Maroc

Maroc - Colloque ferroviaire à Casablanca et Rabat

Objectif de ce colloque : réunir experts, clusters d’industriels et donneurs d’ordre pour échanger sur le développement du secteur ferroviaire au Maroc et présenter les opportunités dans le domaine.

Du 26 au 28 octobre 2015, la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM), Business France et la Fédération des Industries Ferroviaires (FIF) ont organisé à Casablanca et à Rabat un colloque et une mission B to B dédiés à l’industrie ferroviaire.

LGV, tramways, RER…, au Maroc, le secteur ferroviaire affiche depuis quelques années un dynamisme sans précédent. Dans ce type de marché, soumis à une forte concurrence internationale, la capacité à innover et à s’adapter aux attentes des donneurs d’ordre est un facteur discriminant. À l’exemple de l’aéronautique et de l’automobile, l’industrie ferroviaire marocaine commence à s’organiser et à acquérir une nouvelle expertise à travers des projets de colocalisation. C’est dans ce contexte que s’est tenu le colloque ferroviaire qui a accueilli plusieurs experts français et marocains.

Un marché ferroviaire en plein essor au Maroc
Grâce à son plan d’investissement 2010-2015, doté d’une enveloppe de 33,8 milliards de dirhams, l’ONCF est le principal donneur d’ordre sur le marché ferroviaire marocain. Mohammed Smouni, Directeur du Pôle Développement de l’ONCF, a présenté la feuille de route dans le cadre du contrat-programme signé avec l’État. À l’horizon 2035, 100 milliards de dirhams seront consacrés à la mise en place du réseau LGV (Ligne à Grande Vitesse) qui s’étendra sur 1500 km à travers deux axes : Tanger-Agadir et Rabat-Oujda. 94 milliards de dirhams seront, quant à eux, dédiés à l’extension du réseau conventionnel (soit 2743 km additionnels de voie ferrée), en vue de desservir les villes de plus de 100 000 habitants, non reliées au rail, telles que Laâyoune, Beni Mellal ou Ouarzazate. Mohammed Smouni a également indiqué que le projet RER de Casablanca (d’une longueur de 63 km, dont 9 km de tunnel) est en bonne voie : la plupart des études seront achevées d’ici la fin de l’année. Derniers chantiers en cours : la valorisation commerciale et immobilière des gares à travers des partenariats public-privé et la mise en place de plateformes logistiques régionales (à Casablanca, Mohammedia, Tanger, Fès, Oujda et Nador).

En ce qui concerne le projet de la 2e ligne du tramway de Casablanca, Youssef Draiss, Directeur Général de Casa Transport, a précisé que la réception de la première rame aura lieu en juillet 2017 pour une mise en service fin 2018.


Contacter la CCIF Maroc

Vous souhaitez vous implanter dans ce pays ?
Faites nous part de votre projet !

Nous contacter