrant ainsi de nombreuses opportunités d’affaires dans des domaines aussi variés que l’agriculture, les industries agroalimentaires, la pêche, le matériel de construction, le matériel électronique, les transports, l’hôtellerie, le tourisme, la grande distribution, etc… pour lesquels le gouvernement angolais dégage depuis plusieurs années un budget de plusieurs milliards d’USD. Il faut noter tout spécialement les travaux d’infrastructures comme les routes (15 000 km sont planifiés), les ponts, chemins de fer (500 km sont prévus), barrages, hôpitaux, centres de formation et écoles.

Ailleurs dans le pays, la rénovation en cours de la ligne ferroviaire de Benguela (ouest) pourrait ouvrir la voie à une exploitation d'importants gisements de minerais, et notamment d'uranium. Par ailleurs, un nouvel aéroport vient ainsi tout juste d'ouvrir ses portes, et le pays a accueillit récemment un sommet de l'Opep et la Coupe d'Afrique des nations de football 2010.

L’Angola compte bien favoriser des investissements dans le tourisme : Une série d’hôtels luxueux sont prévus sur le front de mer de Luanda où sont actuellement réalisés des travaux d’embellissement pour un montant de 110 millions de Dollars. Mais le secteur qui aiguise au premier chef les appétits des investisseurs, c’est celui de l’agroalimentaire. L’Angola se situe, en termes de terres arables sans irrigation (hors Chine), à la quatrième place mondiale avec 92,6 millions d’hectares (derrière le Brésil, l’Inde et la RD Congo).

Tout investissement dans ces secteurs considérés prioritaires bénéficiera d’exemption d’impôt industriel, qui est de 35%, pour une période variant de 8 à 15 ans, selon la région d’implantation.

Télécharger le programme et le bulletin d'inscription : <doc988|center>

 

Chambre de Commerce et d’Industrie Luso-Française (CCILF)
Olivier Leparc, Director Geral
Tel: (+351) 21 324 19 90 - Fax: (+351) 21 342 48 81
@ : [oleparc@ccilf.pt->oleparc@ccilf.pt] - Site : www.ccilf.pt

 

Fermer

Salons, rencontres, conférences...

Ne manquez pas les prochains événements en France ou à l'étranger ! En savoir plus